Gheorghe Țițeica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gheorghe Țițeica
Description de cette image, également commentée ci-après
Gheorghe Țițeica sur un timbre roumain
Naissance 4 octobre 1873 ( dans le calendrier grégorien)
Turnu Severin, Valachie
Décès
Bucarest, Royaume de Roumanie
Nationalité roumain
Domaines géomtrie différentielle
Institutions Université de Bucarest, École polytechnique de Bucarest
Diplôme thèse
Formation Université de Bucarest, Université de Paris
Étudiants en thèse Ion Barbu, Grigore Moisil
Influencé par Spiru Haret, Gaston Darboux
Renommé pour invariant centro-affine de Tzitzéica
équation de Tzitzéica-Bullough-Dodd

Gheorghe Țițeica, né le 4 octobre 1873 ( dans le calendrier grégorien) à Turnu Severin et mort le à Bucarest, publiant sous le nom de George or Georges Tzitzéica, est un mathématicien roumain, spécialiste de géométrie différentielle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Țițeica s’intéresse très tôt à la science, à la musique et à la littérature. Il commence ses études au lycée Carol Ier de Craiova, où il offre au magazine du lycée des articles sur les mathématiques et des études de critique littéraire. Après son baccalauréat, il continue ses études à Bucarest, à l’École normale supérieure et à la Faculté des sciences de Bucarest, où il obtient une licence de mathématiques en juin 1895. Il suit en particulier des cours d’Alexandre Orascu et de Spiru Haret qui l’impressionnent beaucoup[1].

Après quelques mois comme professeur remplaçant au séminaire de théologie de Bucarest, Țițeica passe en 1896 ses examens de qualification comme professeur du secondaire et devient enseignant à Galaţi[2].

En 1897, sur le conseil de ses amis, Țițeica part à Paris pour compléter ses études[3]. Il est le quatrième roumain à être admis comme élève étranger de l’École normale supérieure et y rencontre Henri Lebesgue et Paul Montel. Il est particulièrement intéressé par les cours de Gaston Darboux, dont les Leçons sur la théorie des surfaces jouent un rôle important dans les travaux de Țițeica. Le 30 juin 1899, après avoir publié 4 notes dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences, celui-ci soutient sa thèse de doctorat es sciences mathématiques, « Sur les congruences cycliques et sur les systemes triplement conjugués », devant un jury présidé par Darboux[4].

À son retour en Roumanie, Țițeica est nommé professeur assistant à l’université de Bucarest. Il est promu professeur titulaire de la chaire de géométrie analytique le 4 mai 1900[5] , et conserve ce poste jusqu’à sa mort en 1939. Il enseigne également l’analyse mathématique à l’École polytechnique de Bucarest à partri de 1928[6] . En 1913, à 40 ans, Țițeica est élu membre titulaire de l’Académie roumaine, en remplacement de Spiru Haret[7] ; il y occupe des positions importantes : en 1922, il est vice-président de la section des sciences, en 1928, il est vice-président et en 1929 secrétaire général[6]. Țițeica préside aussi l’Association mathématique de Roumanie, l’Association roumaine des sciences et l’Association pour l’avancement des sciences. Il est aussi vice-président de l’Association polytechnique de Roumanie et membre du Haut Conseil de l’enseignement public.

Travaux[modifier | modifier le code]

Țițeica est l‘auteur d’environ 400 articles, la plupart concernant la géométrie différentielle. Poursuivant les travaux du géomètre Ernest Julius Wilczynski, Țițeica a découvert une nouvelle catégorie de surfaces et de courbes qui portent son nom. Gheorghe Ţiţeica s'est notamment intéressé à l'étude des réseaux de l'espace à n dimensions définis par une équation de Laplace.

À travers ses nombreux ouvrages de mathématiques élémentaires et de vulgarisation scientifique qu'il a publiés tout au long de sa vie, il a aussi contribué à élever le niveau de l'enseignement des mathématiques en Roumanie[2].

Références[modifier | modifier le code]

(ro)/(de)/(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en roumain intitulée « Gheorghe Țițeica » (voir la liste des auteurs), de la page de Wikipédia en allemand intitulée « Gheorghe Țițeica » (voir la liste des auteurs) et de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Gheorghe Țițeica » (voir la liste des auteurs).

  1. Pompeiu, Onicescu et Vranceanu 1941, p. 147.
  2. a et b Georgescu 2013.
  3. Pompeiu, Onicescu et Vranceanu 1941, p. 148.
  4. Georges Tzitzéica, « Sur les congruences cycliques et sur les systemes triplement conjugués », Annales scientifiques de l’École normale supérieure, 3e série, vol. 16,‎ , p. 137-192 (lire en ligne).
  5. Pompeiu, Onicescu et Vranceanu 1941, p. 149.
  6. a et b Pompeiu, Onicescu et Vranceanu 1941, p. 156.
  7. Pompeiu, Onicescu et Vranceanu 1941, p. 153.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dimitri Pompeiu, Octave Onicescu et Georges Vranceanu, « Les oeuvres de Georges Tzitzéica », Bulletin mathématique de la Société Roumaine des Sciences, vol. 43, nos 1-2,‎ , p. 147-156.
  • (ro) Dorina N. Rusu, « Gheorghe Ţiţeica », dans Membrii Academiei Române – Dicționar, Bucarest, Enciclopedică/Academiei Române, .
  • (en) Alfonso F. Agnew, Alexandru Bobe, Wladimir G. Boskoff et Bogdan D. Suceavă, « Gheorghe Ţiţeica and the origins of affine differential geometry », Historia Mathematica, vol. 36, no 2,‎ , p. 161–170.
  • (en) Gabriel Teodor Pripoae et Radu Gogu, « Gheorghe Tzitzeica: an incomplete bibliography », Balkan Journal of Geometry and Its Applications, vol. 10, no 1,‎ , p. 32–56 (lire en ligne).
  • (ro) Alexandra Georgescu, « Gheorghe Țițeica, unul dintre cei mai mari matematicieni ai lumii », sur Adevărul, (consulté le 22 décembre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]