Germano Celant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Celant.
Germano Celant
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Germano Celant (né à Gênes en 1940) est un critique d'art italien, célèbre notamment pour être à l'origine en septembre 1967 de l'expression «  Arte Povera », « art pauvre », pour désigner un groupe d'artistes italiens - Alighiero Boetti, Mario Merz, Gilberto Zorio, Michelangelo Pistoletto, Giuseppe Penone, Luciano Fabro, Jannis Kounellis, Pino Pascali.

Activité[modifier | modifier le code]

Depuis Off mediaBari en 1977), il commença à collaborer avec le Musée Guggenheim de New York, pour lequel il devint par la suite senior curator.Toujours au Guggenheim il prépara en 1994 l’exposition Italian Metamorphosis 1943-1968. Il organise ensuite d’autres expositions au Centre Pompidou de Paris (1981), à Londres (1989) et au Palazzo Grassi à Venise (1989). Pour le même Palazzo Grassi en 1986 il organisa la grande rétrospective Futurismo e Futurismi. En 1996 il organisa la première édition de la Biennale de Florence Arte e Moda. En 1997, il fut nommé directeur de la 47e Biennale de Venise puis directeur artistique de la Fondation Prada à Milan[1],[2].

Pour l'organisation de La mostra Art & Food dans le cadre de l' Exposition universelle de Milan 2015, le critique d'art Philippe Daverio écrit :

Stimo la capacità di Celant di farsi dare soldi, la sua cupidigia è pari ai suoi non meriti e al suo ruolo nelle lobby dell’arte».

— La Repubblica, [3]

« J'estime Celant par sa capacité à se faire donner de l'argent. sa cupidité est proportionnelle à ses non mérites et à son rôle dans le lobby de l'art »

— [3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Massimo Mattioli, « Miuccia Prada e Germano Celant premiati a New York dall’Independent Curators International.... », sur Artribune, (consulté le 2 octobre 2017).
  2. « Rencontre avec Germano Celant - Musée d'art contemporain de Lyon », sur .mac-lyon.com (consulté le 2 octobre 2017).
  3. (it) Oriana Liso, « Milioni di euro per mostre e curatori: su Expo 2015 si abbatte una nuova tempesta », sur Repubblica.it, (consulté le 2 octobre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]