Ghena Dimitrova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghena Dimitrova
Description de l'image Tosca - Dimtrova.jpg.
Naissance
Beglezh (it) Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Décès (à 64 ans)
Milan Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Artiste lyrique
Soprano
Style Opéra
Site internet http://www.ghenadimitrova.com/english/biography.htm

Ghena Dimitrova (en bulgare Гeна Димитpова) () est une soprano bulgare naturalisée italienne mondialement connue. Elle fut une des plus grandes sopranos verdiennes du XXe siècle et du début du XXIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ghena Dimitrova est née à Beglezh (it), un village de (Bulgarie), le 6 mai 1941. Elle fait ses débuts dans la chorale de l'école. Son talent est remarqué et elle est envoyée poursuivre des études au Conservatoire de Sofia. Elle y étudie le chant sous la direction de Christo Brambarov, de 1959 à 1964. Au début elle est classifiée comme mezzo-soprano. Mais à partir de la deuxième année d'étude, elle est reconnue comme soprano.

Après ses études, elle commence par donner des cours de chant. En 1967, elle débute avec le rôle d'Abigaille, dans Nabucco de Verdi, à l'Opéra National bulgare. Elle obtient ce rôle, qu'elle prépare en une semaine seulement, à la suite du désistement du soprano principal.

En 1970, Ghena Dimitrova gagne le Concours international de chant à Sofia. Le prix inclut une bourse d'études de deux ans à la Scala de Milan, Scuola di Perfezionamento. Elle arrive à l'école de la Scala de Milan où elle étudie avec Renato Pastorino, Renata Carosio et plus tard avec Gina Cigna.

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

En 1972, elle interprète un peu partout en France Leonora de La Forza del destino de Verdi.

La même année, elle remporte le concours international de Trévise avec le rôle d'Amelia dans Un ballo in maschera de Verdi. Une récompense qui lui ouvrira bien des portes. Peu après, elle est invitée au Regio de Parme où elle chante dans La Forza del destino aux côtés de José Carreras.

Un an plus tard, elle reprend ce rôle à la Scala de Milan avec Plácido Domingo.

La diva[modifier | modifier le code]

C'est le début d'une longue et riche carrière internationale. Ses participations à l'étranger se succèdent, parmi lesquelles : Amérique du Sud, Allemagne, Autriche, Italie, URSS, Hongrie, Tchécoslovaquie.

Turandot, ce rôle qui marque ses débuts en Italie, devient un rôle emblématique pour la cantatrice (aussi bien que Tosca).

Sa Turandot est sauvegardée pour les générations futures avec l'enregistrement[1] de la représentation des Arènes de Vérone de 1983 (avec la participation de Nicola Martinucci (it) et de Cecilia Gasdia).

Ce même rôle lui ouvre les portes du Metropolitan Opera de New York en 1987. C'est un triomphe, ponctué par une pluie de roses et de confettis.

À propos de ce rôle, Ghena Dimitrova avait déclaré : « Peut-être n'est-ce pas mon rôle préféré, mais il présente beaucoup davantages pour la voix. La manière dont la musique est écrite nécessite une voix comme une trompette, pour l'interpréter juste. »

L'année 1980 marque l'apogée de sa carrière. Elle interprète La Gioconda dans les Arènes de Vérone à côté de Luciano Pavarotti. Sa prestation fait sensation, le public est conquis. Les années suivantes, elle y retournera plusieurs fois pour interpréter d'autres grands titres, dont Nabucco (1981), Macbeth (1982), Turandot, Aida.

En 1985, au Théâtre de la Scala de Milan, toujours aux côtés de Luciano Pavarotti, elle interprète dans Aida le rôle d'Amneris avec une puissance dramatique exceptionnelle (Acte IV, Scène I) qui donne la mesure de son talent de tragédienne hors du commun[2]. Dotée d'une voix puissante et particulièrement large, elle a participé à l'enregistrement de plusieurs opéras, essentiellement de Verdi et Puccini.

Rôles[modifier | modifier le code]

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Après ses adieux à la scène, Ghena Dimitrova se consacre à l'enseignement du chant. Elle meurt à Milan le , emportée par un cancer.

Un concours de jeunes chanteurs d'opéra, portant son nom, est créé en 2006.

Citations de Ghena Dimitrova[modifier | modifier le code]

  • « Je voudrais qu'on inculque à la jeunesse d'aujourd'hui, qui n'est que pensée technique, que les sentiments et les émotions existent aussi. L'opéra dans le monde est en pleine expansion, il a ses fervents admirateurs. Je voudrais que cette génération virtuelle cultive son âme. Sinon, la vie est beaucoup trop triste. »
  • « Je crois à la vie. Je suis une optimiste modérée. J'ai fait une longue carrière. Le plus important est la perception de soi-même et non pas d'essayer de convaincre les autres. Je pense avoir trouvé ma place dans la vie. J'aide les autres comme je peux. Je ne vis que pour les quatre heures pendant lesquelles je suis sur scène. Solitude et travail, c'est tout. »
  • « Mes souhaits ne vont pas changer le monde. D'abord le monde était divisé en Est et Ouest, maintenant en Nord et Sud, riches et pauvres. Le Nord est égoïste, et le Sud aimerait vivre comme le Nord. Tout le monde aimerait voyager gratuitement en première classe. Et moi, je suis malheureuse, malheureuse à cause des gens autour de moi qui vivent mal. Je ne pourrais pas m'enfermer dans une cage d'or. »

DVD[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Turandot - Arena di Verona - 1983 - Warner Music.
  2. Aïda - Luciano Pavarotti, Ghena Dimitrova, Nicolai Ghiaurov - Chœur et orchestre de la Scala de Milan, Lorin Maazel - 1986 - Arthaus Music. Diapason d'or