Ghost in the Shell (film, 2017)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ghost in the Shell (homonymie).
Ghost in the Shell
Description de l'image Ghost-in-the-shell film logo.png.
Titre québécois Ghost in the Shell - Le film
Réalisation Rupert Sanders
Scénario Jamie Moss
William Wheeler
Ehren Kruger
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
DreamWorks Pictures
Reliance Entertainment
Amblin Partners
Arad Productions
Grosvenor Park Productions
Seaside Entertainment
Steven Paul Production
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 106 minutes[1]
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ghost in the Shell est un film de science-fiction américain réalisé par Rupert Sanders, sorti en 2017. Il s'agit d'une adaptation live du manga Ghost in the Shell de Masamune Shirow, publié en 1989.

C'est le premier film de la prolifique franchise japonaise cyberpunk Ghost in the Shell à être produit par des Américains, principalement DreamWorks (Shrek, Gladiator, etc.) et aussi le premier à ne pas être un film d’animation même si une grande partie des décors et de nombreuses séquences sont réalisés en animation 3D. La qualité technique et esthétique de celles-ci a été saluée par la plupart des critiques, mais beaucoup de ces derniers ont regretté la faiblesse du scénario et conséquemment du traitement de la thématique du film, les rapports humains/technologie[2]. Le public, lui non plus, n'a pas été complètement conquis par le fait que Scarlett Johansson joue une femme japonaise ( whitewashing), : la coûteuse superproduction hollywoodienne n’est arrivée qu’à la 50ème place au box-office en France en 2017[3].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un futur proche. Le Major Mira Killian est unique en son genre. En effet, il y a un an, cette jeune femme a été sauvée d'un terrible accident en transférant son cerveau dans un corps synthétique aux capacités cybernétiques. Suite à l'opération, elle a tout oublié de son passé. Elle a ensuite rejoint une unité d'élite anti-terroriste, la section 9, pour lutter aux côtés de Batou contre les plus dangereux criminels. Lorsque sévit une menace d'un nouveau genre, capable de pirater et de contrôler les esprits, le Major s'avère être la seule à pouvoir la combattre. Alors qu'elle s'apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu'on lui a menti ; sa vie n'a pas été sauvée, mais on la lui a volée. Rien ne l'arrêtera pour découvrir son véritable passé, trouver les responsables et les empêcher de recommencer avec d'autres cobayes. Pour ce faire, l'individu qu'elle est chargée de neutraliser pourrait lui être finalement d'une aide précieuse…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[6]

Note : Jusqu'à preuve du contraire, les répliques de Takeshi Kitano sont en japonais sous-titré pour toutes les versions.

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En 2008, DreamWorks SKG distribue dans les salles nord-américaines, via sa filiale Go Fish Pictures (en), le film d'animation Ghost in the Shell 2: Innocence. Steven Spielberg acquiert les droits du manga d'origine pour faire une adaptation en prise de vue réelle. Avi Arad et Steven Paul sont ensuite annoncés à la production, alors que Jamie Moss est le scénariste du projet[7]. En janvier 2014, il est révélé que Rupert Sanders dirigera le film, sur un scénario de William Wheeler[8].

Le 25 janvier 2016, Disney/ABC Home Entertainment abandonne les droits de distribution de Ghost in the Shell à Paramount et confirme une sortie pour le 31 mars 2017[9],[10].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le à Wellington en Nouvelle-Zélande[17],[18].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 40 563 557 $[4] 8
Drapeau de la France France 1 018 564 entrées[19] 9
Monde Monde 169 801 921 $[4] 9

Box-office Mondial et titre de films[modifier | modifier le code]

Box-office mondial par pays du film Ghost in the Shell (par ordre décroissant)[4] et titre dans le pays diffusé[20]
Pays Titre Box-office
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Ghost in the Shell[20] 3 091 490
Drapeau de l'Italie Italie Ghost in the Shell[20] 998 007
Drapeau de la Turquie Turquie Ghost in the Shell[20] 448 664
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Ghost in the Shell[20] 441 560
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Ghost in the Shell[20] 268 827
Drapeau du Portugal Portugal Ghost in the Shell - Agente do Futuro[20] 212 130
Drapeau de la Roumanie Roumanie 182 574
Drapeau de la Finlande Finlande 131 759
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Дух в броня[20]
Drapeau du Brésil Brésil A Vigilante do Amanhã: Ghost in the Shell[20]
Drapeau du Chili Chili Ghost in the Shell: Vigilante del futuro[20]
Drapeau de l'Estonie Estonie Hing anumas[20]
Drapeau de l'Espagne Espagne Ghost in the Shell: El alma de la máquina[20]
Drapeau de la Géorgie Géorgie Mochveneba Abjarshi[20]
Drapeau de la Grèce Grèce Το φάντασμα στο κέλυφος[20]
Drapeau de la Croatie Croatie Duh u oklopu[20]
Drapeau de la Hongrie Hongrie Páncélba zárt szellem[20]
Drapeau du Japon Japon Gôsuto in za sheru[20]
Drapeau de la Lituanie Lituanie Dvasia sarvuose[20]
Drapeau du Mexique Mexique La vigilante del futuro, Ghost in the Shell[20]
Drapeau du Pérou Pérou Ghost in the Shell: Vigilante del futuro[20]
Drapeau de la Serbie Serbie Duh u oklopu[20]
Drapeau de la Russie Russie Призрак в доспехах[20]
Drapeau de la Slovénie Slovénie Duh v skoljki[20]
Drapeau de l'Ukraine Ukraine Привид у бронi[20]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Technical Specifications sur l’Internet Movie Database
  2. « Ghost In The Shell : Critique presse », sur Allociné
  3. « Ghost in the Shell : les trois raisons d'un échec », sur lefigaro.fr
  4. a, b, c et d « Box Office Mojo : Ghost in the Shell », sur Boxofficemojo.com (consulté le 4 avril 2017)
  5. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  6. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le 16 juin 2017)
  7. (en) Tatiana Siegel et Michael Fleming, « DreamWorks to make 'Ghost' in 3-D », Variety, (consulté le 9 novembre 2011)
  8. (en) Bryan Bishop, « Live-action 'Ghost in the Shell' movie signs the director of 'Snow White and the Huntsman' », The Verge, (consulté le 3 mars 2014)
  9. (en) Alex Stedman, « ‘Ghost in the Shell’ Moves to Paramount From Disney », sur Variety, (consulté le 22 juillet 2016)
  10. (en) Anita Busch, « ‘Ghost In The Shell’ Shifts From Disney To Paramount For Release », sur deadline.com, (consulté le 22 juillet 2016)
  11. (en) Mike Fleming Jr, « ‘Wolf Of Wall Street’s Margot Robbie Eyes ‘Ghost In The Shell’ », Deadline.com,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Brian Gallagher, « 'Ghost in the Shell' Movie Wants Scarlett Johansson for the Lead », MovieWeb (en),‎ (lire en ligne)
  13. (en) Justin Kroll, « Pilou Asbæk to Co-Star With Scarlett Johansson in ‘Ghost in the Shell’ (EXCLUSIVE) », Variety,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Ali Jaafar, « Sam Riley In Talks For ‘Ghost In The Shell’ Opposite Scarlett Johansson », Deadline.com,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Justin Kroll, « Michael Pitt to Play Villain in Scarlett Johansson’s ‘Ghost in the Shell’ », Variety, (consulté le 5 février 2016)
  16. (en) Jeff Snider, « Scarlett Johansson’s ‘Ghost in the Shell’ Casts Its First Japanese Actor », TheWrap, (consulté le 3 mars 2016)
  17. (en) Monique Friedlander, « Fitness fan! Scarlett Johansson cuts a low-key figure on training session in New Zealand as she takes a break from filming Ghost In The Shell », Daily Mail, (consulté le 3 février 2016)
  18. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  19. « Ghost in the Shell (2017) », sur JP Box office (consulté le 14 avril 2017)
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x « Titres International du film », sur imdb (consulté le 4 avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]