Gianfranco Contini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Contini.

Gianfranco Contini, né à Domodossola le 4 janvier 1912 et mort à Domodossola le 1er février 1990, est un critique littéraire et philologue italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de la faculté des lettres de Pavie en 1933, il poursuit ses études à Turin l'année suivante avec Santore Debenedetti et entre en contact avec quelques jeunes intellectuels qui seront très influents aux éditions Einaudi : Massimo Mila, Leone Ginzburg, et Giulio Einaudi lui-même.

Contini s'installe en 1934 à Paris, où il suit les cours du médiéviste Joseph Bédier et demeure jusqu'en 1946. Il travaille ensuite pour l'Accademia della Crusca à Florence et enseigne la littérature française à Pise. C'est à cette époque qu'il commence à travailler avec Montale et à collaborer au magazine Letteratura.

En 1938, il est nommé professeur de philologie romane à Fribourg. Après avoir enseigné à des Italiens réfugiés en Suisse pendant la guerre, il reprend son enseignement à l'université de Fribourg. En 1952, il est nommé professeur de philologie romane de la faculté d'une école d'enseignants. Il est ensuite professeur de langue et littérature espagnoles et philologie romane à la faculté des lettres de l'université de Florence, puis à l'École normale supérieure de Pise.

Il était membre de l'Académie des Lyncéens, président de la Società Dantesca et associé étranger de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Il continue à écrire malgré les rumeurs de mauvaise santé. Il retourne à sa ville natale, Domodossola, en 1985 et y meurt dans la Villa San Quirico, cinq ans après.

Publications[modifier | modifier le code]

En italien[modifier | modifier le code]

  • Dante Alighieri, Rime, à charge de G. Contini, Turin, Einaudi, 1939
  • Un anno di letteratura, Florence, Le Monnier, 1942; Esercizi di lettura, Turin, Einaudi, 1974
  • Poeti del Duecento, à charge de G. Contini, Milan-Naples, Ricciardi, 1960
  • Letteratura dell'Italia unita 1861-1968, à charge de G. Contini, Florence, Sansoni, 1968
  • Francesco De Sanctis, Scelta di scritti critici e ricordi, à charge de G. Contini, Turin, Utet, 1969
  • Varianti e altra linguistica, Turin, Einaudi, 1970
  • Introduction à Carlo Emilio Gadda, La cognizione del dolore, Turin, Einaudi, 1970
  • Un'idea di Dante, Turin, Einaudi, 1970
  • Altri esercizi (1942-71), Turin, Einaudi, 1972
  • Roberto Longhi, Da Cimabue a Morandi, à charge de G. Contini, Milan, Mondadori, 1973
  • Una lunga fedeltà. Studi su Eugenio Montale, Turin, Einaudi, 1974
  • Letteratura italiana del Quattrocento, à charge de G. Contini, Florence, Sansoni, 1976
  • Letteratura italiana delle origini, à charge de G. Contini, Florence, Sansoni, 1978
  • Letteratura italiana del Risorgimento 1789-1861, à charge de G. Contini, Florence, Sansoni, 1986
  • Ultimi esercizi ed elzeviri, Turin, Einaudi, 1987
  • Breviario di ecdotica, Turin, Einaudi, 1990
  • Poeti del Dolce Stil Novo, à charge de G. Contini, Milan, Mondadori 1991
  • Racconti della Scapigliatura piemontese, à charge de G. Contini, Turin, Einaudi, 1992
  • La letteratura italiana Otto-Novecento, à charge de G. Contini, Milan, Rizzoli, 1998
  • Postremi esercizi ed elzeviri, Turin, Einaudi, 1998
  • Poesie, a charge de Pietro Montorfani, Turin, Aragno, 2010

En traduction française[modifier | modifier le code]

  • Italie magique : contes surréels modernes de Palazzeschi, Baldini, Lisi, Zavattini, Morovich, Moravia..., textes choisis et présentés par Gianfraco Contini, traduits par Hélène Breuleux, Paris, Éditions des Portes de France, 1946 (notice BnF no FRBNF31965166)

Sources[modifier | modifier le code]