Gholam Ali Haddad-Adel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La traduction de cet article ou de cette section doit être revue. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Le contenu est difficilement compréhensible vu les erreurs de traduction, qui sont peut-être dues à l'utilisation d'un logiciel de traduction automatique. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou modifiez l'article.

Gholam Ali Haddad-Adel
Gholam-Ali Haddad-Adel 5.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
TéhéranVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Société des dévots de la révolution islamique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Gholam Ali Haddad-Adel (en persan : غلامعلی حداد عادل) (né à Téhéran en 1945) est ancien président et membre actuel de l'Assemblée consultative islamique (parlement iranien). Il est le premier président à ne pas être membre du clergé depuis la révolution iranienne de 1979.

Haddad-Adel obtient un doctorat en philosophie de l'Université de Téhéran en 1975, et il est également titulaire d'une licence de physique de l'université de Téhéran et d'une maitrise de physique de l'université de Shiraz.

Après la révolution iranienne, il s'inscrit au parti de la république islamique. Il deviendra par la suite vice-ministre de la culture et de l'orientation islamique, vice-ministre de l'éducation, puis directeur de l'académie de langue et de littérature persane, directeur exécutif de la fondation de l'encyclopédie islamique. Il a également aidé à mettre en place des olympiades scientifiques en Iran.

Il est élu député de Téhéran dans les élections au Majles d'Iran en 2004. Il est ensuite élu comme porte-parole du Majles pour un an le 6 juin 2004, avec 226 voix sur 259 (il était le seul candidat).

Il est actuellement membre de l'académie de langue et de littérature persane, membre du haut conseil à la révolution culturelle et membre du Conseil de discernement.

Vie privée[modifier | modifier le code]

La fille d'Haddad-Adel s'est marié à Mojtaba Khamenei, un fils de l'Ayatollah Ali Khamenei, l'actuel Guide de la Révolution de l'Iran.

Avis[modifier | modifier le code]

D’après Haddad, le problème de Hijab dans la civilisation occidentale est une grande issue. Il dit que, dans le livre de la nudité de culture et la culture de nudité, le problème il s’agit du matérialisme. En effet, le matérialisme est une culture privilégiée en Occident. Selon du matérialisme il n’y avait rien de valoir pour les cases pas matériaux[1]. Selon Haddad, la religion avait le rôle importante sur l’éducation et établissement en Iran. Il croit qu'il y a la dominance de pense religieuse sur l’éducation. Il dit que l’éducation religieuse est un résultat de la révolution islamique en Iran[2] .

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ouvrages :
    • Farhang-e Berahnegi va Berahnegi-e Farhangi (« Culture de la nudité et nudité de la culture »), Soroush, Téhéran, 1980, traduit en ourdou, arabe et turc.
    • Haj : Namaaz-e Bozorg (« Hajj : la grande prière »), Sana, Téhéran, 2000.
    • Daaneshnaame-ye Jahaan-e Eslam (« L'encyclopédie du monde islamique »), Islamic Encyclopedia Foundation, Volumes 2-6 (éditeur), 1996-2001.
    • il est également auteur de livre de sociologie, de sciences sociales, et d'ouvrages sur le Coran pour à destination des lycées.
  • Traductions :
    • Tamhidaat : Moghaddame-i baraaye har Maa-ba'd-ot-tabi'e-ye Aayande ke be onvaan-e yek Elm Arze Shavad, traduction de Prolégomènes à toute métaphysique future qui voudra se présenter comme science d'Emmanuel Kant, Iran University Press, Téhéran, 1988.
    • Nazariye-ye Ma'refat dar Falsafe-ye Kaant, une traduction de Théorie de la connaissance de Kant de Justus Hartnack, Fekr-e Rooz, Téhéran, 2000.
    • Traduction de Coran

Il a traduit le Coran de l'arabe vers le persan. La traduction de Coran a fait par lui pendent 9 ans. Selon Haddad, cette traduction a été faite avec l’aide et consultation d’autres chercheurs de Coran. Cette traduction a été présentée à la 9e exposition internationale du Coran en Iran[3].Il a dit que la traduction de Coran était à la forme conceptuelle[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pamela Karimi, Domesticity and Consumer Culture in Iran: Interior Revolutions of the Modern Era, Routledge, (ISBN 113510137X, lire en ligne), p. 157
  2. (en) Colin Brock, Lila Zia Levers, Aspects of Education in the Middle East and Africa, Symposium Books Ltd, (ISBN 1873927215, lire en ligne), p. 101
  3. (en) Murteza Kariminia, Reports of translation, (lire en ligne), p. 121
  4. (en) Ali Najjarpourian,Ramazanali Gorji, I ttranslate Quran into persian concept by concept, (lire en ligne), p. 13

Liens externes[modifier | modifier le code]