Gidouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Gidouille est un terme propre au théâtre d'Alfred Jarry et qui désigne spécifiquement le ventre du Père Ubu, dont la geste picaresque et, à bien des titres, grotesque, le fera accéder, entre autres titres & fonctions, au statut de Roi de Pologne.

Physiologie[modifier | modifier le code]

La Gidouille du Père Ubu, en tant que matrice biologique, fondement physiologique et siège métaphysique qui offrent l'avènement ontologique de la Conscience d'Ubu, figurée quant à elle sous les espèces d'une chemise suspendue sur un cintre, et fonde par ses commandements induits, son influence et ses fonctions une partie des comportements usuels et non moins pratiques, moraux ou immoraux, du Père Ubu, tels ceux liés, par exemple, à la nécessité naturelle ou à l'ambition la plus déliée.

La spirale qui l'orne n'est pas considérée comme étant l'effet d'un quelconque métabolisme ni d'aucune affection cutanée, relevant bien plus d'un très pataphysique parti-pris graphique de la part de l'auteur et néanmoins dessinateur et portraitiste unique de l'Ubu tel qu'il fut, et demeure.

Esthétique[modifier | modifier le code]

La forme générale de la Gidouille relève passablement de celle de la poire, et redonde ainsi directement avec les déterminations de la face ubuesque, s'entend celle, propre, d'Ubu même.

Aussi Ubu Roi s'ouvre-t-il sur cette épigraphe générique :

"Adonc le Père Ubu hoscha la poire, dont fut depuis nommé par les Anglois Shakespeare, dont avez de lui sous ce nom maintes belles tragoedies par escript."

La Gidouille est ornée d'une spirale.

Symbolique et Contre-Symbolique[modifier | modifier le code]

La Gidouille, muette mais passablement impérative, s'oppose à moult titres à la Conscience du Père Ubu, figurée par une chemise qui s'échappe quand nécessaire ou plus utile d'une valise possédée par Ubu, laquelle se révèle autant prolixe que diplomate en ses suggestions variées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]