Giacomo Filippo Maraldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Giovanni Domenico Maraldi.
Giacomo Filippo Maraldi
Biographie
Naissance
Décès
(à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Giacomo Filippo Maraldi, parfois appelé Jacques Philippe Maraldi, né à Perinaldo, dans le comté de Nice, le et mort le , est un mathématicien et astronome franco-italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est neveu de Giovanni Domenico Cassini, qui le fait venir en France en 1687 à l'observatoire de Paris.

Il éleva son petit-neveu César-François Cassini, deuxième fils de Jacques Cassini.

Contributions[modifier | modifier le code]

Maraldi fait un grand nombre d'observations (qu'on trouve dans les Mémoires de l'Académie des sciences, parmi lesquelles on remarque ses Considérations sur la théorie des planètes) ; il est admis à l'Académie royale des sciences en 1699.

Vers 1705, il constitue un catalogue des positions des étoiles, le Catalogue des étoiles fixes, resté inédit[1], dans le but de découvrir des parallaxes, mais en vain. Lors de ses observations de Mars, en 1704 et 1719, il détermine la période de rotation de cette planète (environ 24 h 40). À la surface de Mars, il observe la tache polaire australe (découverte par Christiaan Huygens) et découvre en 1704 la tâche polaire boréale. Il remarque la légère excentricité de celles-ci par rapport aux pôles. De plus, il observe les lunes de Jupiter et étudie le passage de plusieurs comètes ; il en découvre deux, la C/1702 H1 et la C/1706 F1. Il démontre que le halo de lumière visible lors d'une éclipse totale de Soleil provient du Soleil et non de la Lune. En 1704, il découvre que l'étoile R Hydrae (en) est une étoile variable.

Entre 1700 et 1718, avec Giovanni Domenico Cassini (mort en 1712) et Gabriel-Philippe de La Hire (1677-1719), il travaille sur la méridienne et prolonge la triangulation géodésique de Dunkerque à Collioure, aux pieds des Pyrénées.

C'est à Maraldi (Mémoires de l'Académie des Sciences, 1715) que l’on doit les premiers travaux sur les causes des différentes apparences des anneaux de Saturne. En 1723, il décrit le premier les taches de diffraction de Fresnel[2], mais son annonce passe inaperçue (Arago les redécouvrira).

En mathématiques, il est aussi connu pour son calcul expérimental des angles du dodécaèdre régulier et des angles des rhombes des alvéoles d'abeilles.

Publications (liste partielle)[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Deux cratères, l'un sur la Lune (en), l'autre sur Mars (en) portent le nom de Maraldi en son honneur et en l'honneur de son neveu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cosmovisions.com/Maraldi.htm.
  2. Eugene Hecht, Optics, San Francisco, Addison Wesley, (réimpr. 4th) (ISBN 0-8053-8566-5), p. 494

Liens externes[modifier | modifier le code]