Gianbatista Pignatelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gianbatista Pignatelli
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Le mors le plus simple "à la pignatel". Des Préceptes du Cavalerice françois,Salomon de La Broue (ed.1610).

Gianbatista Pignatelli (dont le prénom est parfois orthographié Gianbattista ou Giovan Battista) (né en 1525 à Naples et mort en 1558) est un écuyer napolitain du XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Célèbre écuyer de la première moitié du XVIe siècle, Gianbatista Pignatelli, issu d'une noble famille napolitaine fonde une académie à Naples, près de son palais dans le quartier de l'actuel musée national[1] Sa notoriété est telle qu'on y vient de l'Europe entière. Il eut comme élèves les écuyers français Salomon de La Broue et Antoine de Pluvinel[2].

Avant Pignatelli la forme du mors variait pour pallier les défauts de structure du cheval; il fut le premier à préconiser le mors le plus simple pour tous les chevaux. «Si les brides avaient par elles-mêmes la propriété miraculeuse de faire la bouche d'un cheval et de le rendre obéissant, le cavalier et le cheval seraient habiles au sortir de la boutique d'un éperonnier»[3].

On lui attribue l'invention du caveçon ainsi que d'avoir lancé l'idée du travail au pilier (d'après ses disciples, affaibli par l'âge utilisait un arbre pour compenser son manque de force physique).

Citations[modifier | modifier le code]

« Il rendoit les chevaux si obeyssans et manians si justement et de si beaux airs qu’on les a veus à son escole sans toutefois se servir communement d’autres mords que d’un canon ordinaire avec le caveçon commun » a écrit Salomon de La Broue

« Monsieur de Pignatelle disoit qu’il falloit estre avare de coups et prodigue de caresses ! » Antoine de Pluvinel à son élève Louis XIII

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Franchini et Maresca 2003, p. 98
  2. Franchet d'Espérey et Chatenet 2009, p. 158, chapitre: L'Equitation Italienne, sa transmission et son évolution en France au temps de la Renaissance
  3. Le guide Marabout de l'équitation, E. Toebosch et J.P. Musette, 1976, page 140

Sources[modifier | modifier le code]

  • Maria Franchini et Giuseppe Maresca, La fabuleuse aventure du cheval Napolitain : aux origines de l'art équestre, Paris, Zulma, , 108 p. (ISBN 978-2-84304-258-4)
  • Patrice Franchet d'Espérey et Monique Chatenet (dir.), Les arts de l'équitation dans l'Europe de la Renaissance : VIe colloque de l'École nationale d'équitation, au château d'Oiron, 4 et 5 octobre 2002, Arles, Actes Sud, , 446 p. (ISBN 978-2-7427-7211-7, notice BnF no FRBNF42104218)