Geta Brătescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Geta Brătescu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
BucarestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Maître
Représentée par
Hauser & Wirth (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques

Geta Brătescu, née Georgeta Ana Comanescu le à Ploiești et morte le à Bucarest, est une artiste roumaine. Elle est une pionnière de l'art conceptuel en Roumanie.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1945, elle suit les cours à l’Université de Bucarest et à l'école des beaux-arts. Elle en est exclue en 1949. Dans les années 1950, elle illustre des livres pour enfants. À partir de 1970, elle expérimente la photographie[1]. Face à la répression du régime politique, Geta Brătescu travaille comme illustratrice et graphiste pour un journal culturel[2].

En 1978, elle réalise The Studio une performance filmée par Ion Grigorescu. Elle dessine des objets, qu’elle mesure avec son corps. S'enferment dans un atelier qu'elle loue, elle crée un monde interrogeant la destinée humaine, la place des femmes, l’éthique et la maternité[3].

Dans son œuvre, Geta Brătescu utilise divers media : films, happenings, tapisseries, gravures, collages, objets et textes. Elle réalise des collages avec des emballages de chocolats, des vieux vêtements, des bâtons de crème glacée, de vieux journaux, des morceaux de papier toilette, des cartons de cigarettes vides[1].

En 2016, une rétrospective de son travail est présentée à la Kunsthalle de Hambourg, pour ses 90 ans. Elle fait partie des artistes femmes qui sont reconnues tardivement comme Louise Bourgeois, Eva Hesse[4].

En 2017, Geta Bratescu représente la Roumanie à la biennale de Venise[3]. En , elle est élevée au rang d'officière de la présidence roumaine et reçoit le titre « Étoile de la Roumanie »[5].

Expositions[modifier | modifier le code]

Geta Brătescu, Voyageur, 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Neil Genzlinger, « Geta Bratescu, Adventuresome Romanian Artist, Is Dead at 92 », sur The New York Times, (consulté le )
  2. Natasa Petrešin-Bachelez, « Geta Brătescu », AWARE Women artists / Femmes artistes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c Guy Duplat, « Geta Bratescu, magnifique, révélée à 91 ans », sur www.lalibre.be, (consulté le )
  4. a et b (de) « Geta Brătescu », sur www.hamburger-kunsthalle.de (consulté le )
  5. (en) « Famous Romanian artist Geta Brătescu dies at 92 », sur romaniajournal.ro, .
  6. (en) « Venice: Geta Brătescu at The Central Pavilion (Contemporary Art Daily) », sur www.contemporaryartdaily.com, (consulté le ).
  7. (en) Helen Sumpter, « Geta Bratescu, », sur artreview.com, (consulté le ).
  8. (en) « The Studio: A Tireless, Ongoing Space - What's On - Camden Arts Centre », sur Camden Arts Centre (consulté le ).
  9. Laura Cumming, « Annette Messager: Avec et sans raisons; Geta Brătescu: The Studio: A Tireless, Ongoing Space – review », sur the Guardian, https://www.facebook.com/theguardian, (consulté le ).
  10. (en) Hili Perlson, « Geta Brătescu Will Take Over Romanian Pavilion in Venice », sur artnet News, https://www.facebook.com/artnetnews, (consulté le ).
  11. « Un atelier à soi Geta Brătescu », sur www.mskgent.be (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geta Brătescu. Atelierul. The Studio, édité par Alina Şerban, Zürich/Dijon, Suisse/France, JRP|Ringier Kunstverlag/Les Presses du réel, 2014, 352 p. (ISBN 978-3-95679-016-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]