Giallo a Venezia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giallo a Venezia
Titre original italien : Giallo a Venezia
Réalisation Mario Landi
Scénario Aldo Serio
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre hard gore - giallo - thriller
Durée 91 minutes
Sortie 1979

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Giallo a Venezia est un film giallo italien réalisé par Mario Landi et sorti le 31 décembre 1979 en Italie. Leonora Fani interprète le rôle principal. Le film est surtout connu pour ses scènes hard gore, dont une femme dont la jambe est lentement sciée avec un long couteau, et une prostituée à qui l'on enfonce un couteau dans le vagin[1],[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film retrace l'enquête d'un détective sur le meurtre à caractère sexuel d'un couple marié impliquant un mari addict à la cocaïne  alors que, dans le même temps, un serial-killer commet des meurtres macabres.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Giallo a Venezia
  • Réalisateur : Mario Landi
  • Producteur : Gabriele Crisanti
  • Scénario : Aldo Serio
  • Musique : Berto Pisano
  • Photographie : Franco Villa
  • Genre : giallo, horreur, gore
  • Durée : 91 minutes
  • Date de sortie : 31 décembre 1979 (Italie)

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Leonora Fani : Flavia
  • Jeff Blynn : Angelo De Paul
  • Gianni Dei : Fabio
  • Michele Renzullo : Andrea Caron
  • Eolo Capritti : Maestrin
  • Vassili Karis  : Bruno Nielsen (Vassili Karamesinis)
  • Giancarlo Del Duca : Alberto, le Coroner
  • Mariangela Giordano : Marzia (Maria Angela Giordan)

Réception[modifier | modifier le code]

Moviefone fait une critique mitigée sur le film, affirmant qu'il « est apprécié par les fans de ce sous-genre, mais que, dans l'ensemble, il n'est tout simplement pas comparable avec la plupart grands films du genre italiens[3] ». Dans le livre Italian Horror Film Directors, un critique juge Giallo a Venezia un « parfait exemple de la façon dont un réalisateur peut aller trop loin dans sa quête pour atteindre la synthèse parfaite de l'horreur et de répulsion[4] ».

Paolo Mereghetti a écrit[5] : « [le film] Mérite (ou peut-être ne mérite pas) d'être rappelé comme l'un des thrillers italiens les plus idiots jamais réalisés, un collage de séquences de pornographie douce et de rares écartèlements brutaux qui tombent dans le vide, dans une infantile tentative d'étonner ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marco Giusti, Dizionario dei film italiani stracult, Sperling & Kupfer, (ISBN 8820029197)
  2. Stefan Jaworzyn, Shock Xpress: v.2: Essential Guide to Exploitation Cinema (Vol 2), Titan Books Ltd, , 70, 71, 73 p. (ISBN 1852865199, lire en ligne)
  3. « There's Always Room for Giallo: Giallo a Venezia (Giallo in Venice) », MovieFone (consulté le 30 décembre 2013)
  4. Paul Louis, Italian Horror Film Directors, McFarland & Company, (ISBN 0786418346, lire en ligne), p. 1979
  5. Paolo Mereghetti, Il Mereghetti: Dizionario dei Film 2004, vol. Le schede, Milano, Baldini Castoldi Dalai, (ISBN 88-8490-419-6), p. 987 :

    « merita di essere ricordato (o forse non lo merita) come uno dei thriller italiani più cretini mai realizzati, collage di sequenze porno-soft e di squartamenti di rara efferatezza che cascano nel vuoto, nel puerile tentativo di stupire. »

Liens externes[modifier | modifier le code]