Gianni Pittella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gianni Pittella
Image illustrative de l'article Gianni Pittella
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(18 ans, 3 mois et 23 jours)
Élection 13 juin 1999
Réélection 12 et 13 juin 2004
6 et 7 juin 2009
24 et 25 mai 2014
Législature 5e, 6e, 7e et 8e
Groupe politique S&D (depuis 2009)
PSE (1999-2009)
Président de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen
En fonction depuis le
(3 ans, 4 mois et 10 jours)
Législature 8e
Prédécesseur Martin Schulz
Biographie
Nom de naissance Giovanni Saverio Furio Pittella
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Lauria (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Parti démocrate

Giovanni Saverio Furio Pittella dit Gianni Pittella, né le à Lauria, est un homme politique italien, membre du Parti démocrate.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Domenico Pittella, ancien sénateur du Parti socialiste italien (PSI) de 1972 à 1983, et frère aîné de Marcello Pittella, président démocrate de la région Basilicate depuis 2013, Gianni Pittella est médecin-chirurgien, diplômé à l'université de Naples - Frédéric-II[1].

Il est élu successivement conseiller municipal de Lauria en 1979, conseiller régional et assesseur (membre de l'exécutif régional) de Basilicate l'année suivante, il est alors secrétaire régional du Mouvement juvénile socialiste (Movimento Giovanile Socialista), l'organisation de jeunesse du PSI. Lorsque ce dernier parti se disloque en 1994, il rejoint la Fédération travailliste de tendance social-démocrate puis, après sa fusion avec le Parti démocrate de la gauche (PDS, ancien Parti communiste italien devenu post-communiste et socialiste démocratique en 1991) en 1998, les Démocrates de gauche (DS) et la coalition de centre gauche « L'Olivier » de Romano Prodi.

C'est à cette période qu'il est élu à la Chambre des députés italienne en , sous les couleurs de L'Olivier, battant au scrutin uninominal de sa ville natale le candidat du Pôle pour les libertés (coalition adverse de centre droit emmenée par Silvio Berlusconi) avec 55,6 % contre 37,3 %[2].

Il devient ensuite responsable national du parti des Démocrates de gauche pour les Italiens dans le Monde à sa fondation en 1998. Puis, l'année suivante, il abandonne son mandat de parlementaire national lorsqu'il est élu pour la première fois député européen lors des élections de 1999 pour la circonscription d'Italie méridionale. Réélu en 2004 sur la liste Unis dans l'Olivier de l'ancien président du conseil Massimo D'Alema, il est porté en , à l'unanimité, à la présidence de la délégation italienne des Démocrates de gauche au sein du groupe du Parti socialiste européen (PSE) au Parlement européen. Avec l'ensemble des Démocrates de gauche, il participe à la création du nouveau grand parti du centre gauche italien, le Parti démocrate, en 2007.

Renouvelé pour un troisième mandat en 2009 sous les couleurs de ce nouveau parti, toujours dans la circonscription méridionale sur la liste menée par l'ancien démocrate-chrétien Mario Pirillo et après avoir reçu 136 455 votes préférentiels[3], il devient désormais membre du nouveau groupe parlementaire appelé Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D). Il devient également premier vice-président du Parlement européen le , recevant dès le premier tour 360 des 684 suffrages exprimés, soit alors le meilleur score parmi l'ensemble des 14 vice-présidents[4]. Il est reconduit à cette fonction le avec 319 votes en sa faveur. Membre de la Commission des budgets (BUDG), de celle des Affaires économiques et monétaires (ECON), de la Commission spéciale sur les défis politiques et les ressources budgétaires pour une Union européenne durable après 2013, de la délégation à la commission mixte parlementaire UE-Roumanie et de celle à la commission à la coopération parlementaire UE-Moldavie, il fait également partie du Comité de conciliation entre le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne.

En , suite à la démission de Pier Luigi Bersani, il est le premier à se porter candidat à l'élection primaire du 8 décembre suivant qui doit désigner le nouveau secrétaire national et dirigeant du Parti démocrate[5]. Soutenu par l'ancien syndicaliste et vétéran du Parti socialiste italien Giorgio Benvenuto, par l'ancienne présidente de la région Piémont Mercedes Bresso et par le député européen l ne reçoit finalement que 17 117 voix et 5,8 % des suffrages des militants lors du congrès préparant cette primaire en , arrivant en dernière position parmi quatre candidats, ce qui l'empêche de participer à la compétition électorale de décembre. Le 23 novembre, il annonce son soutien au favori, le jeune maire de Florence Matteo Renzi, qui l'emporte largement[6].

Il est réélu en 2004 et 2009, il est le 1er vice-président du Parlement de 2009 à 2014. Le 25 mai 2014, il est réélu député européen pour l'Italie[7] et devient le président du groupe des socialistes et des démocrates (S&D) européens le 2 juillet suivant.

D'après Mediapart, il est « considéré par beaucoup comme un homme de paille au service de Schulz, sans charisme »[8].

En , il se porte candidat à la présidence du Parlement européen au nom du groupe S&D[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Pittella, Gianni nell'Enciclopedia Treccani », sur treccani.it (consulté le 25 novembre 2016).
  2. (it) « Archivio Storico delle Elezioni - Camera del 21 Aprile 1996 », sur elezionistorico.interno.it (consulté le 25 novembre 2016).
  3. (it) « Partito Democratico - Sud », temi.repubblica.it,‎ (lire en ligne).
  4. (it) Sky TG24, « Parlamento Ue, Pittella eletto primo vice presidente », tg24.sky.it,‎ (lire en ligne).
  5. (it) « L'eurodeputato Pd Gianni Pittella si candida come segretario Pd », sur L'Huffington Post, (consulté le 25 novembre 2016).
  6. « http://www.partitodemocratico.it/doc/262717/i-dati-ufficiali-del-voto-degli-iscritti.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  7. (it) « Liste des députés européens d'Italie de la 8e législature élus », sur elezioni.interno.it.
  8. Ludovic Lamant, « Europe: la «grande coalition» survivra-t-elle à Martin Schulz? », sur Mediapart, (consulté le 24 novembre 2016).
  9. (en) « The 8 MEPs fighting to become European Parliament president », POLITICO,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

« Gianni Pittella », sur la base de données des députés au Parlement européen