Ghetto-blaster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Ghetto-Blaster est un radiocassette des années 70-80, connu pour sa taille démesurée et pour sa puissance conséquente. To blast signifiant « rugir », « exploser », « foudroyer », le Ghetto-Blaster a en effet vocation à émettre avec puissance.

Description[modifier | modifier le code]

Le Ghetto-Blaster est large, dispose généralement de deux enceintes stéréo et d'un lecteur de cassettes équipé d'un contrôleur de base (Lecture, Pause, Avance Rapide, etc.).

Souvent porté à l'épaule, le bras le tenant par le dessus, le Ghetto-Blaster mesure généralement environ 70 à 80 cm de large et pèse toujours très lourd, comme beaucoup d'objets électroniques de l'époque. Une caricature récurrente est celle du gangsta rap musclé du ghetto américain qui porte un Ghetto-Blaster diffusant du rap à haut volume.

Particulièrement utilisé par les jeunes américains de l'époque, le Ghetto-Blaster est devenu l'un des symboles de la culture hip-hop.

Apparitions[modifier | modifier le code]

Il est souvent utilisé pour représenter les habitants des ghettos américains des années 1970-80, on peut en voir dans un grand nombre de caricatures et de dessins humoristiques.

Il apparaît notamment dans le clip Da Funk du groupe de house français Daft Punk, clip réalisé par Spike Jonze en 1996. On peut y voir un homme-chien se promener dans les rues de New York avec un Ghetto-Blaster diffusant la musique du clip.

Cet objet joue également un rôle esthétique majeur dans le film Do the Right Thing de Spike Lee.

Il est utilisé comme gadget meurtrier dans le film Tuer n'est pas jouer.

Travis Barker a un Ghetto-Blaster tatoué sur son abdomen.

Il inspire aussi le titre d'un album de David Guetta, Guetta Blaster (2004).

Ghetto Blastah (2013) est aussi le titre d'un clip musical, et donc d'une chanson, de l'auteur norvégien dubstep Aleksander Vinter, alias Savant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]