Gibbon à bonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hylobates pileatus

Un mâle (en noir) et une femelle (en gris-blanc), au Zoo de Schwerin, en Allemagne.

Le gibbon à bonnet (Hylobates pileatus), aussi parfois appelé gibbon à coiffe, est un primate de la famille des Hylobatidés.

Le gibbon à bonnet présente un dimorphisme sexuel dans la couleur de sa fourrure : les mâles sont entièrement noirs, tandis que les femelles ont un pelage blanc-gris avec seulement le ventre et la tête noires. L'anneau de fourrure blanche, souvent hirsute, autour de la tête est commune aux deux sexes.

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution de l'espèce.

Le gibbon à bonnet vit dans l'est de la Thaïlande, l'ouest du Cambodge et le sud-ouest du Laos. Son mode de vie est semblable à celui des autres gibbons : diurne et arboricole, il vit en couple monogame, se déplace par brachiation à travers les arbres grâce ses longs bras, et mange principalement des fruits, des feuilles et des petits animaux. Sa reproduction ne est pas bien connue, mais est probablement semblable à celle des autres gibbons.

Le gibbon à bonnet se rencontre dans les aires suivantes. Il y a environ 35 000 individus au Cambodge et 30 000 en Thaïlande.

Galerie audio[modifier | modifier le code]

Sauvetage, réhabilitation et réintroduction du gibbon à bonnet[modifier | modifier le code]

L'organisation à but non lucratif Wildlife Alliance a coopéré avec le gouvernement cambodgien pour permettre la conduite de programmes de sauvetage et de réintroduction du gibbon à bonnet au Cambodge :

  • Sauvetage : la Wildlife Rapid Rescue Team est une équipe mandatée d'application de la loi chargée de réprimer le commerce illicite de la faune sauvage dans l'ensemble du Cambodge. Elle confisque environ 5 à 6 000 animaux par an et a sauvé plus de 56 000 animaux vivants entre sa création, en 2001, et 2013. La plupart de ces animaux sont immédiatement libérés dans un habitat sûr, et ceux qui nécessitent une réadaptation ou des soins sont amenés au centre de sauvetage de la faune sauvage du Parc zoologique de Phnom Tamao. Les gibbons sont menacés par ces captures, destinées à alimenter le commerce de la viande et celui des animaux de compagnie, en plus d'être menacés par la perte de leur habitat[1].
  • Réhabilitation : la plupart des gibbons à bonnet du centre de sauvetage de la faune sauvage du Parc zoologique de Phnom Tamao sont issus du commerce et sont donc trop imprégnés par les humains pour être réintroduits. Cependant, grâce au programme de reproduction du centre, dans lequel les mères élèvent leur progéniture, les jeunes gibbons ont été correctement préparés à la vie dans la nature[2].
  • Réintroduction : en décembre 2013, un couple de gibbons à bonnet a été relâché avec succès dans les forêts protégées du site archéologique d'Angkor, près du complexe de l'ancien temple. Cette initiative de Wildlife Alliance, de la Cambodian Forestry Administration et de l'Apsara Authority qui gère le site du Patrimoine mondial est la première étape vers la repopulation des forêts entourant les célèbres temples d'Angkor[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Wildlife Rapid Rescue Team », Wildlife Alliance, (consulté le 19 juin 2015)
  2. « Endangered Gibbons Reintroduced into Angkor Forest », Wildlife Alliance, (consulté le 19 juin 2015)
  3. « Wildlife Alliance Conducts Successful Release of Endangered Gibbons at Historic Site », PRWeb, (consulté le 19 juin 2015)
  4. « Wildlife Alliance Releases Endangered Pileated Gibbons in Angkor Forest », Wildlife Alliance, (consulté le 19 juin 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]