Ghislaine Dupont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ghislaine Dupont
Image illustrative de l’article Ghislaine Dupont

Naissance
Paris, 20e[1]
Décès (à 57 ans)
Kidal (Mali)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Journaliste radio
Spécialité Afrique
Médias
Fonction principale conseillère éditoriale de la rédaction
Radio Radio France internationale

Ghislaine Dupont[2],[note 1], née le à Paris 20e[1] et morte le (à 57 ans) au Mali, est une journaliste française grand reporter radio, spécialiste des questions africaines[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ghislaine Dupont a vécu une partie de sa petite enfance en Afrique, notamment au Gabon[4]. Après ses études universitaires, elle s'inscrit à l'École supérieure de journalisme de Paris (ESJ). Elle commence sa carrière dans la presse écrite, au Courrier Cauchois, à Ouest-France[5] et Témoignage chrétien[6], alors dirigé par Georges Montaron et Pierre-Luc Séguillon[7], mais prend le goût du micro auprès des radios libres, notamment à Radio Gilda la Radiopolitaine à qui elle propose ses premiers reportages. Elle entre à Radio France Belfort en 1983, puis travaille comme pigiste à RFI en 1986, avant de présenter les éditions d'information au Maroc à Tanger pour la radio privée maroco-française bilingue arabe-français Radio Méditerranée Internationale[8].

Dès son retour définitif à RFI en 1990[7], Ghislaine Dupont couvre l'Afrique : elle va dans les maquis de l’UNITA, en Angola, elle témoigne du drame que traversent les Sierra-Léonais dans les territoires aux mains des rebelles du RUF, elle couvre Djibouti, le conflit Éthiopie-Érythrée, le Rwanda, le Soudan, l'Algérie ou la Côte d'Ivoire où elle révèle l'existence de charnier à Abidjan.

Pendant une décennie (1997-2007), elle se consacre à la République démocratique du Congo (RDC)[7].

En 2003, Ghislaine Dupont prend un congé sabbatique pour participer, comme responsable de la rédaction, à la création de Radio Okapi en RDC. "La fréquence de la Paix" est créée à l’initiative de la Fondation Hirondelle, ONG suisse active dans le soutien aux médias dans des contextes de crise avec le soutien de la Mission des Nations unies en RDC (Monuc)[9]. Elle y forme de jeunes journalistes qui imposeront Radio Okapi au premier plan des organes d’information du pays[10].

En 2006, son traitement impartial de la campagne électorale lui vaut d'être expulsée de Kinshasa par le gouvernement Kabila[11] entre le premier et le deuxième tour de l'élection présidentielle de 2006[12]. Elle continuera à traiter de l'actualité de la RDC, en particulier celles des nombreuses atteintes aux droits de l'homme dans ce pays en guerre (dont la question des femmes violées et celle des orphelins dans les zones de combats) avant d'être également interdite d'antenne sur ces dossiers[13] : l'ancienne direction de RFI (alors Alain de Pouzilhac et Christine Ockrent) négocie en 2011 avec le régime de Kinshasa le rétablissement des émissions en FM de RFI en RDC en abandonnant Ghislaine Dupont, trop indépendante, « au placard », arguant de l'ouverture d'un bureau permanent de RFI/France24 à Kinshasa[14],[15]. Celle-ci réagit en portant l'affaire devant les prud'hommes[16]. Le changement de direction - en particulier à la tête du service Afrique - met fin partiellement au contentieux dès l'automne 2012 mais Ghislaine Dupont n'obtient pleinement gain de cause qu'en [17].

Connue pour ses qualités de reporter, d'enquêtrice, sa rigueur éditoriale[18] et la finesse de ses analyses politiques[19], elle avait été nommée en juillet 2013 conseillère éditoriale de la rédaction de RFI par la nouvelle présidente de France Médias Monde, Marie-Christine Saragosse.

Ghislaine Dupont a été tuée le non loin de Kidal au nord-est du Mali après avoir été enlevée par des assaillants non identifiés. Elle était en compagnie du technicien de reportage Claude Verlon, également victime des mêmes meurtriers[20]. Tous deux étaient arrivés à Kidal le matin du mardi , le jour de la libération des « otages d'Arlit », là où ces derniers sont livrés dans l'après-midi de la même journée aux autorités nigériennes. Ghislaine Dupont et Claude Verlon préparaient une émission spéciale de RFI sur « la crise dans le nord du Mali et la réconciliation ».

Selon les autorités françaises, dès , trois des quatre ravisseurs auraient été identifiés par les services de renseignement français, des djihadistes d'AQMI ayant servi dans la katiba d'Hamada Ag Hama, dit « Abdelkrim al-Targui », avant de rejoindre le forces du MIA puis du HCUA après la défaite des islamistes[21]. Le , ces assassinats sont revendiqués par des hommes d'AQMI appartenant à la katiba Al Ansar, sous les ordres d'Abdelkrim al-Targui[22].

Un Touareg nommé Baye Ag Bakabo est suspecté d'avoir organisé l'enlèvement. Trafiquant de drogue, il rejoint AQMI en 2006. En , lors de l'opération Serval il déserte en emportant l'argent de sa katiba et gagne Kidal où il rejoint le HCUA. Mais en avril, il est menacé de mort par son ancien chef, Abdelkrim al-Targui, qui lui déclare qu'il ne sera pardonné qu'à la condition de remettre l'argent qu'il a dérobé. Afin de rembourser ses dettes, Ag Bakabo organise l'enlèvement des deux journalistes, mais l'opération tourne mal. Après l'assassinat des deux otages, il prend la fuite[23],[24].

Au Mali, l'enquête est confiée à un juge d'instruction, Mahamadou Kassogué[25]. En , les autorités françaises et maliennes n'évoquent plus qu'un seul suspect identifié et un mandat d'arrêt a été lancé contre Baye ag Bakabo, le propriétaire du véhicule de l'enlèvement. Proche d'Ansar Dine, il est soupçonné de travailler pour l'islamiste Abdelkrim al-Targui (« le Touareg »[26]).

Baye Ag Bakabo sera tué par l'armée française le 5 juin 2021, dans la région d'Aguel'hoc[27],[28].

Selon le procureur général François Molins, l'enlèvement aurait mal tourné à cause d'une panne de moteur du pick-up. Les djihadistes auraient alors exécuté leurs prisonniers afin de favoriser leur fuite. Ghislaine Dupont est abattue de trois balles de face et Claude Verlon de sept balles dans le dos. À 14 h 25, une heure et quart après l'enlèvement, les corps des journalistes sont retrouvés par les soldats français[24] à 12 km de Kidal. Selon d'autres sources, c'est un hélicoptère qui aurait repéré les corps[29].

D'après un correspondant du New York Times en poste à Dakar, le général malien Didier Dacko aurait déclaré qu'ils avaient été découverts la gorge tranchée[30]. Une information jamais recoupée par d'autres sources mais dont la rumeur a circulé les jours suivants sur plusieurs sites dont des blogs anti-islamistes[31].

Dans les mois qui suivent la mort des deux Français, plusieurs commentateurs s'étonnent de la lenteur des progrès de l'enquête[32]. En [33], une information judiciaire est confiée aux juges anti-terroristes Laurence Le Vert, Christophe Teissier et Marc Trévidic[34],[35].

Hommage officiel[modifier | modifier le code]

Ghislaine Dupont et Claude Verlon sont décorés à titre posthume de l'Ordre national du Mali par le président de la République du Mali Ibrahim Boubacar Keïta[36] le [37].

Création d'une association des amis de Ghislaine Dupont[modifier | modifier le code]

Le , la famille et les proches de la journaliste créent l'association « Les Amis de Ghislaine Dupont »[38]. L'article 2 des statuts en précise ses buts[39] :

  1. concourir à la manifestation de la vérité et à l'expression de la justice sur les circonstances et la cause de la mort de Ghislaine Dupont, assassinée avec Claude Verlon à Kidal (Mali) le  ;
  2. encourager toute action en mémoire de Ghislaine Dupont.

La mère de Ghislaine Dupont préside l'association. Ses porte-parole sont Laurence Lacour, journaliste, écrivaine et éditrice[40] ainsi que Pierre-Yves Schneider, journaliste, formateur[39].

La presse française et malienne se fait l'écho des interrogations de l'association[41],[42],[43],[44],[45],[46],[47]. L'association reçoit également le soutien d'organisations professionnelles[48].

En , l'association change d'intitulé et devient « Les Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon »[49].

Un an après l'assassinat[modifier | modifier le code]

À l’approche de la date anniversaire, le , en réponse à une question orale du député socialiste François Loncle à l’Assemblée nationale[50], le ministre des Affaires étrangères déclare que l’enquête judiciaire serait entrée, selon lui dans une phase décisive et que l’assassinat de Ghislaine et Claude ne resterait pas impuni[51]. À l’occasion d’une rencontre avec la presse le jeudi [52], les proches et la famille se félicitent de la confiance exprimée par les responsables politiques à l’égard des magistrats instructeurs mais s’inquiètent pour leur part d'une enquête qui n'avance pas assez vite et du silence persistant des médias à propos des zones d’ombres sur la mort des deux reporters[53].

Toujours en question : l’incohérence des horaires communiqués par le parquet de Paris et les militaires de Serval sur l’intervention des différentes forces présentes à Kidal le [54] après l’enlèvement ; Le départ précipité de deux officiers supérieurs de la Minusma[53],[54] en visite à Kidal ce même jour.

L’association des amis de Ghislaine Dupont[55],[56] ainsi que les familles et leurs avocats s’inquiètent par ailleurs d’un accord éventuel qui pourrait être signé à Alger entre le gouvernement malien et les mouvements armés touaregs prévoyant une amnistie et donc l'impunité pour les tueurs et leurs commanditaires[57],[58]

Le , Radio France Internationale révèle les noms des lauréats maliens 2014 de la « bourse Ghislaine et Claude » : la journaliste Rachelle Tessougué, 32 ans et Sidi Mohamed Dicko, 26 ans, technicien radio[59].

Depuis 2015[modifier | modifier le code]

La mère de Ghislaine Dupont reçue par François Hollande[modifier | modifier le code]

Le – 20 mois après le drame – la mère de Ghislaine Dupont, Marie-Solange Poinsot, adresse une lettre ouverte au président de la République dans la presse quotidienne régionale[60] et le elle est reçue, avec la fille et la sœur de Claude Verlon, et plusieurs autres proches par François Hollande pendant près d’une heure trente[61],[62].

Les affirmations du président de la République en 2016[modifier | modifier le code]

Dans le livre Un président ne devrait pas dire ça paru en 2016 et recueillant des confidences du président François Hollande, ce dernier affirme que l'ancien otage Serge Lazarević enlevé au Mali, puis libéré, aurait été enlevé par les mêmes ravisseurs que Ghislaine Dupont et son ingénieur du son, ce qui contredirait la version officielle. Les proches de Ghislaine Dupont reprochent à l’État français de savoir qui est à l'origine de sa mort mais de dissimuler certaines informations[63].

Enquête du magazine télévisé Envoyé spécial[modifier | modifier le code]

En , Envoyé spécial (magazine de France 2) diffuse une émission intitulée « Otages d'État » préparée avec RFI et Mediapart[64] par les journalistes Michel Despratx, Geoffrey Livolsi, Cheick Amadou Diouara, Antoine Husser, Loup Krikorian et Marielle Krouk consacrée aux différentes hypothèses autour des circonstances de la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon[65] et leur lien possible avec l’affaire des otages d’Areva à Arlit au Niger. Pour eux, l'affaire serait un véritable « scandale d'État » commençant dans la nuit du 15 au , quand un commando d’Aqmi enlève sept salariés d’Areva et de Sogea-Satom (groupe Vinci). Le traitement de cet enlèvement suit un cheminement tortueux ayant pu faire de nombreux mécontents[66] et certains d'entre eux auraient enlevé puis exécuté les deux envoyés de Radio France internationale en représailles de promesses non tenues, peut-être financières[64].

Thomas Hofnung, spécialiste reconnu des questions africaines, publie en février 2017 dans Le Monde une chronique où il exprime ses doutes sur les chances que « toute la lumière soit faite sur la mort tragique de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, des professionnels courageux et engagés qui ne faisaient que leur travail à Kidal » et estime qu'il ne s'agit pas simplement de « dégâts collatéraux d’une bagarre franco-française sur fond de soupçons tenaces et délétères de rétrocommissions, mais d’abord (...) de victimes de groupes islamo-crapuleux attirés par l’odeur de l’argent »[67].

Deux mois après la diffusion, il apparaît dans un « droit de suite » de l'hebdomadaire Télérama que la polémique engendrée par cette émission a permis de faire connaître les nombreuses interrogations à destination des autorités françaises, judiciaires et politiques, restant sans réponses et les nombreuses réticences de l'État à lever les zones d'ombre[68].

Exposition de dessins : « Dessiner pour ne pas tirer un trait »[modifier | modifier le code]

Plus de quarante dessinateurs de presse, caricaturistes ou jeunes graphistes[69] ont accepté de participer à la réalisation d'une exposition destinée à circuler pour ne pas oublier les circonstances de la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon[70]. Celle-ci a été présentée à la Maison des journalistes[71],[72] en novembre/, puis à France Médias Monde (RFI et France 24) en février/.

À partir d', l'Institut français tient à la disposition des instituts et centres culturels français dans le monde une version numérique de l'exposition pour une impression locale par les postes[73].

Durant l'été 2017, l’exposition est présentée lors des troisièmes « Rencontres culturelles d'Altagène », village de l'Alta Rocca, ainsi qu'une dizaine de dessins réalisés par des élèves du lycée de Sartène et par le dessinateur de presse corse Alain Luciani[74].

En 2019[modifier | modifier le code]

Le , RFI remet en question la version officielle de l'armée française sur les morts de Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Mali[75]. La radio affirme que les forces spéciales et les hélicoptères français avaient pris en chasse les ravisseurs, alors que l'armée française avait assuré que ses forces n'avaient eu « aucun contact visuel ou physique » avec les auteurs de l'enlèvement[76].

Le , la cellule d'investigation de France Inter publie une enquête coordonnée par Élodie Guéguen qui fait le point de l'avancée de l'instruction et met à jour les contradictions entre les déclarations successives des plus hautes autorités de l'État et des services concernés par la présence française au Mali, présentant les différentes hypothèses sur les causes de leur enlèvement, notamment celle d'un différend sur la rançon versée pour la libération des otages d'Arlit[77].

En 2020[modifier | modifier le code]

La rapporteuse spéciale du Conseil des droits de l'homme des Nations unies Agnès Callamard engage à partir de l'été 2020 à son tour une enquête sur l’assassinat au Mali de Ghislaine Dupont et Claude Verlon[78].

Hommage de la ville de Paris[modifier | modifier le code]

Le , une place Ghislaine-Dupont-Claude-Verlon-Camille-Lepage est inaugurée dans le 2e arrondissement de Paris, en hommage aux trois journalistes tués[79].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sandrine Hergi (d) / Molly Blum (Véronique Florion), Kidal, extrait de l'album « Sierra Hotel » sorti en mai 2021[81]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Le nom « Ghislaine Dupont » est prononcé /ʒislɛn dypõ/.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Données du registre national des décès de l'INSEE
  2. Dite Gigi (ʒiʒi) par ses amis et collègues
  3. Ghislaine Dupont, une professionnelle chevronnée et passionnée par l'Afrique
  4. Ogooué Infos
  5. https://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Journalistes-tues.-Ghislaine-Dupont-reporter-chevronnee-passionnee-par-l-Afrique_6346-2245418-fils-tous--22093-abd_filDMA.htm
  6. http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Dossiers/Le-monde-comme-il-va%E2%80%A6-ou-pas/Default-5-4727.xhtml
  7. a b et c Sébastien Nemeth et Laurent Correau, « Ghislaine Dupont, Claude Verlon : deux professionnels passionnés du terrain », sur rfi.fr, (consulté le ).
  8. La journaliste française tuée au Mali avait travaillé à Médi 1 sur le site marocain Médias 24.
  9. La Fondation Hirondelle rend hommage à Ghislaine Dupont et Claude Verlon
  10. « Radio Okapi rend hommage à Ghislaine Dupont », sur Radio Okapi, (consulté le ).
  11. http://radiookapi.net/sans-categorie/2006/05/29/medias-reactions-autour-de-l%E2%80%99accreditation-d%E2%80%99une-journaliste-de-rfi/
  12. http://www.digitalcongo.net/article/35286
  13. Ghislaine Dupont : Expulsée « proprement » de la RDC, tuée « froidement » au Mali… sur http://bukavuonline.com/ le 3 novembre 2013
  14. « RFI se couche devant Kabila » Le Canard enchaîné du 16 février 2011.
  15. Grève à RFI après la mise à l'écart d'une journaliste sous la pression de Kinshasa, Le Monde du 9 février 2011
  16. http://reveil-fm.com/index.php/2011/02/12/1282-greve-a-rfi-apres-la-mise-a-l-ecart-de-ghislaine-dupont-sous-la-pression-de-kinshasa
  17. Ghislaine, journaliste RFI tuée à Kidal : ne rien oublier, ne pas se mentir sur Mediapart le 15 novembre 2013
  18. Ghislaine Dupont, une journaliste rigoureuse et un rire inoubliable
  19. « Une des figures du service Afrique de RFI »
  20. RFI, « RFI en deuil rend hommage à Ghislaine Dupont et Claude Verlon », sur rfi.fr, (consulté le ).
  21. Le Monde : Mali : trois des ravisseurs des journalistes de RFI étaient connus des services de renseignement français
  22. Le Nouvel Observateur : Actualité > Guerre au Mali > Mali. AQMI revendique l'assassinat des deux journalistes de RFI
  23. Jeune Afrique : Mali : qui est Ag Bakabo, le suspect n°1 du meurtre des deux journalistes de RFI à Kidal ?
  24. a et b RFI : Journalistes de RFI tués au Mali : la thèse d'une prise d'otages ratée est privilégiée
  25. « Enquête sur la mort des journalistes de RFI : Quand la justice malienne accuse l’armée » sur le site Malijet le 3 avril 2014
  26. RFI, « Mali : l'enquête sur l'assassinat des journalistes de RFI n'avance pas », sur rfi.fr, (consulté le ).
  27. L’armée française a tué le chef d’Aqmi responsable de l’assassinat des journalistes de RFI en 2013, Le Parisien avec AFP, 11 juin 2021.
  28. [vidéo] Mali : le principal suspect dans l'assassinat de G. Dupont et C. Verlon tué par l'armée française, France 24, 11 juin 2021.
  29. franceinfo, « Mali : deux journalistes français assassinés », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  30. New York Times 3 Nov 2013 (en)
  31. http://www.hoaxbuster.com/forum/journalistes-assassines-au-mali
  32. « Enquête au point mort sur l'assassinat des deux journalistes » article de Jacques-Marie Bourget sur le site Mondafrique
  33. « Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Mali : les faits qui dérangent » de Pierre-Yves Schneider sur Médiapart, publié le 24 avril 2014
  34. « Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges vont enquêter » dans Libération du 11 avril 2014
  35. « Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges vont enquêter » dans La Croix du 11 avril 2014
  36. « Les corps de nos envoyés spéciaux de retour en France - Afrique - RFI », sur rfi.fr, (consulté le )
  37. « JournalDuMali.com: Ghislaine Dupont et Claude Verlon décorés à titre posthume », sur www.journaldumali.com, (consulté le )
  38. « Déclaration à la préfecture de police : 25 février 2014 », sur Journal officiel,
  39. a et b Communiqué de l'association
  40. « Laurence Lacour : hommage à Ghislaine Dupont » L'invité de 7h20 le 7 mars 2014 sur RFI
  41. « Journalistes de RFI : les proches veulent un juge » de Thomas Hofnung dans Libération du 28 mars 2014
  42. « Journalistes tués au Mali : “on ne donne pas de réponse” » sur Europe 1, par Anne-Julie Contenay et Gwendoline Debono le 28 mars 2014
  43. « Mort de Ghislaine Dupont: une association brise le silence », interview de Pierre-Yves Schneider sur JOL Press le 28 mars 2014
  44. « 5 mois après le double assassinat des journalistes de RFI, les enquêtes sont au point mort » sur le site malien Studio Tamani le 27 mars 2014
  45. « Les proches de Ghislaine Dupont et Claude Verlon dénoncent “un silence de plomb” » sur i>Télé le 27 mars 2014
  46. « “Les amis de Ghislaine Dupont” en appellent à François Hollande » sur le site du Nouvel observateur le 26 mars 2014
  47. « Les proches des journalistes de RFI tués au Mali s’inquiètent de la lenteur de l’enquête » sur le site du Monde le 26 mars 2014
  48. « Contre le silence de plomb après le meurtre de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon de RFI » sur le site du SNJ le 29 mars 2014
  49. « Déclaration à la préfecture de police le 28 mai 2016 : Changement de titre d'une association », sur Journal officiel,
  50. Question orale de Francois Loncle (29/10/2014)
  51. Réponse de Laurent Fabius à la question de François Loncle
  52. Mali : le chaos estompe les traces des meurtriers des journalistes de RFI
  53. a et b Zones d’ombre sur la mort des reporters de RFI dans Le Monde du 31 octobre 2014
  54. a et b Ghislaine Dupont et Claude Verlon : une enquête qui piétine dans Jeune Afrique par Dorothée Thiénot le 2 novembre 2014
  55. 19/20 de France 3 le jeudi 30 octobre 2014
  56. Il y a un an Ghislaine Dupont et Claude Verlon étaient enlevés et assassinés sur France Inter le 2 novembre 2014
  57. Assassinat des deux journalistes de RFI : un an après, les familles refusent l'oubli Élodie Forêt sur France Info le 2 novembre 2014
  58. Journalistes tués au Mali : Le long deuil de la fille de Claude Verlon sur Paris Match le 3 novembre 2014
  59. Premiers lauréats pour la « Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon » sur RFI le 2 novembre 2014
  60. RFI, « La mère de Ghislaine Dupont écrit à François Hollande », sur rfi.fr, (consulté le ).
  61. Communiqué de l'association « Les amis de Ghislaine Dupont » en date du 25 juillet 2015
  62. Les documents sur l'assassinat de nos collègues vont être déclassifiés sur RFI le 27 juillet 2015
  63. « Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : L'État sait qui les a tués », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  64. a et b Yann Philippin, « Révélations sur l’assassinat des journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon », sur Mediapart,
  65. Manuel Vicuña, « Assassinat des journalistes de RFI : France 2 rouvre l'enquête », Arrêt sur images,‎ (lire en ligne)
  66. Éric Le Braz, « Des otages d’Arlit à l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : une nouvelle affaire d’État ? », 7x7,‎ (lire en ligne)
  67. Thomas Hofnung, « Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : l’enquête impossible », sur Le monde,
  68. Emmanuelle Skyvington, « Reporters de RFI assassinés : l'histoire n'est pas close », sur Télérama,
  69. Parmi les dessinateurs participant à l'exposition « Dessiner pour ne pas tirer un trait » : Ali Dilem, Julien Helkarava, Folly Evariste Amouzouvi alias Aeffolly, Biz, Léopold Carlier Gonod, Rémi Malingrëy, Juliette Léveillé, Michel Kichka, Adrien Wattel, Kerleroux, Pancho, Lefred-Thouron, Trax, Plantu, Riri alias Tojoarisoa Rindraniaina Razafindrabe, Pierre Lecornu dit Pierrot, Laurent Jacquy, Xavier Gorce, Wozniak, Loïc Faujour, Chimulus (Michel Faizant, mort le 17 septembre 2016), Damien Glez, Gde Adelina, Thibault Gallet, Clara Hervé, Nicolas Vial, Bruno Allain, Jacques Olivier Jiho, François Bontemps, Édith Carron, Anne-Gaëlle Amiot, Tom Aureille, Jonathan Blanc, Mykaïa, Placide (Éric Laplace), Catherine Benas, Clémentine Louette, Pierre Tardif, Samya Moineaud, Julie Chea, Emmanuel Chaunu, Patrick Chappatte, Willem, etc.
  70. « Exposition électronique : des caricaturistes se mobilisent contre le silence et l'oubli, pour la vérité et la justice »,
  71. « Dessiner pour ne pas tirer un trait », sur Maison des journalistes,
  72. Antoine Guerrier, Lucas Valdenaire, « Qui tue les journalistes ? », sur France Culture,
  73. « L’exposition « Dessiner pour ne pas tirer un trait » en hommage aux deux journalistes de RFI assassinés en 2013 au Mali. », sur Institut français,
  74. « Troisième édition des Rencontres culturelles d'AltaLeghje », sur altaleghje.com (consulté le )
  75. Benjamin Meffre, « Journalistes de RFI assassinés au Mali : La version de l'armée française contestée par la radio », sur www.ozap.com, .
  76. Marie-Pierre Olphand, David Baché et Pierre Firtion, « Mort de G. Dupont et C. Verlon: les forces spéciales ont poursuivi les ravisseurs », sur RFI, .
  77. Jacques Monin, « Assassinat Ghislaine Dupont et Claude Verlon : les troublantes zones d’ombre de l’enquête : Une enquête d'Élodie Guéguen, cellule investigation de Radio France », sur France Inter,
  78. Alexandre Duyck, « Ghislaine Dupont et Claude Verlon, Jamal Khashoggi… Agnès Callamard, une intraitable enquêtrice à l’ONU », sur M le magazine du Monde,
  79. AFP, « Une place inaugurée à Paris en hommage à trois journalistes français tués », sur Le Monde,
  80. Jean-Pierre Campagne Deux Corps, 17 éditions, 2021, 108 pages, (ISBN 978-2-9546628-2-4) « C’est compliqué, Kidal, tu parles, et tout le monde t’entend. » Deux corps, deux corps immobiles gisent à terre, côte à côte, la caméra tournoie comme le font les vautours, en cercles de plus en plus bas, de plus en plus rapprochés, les têtes des gisants se touchent presque, leurs corps écartés indiquent l’heure, l’heure de leur mort… 13 heures.
  81. Kidal titre de l'album « Sierra Hotel » de Sandrine Hergi sur soundcloud.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]