Ghislaine Thesmar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thesmar.
Ghislaine Thesmar

Naissance (75 ans)
Pékin (Chine)
Activité principale Danseuse
Chorégraphe
Style Danse classique
Danse contemporaine
Activités annexes Enseignante
Lieux d'activité Paris, Londres
Montréal, Monte-Carlo
Années d'activité Entre 1961 et 1988
Éditeurs Éditions Odile Jacob (autobiographie)
Formation Conservatoire national supérieur de musique et de danse (Paris)
Élèves Ludmila Pagliero

Ghislaine Thesmar est une danseuse française née à Pékin le .

Famille[modifier | modifier le code]

Son père est diplomate et représente la France dans de nombreux pays. La jeune Ghislaine passa donc d’un pays à l’autre, au fur et à mesure des affectations de son père. À sa naissance son père est en poste en Chine. Celui-ci est d'ailleurs pianiste et mélomane, ce qui donnera le goût de l'ambiance musicale à la jeune fille[1]. Elle s'est mariée avec danseur et chorégraphe français Pierre Lacotte en 1968.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Études artistiques[modifier | modifier le code]

Elle fait son apprentissage à l'école de danse Pro Arte Musical (es), dirigée par Alicia Alonso à la Havane, à Cuba.

Elle obtint le premier prix du Conservatoire de Casablanca, au Maroc où elle réside alors. Sa professeure de danse Sonia Bessy, lui conseille de se présenter au concours du Conservatoire de Paris.

Un congé diplomatique de son père lui permettra ensuite de commencer ses études au conservatoire National Supérieur de Paris, avec pour professeurs, Solange Schwartz, Yves Brieux et Serge Peretti[2]

Ballets classiques[modifier | modifier le code]

Opéra Garnier de Paris dans les années 1960.

Elle commence sa carrière en 1961 dans le corps de ballet du Grand Ballet du Marquis de Cuevas, dans La Belle au bois dormant, puis est engagée dans la troupe des Jeunesses musicales de France. Elle devient la muse du directeur, Pierre Lacotte, qui crée plusieurs ballets pour elle et son partenaire attitré, Michaël Denard.

Elle danse ensuite dans la troupe de Roland Petit, au Ballet Rambert, à Londres et aux Grands Ballets canadiens à Montréal. Elle participe à de nombreux festivals et saisons comme à la Fenice à Venise en 1970.

Le ballet La Sylphide la révèle en 1971 au grand public. Après le succès du film on lui propose trois représentations en artiste invitée à l’Opéra de Paris et on lui offre par la suite un contrat fixe comme étoile de la compagnie de ballet à l’Opéra de Paris.

Théatre Mariinsky à Saint-Petersbourg

Elle fait de nombreuses tournées en Union Soviétique de 1970 à 1972 et danse plusieurs fois (en guest) au Théâtre Mariinsky et au Bolchoï de Moscou.

Devenue danseuse étoile à l'Opéra de Paris en 1972 elle se produit de nombreuses fois au New York City Ballet dans une sorte de contrat en accord entre George Balanchine et Rolf Liebermann qui lui permet une participation permanente entre l’Opéra de Paris et le New York City Ballet pendant 5 ans.

Outre le répertoire classique (Giselle, Coppélia, Lac des Cygnes, Belle au bois dormant, Raymonda, La Sylphide de Pierre Lacotte…), elle a interprété les œuvres de Serge Lifar, Roland Petit, une grande partie du répertoire de George Balanchine et Jerome Robbins.

Carrière d'enseignante[modifier | modifier le code]

Elle enseigne et dirige des répétitions pour les solistes pendant 20 ans à l’Opéra de Paris et enseigne également et régulièrement au Royal Ballet de Londres et aussi à l’école du Théâtre Mariinsky à Saint Petersbourg et pour la compagnie du Théâtre Bolchoï à Moscou.   

Elle quitte la scène en 1988 pour se consacrer entièrement à l’enseignement à l’Opéra de Paris sous l’égide de Rudolf Noureev et prend sa retraite en 2008.

Œuvres chorégraphiques[modifier | modifier le code]

Deux œuvres[3].

Cinématographie[modifier | modifier le code]

  • Une vie de ballets
film-documentaire réalisé par Marlène Ionesco et réalisé en 2011 (Delange Productions), est un hommage au chorégraphe, Pierre Lacotte, et à sa muse Ghislaine Thesmar, danseuse étoile et enseignante à l’Opéra de Paris. On peut assister, durant ce film, à une séance de répétition au cours de laquelle, la pédagogue Ghislaine Thesmar assiste les danseurs Ludmila Pagliero et Mathieu Ganio. De nombreuses images de ce film proviennent des archives personnelles de Pierre Lacotte[4].

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

  • Autobiographie (une vie en pointe) :
son livre, intitulé « Une vie en pointe », publié en avril 2018 par les éditions Odile Jacob, retrace la carrière et la propre expérience de l'artiste[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]