Ghassan Salamé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salamé.
Ghassan Salamé
Paris - Salon du livre 2012 - Ghassan Salamé - 010.jpg

Ghassan Salamé au salon du livre de Paris en mars 2012.

Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
غسان سلامةVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Ghassan Salamé, né en 1951 au Liban, est un politologue libanais, envoyé spécial de l'ONU en Libye depuis le 20 juin 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), et directeur d’études à l’Institut d'études politiques de Paris, professeur des universités. Il fait partie du comité éditorial de la revue Maghreb-Machrek et il est docteur en science politique et en lettres.

Il a été également conseiller spécial de Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies.

Il est le père de la journaliste Léa Salamé.

Il a été président de la Conférence ministérielle de la Francophonie. Il a occupé le poste de ministre de la Culture du Liban entre 2000 et 2003, au sein du gouvernement de Rafiq Hariri. C’est alors qu’il a supervisé l’organisation des sommets de la Ligue arabe et de l’Organisation internationale de la Francophonie à Beyrouth. En 2003, alors envoyé spécial de l'ONU à Bagdad et conseiller de la délégation, il manque de perdre la vie dans une explosion qui visait le siège de Nations unies à Baghdad, et qui a fait 22 morts[1].

En avril 2005, il a été nommé ministre de la Culture, de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Liban dans le gouvernement de Najib Mikati mais refusa le poste pour raisons politiques et professionnelles. Il est membre du Haut Conseil de la Francophonie.

Il a également été directeur de l'École des affaires internationales de Sciences-Po Paris de 2010 à 2015, date à laquelle il est remplacé par Enrico Letta[2].

Le 20 juin 2017, il est nommé envoyé spécial à la tête de la mission en Libye par le conseil de sécurité de l'ONU[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Quand l’Amérique refait le monde, Fayard, Paris, 2005
  • Appels d’empire : ingérences et résistances à l’âge de la mondialisation, Fayard, Paris, 1996
  • Démocraties sans démocrates : Politiques d’ouverture dans le monde musulman, Fayard, Paris, 1994
  • « Le nationalisme arabe: mort ou mutation ? » in Jacques Rupnik (dir.) Le déchirement des nations, Paris, Seuil, 1995

Références[modifier | modifier le code]

  1. Léa Salamé, interviewée par Caroline Rochmann, « Léa Salamé sur un petit nuage », Paris Match, pages 88-91.
  2. « Enrico Letta, nouveau doyen de PSIA », sur Sciences Po (consulté le 22 avril 2015)
  3. « Le défi libyen de Ghassan Salamé, nouvel envoyé spécial de l’ONU », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)