Germanite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Germanite[1]
Catégorie II : sulfures et sulfosels[2]
Image illustrative de l’article Germanite
Germanite et olivénite - Tsumeb
Général
Classe de Strunz 2.CB.30
Formule chimique Cu13Fe2Ge2S16 Cu13Fe2Ge2S16
Identification
Masse formulaire[3] 1 596,11 ± 0,14 uma
Cu 51,76 %, Fe 7 %, Ge 9,1 %, S 32,14 %,
Couleur rose grisâtre ; gris rougeâtre foncé ; violet noir ; rose violacé ; brun.
Classe cristalline et groupe d'espace isométrique - Hexatétraédrique ;
Système cristallin cubique
Réseau de Bravais primitif P
Clivage mauvais
Habitus agrégat ; massif ; mamelonne ; grenu
Faciès cubique
Échelle de Mohs 4
Trait gris foncé ; noir ; noir gris
Éclat métallique ; mat
Propriétés optiques
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 4,4 - 4,6
Propriétés physiques
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La germanite est une espèce minérale constituée de sulfure de cuivre, fer et germanium, de formule Cu13Fe2Ge2S16 avec des traces de gallium, zinc, molybdène, arsenic et vanadium. Les rares cristaux cubiques peuvent atteindre 3 cm en taille[4].

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Découverte dès 1920 par G. Schneider, mais elle a été décrite par le minéralogiste Berlinois Pufahl, qui est l'inventeur, en 1922 ; le nom dérive d'un élément de sa composition chimique, le germanium[5].

Topotype[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 10,5862 Å, Z = 1 ; V = 1 186,37 Å3
  • Densité calculée = 4,47 g/cm3

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • Elle fait partie du groupe de la colusite.

Groupe de la colusite[modifier | modifier le code]

Gîtolologie[modifier | modifier le code]

  • Associé aux minerais primaires de cuivre, plomb et zinc.

Minéraux associées[modifier | modifier le code]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

Mine de M'Passa, District de Boko Songho, Département de Bouenza
Bancaïroun, Guillaumes, Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur[6].
Mine de Tsumeb[5],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John L. Jambor et David A. Vanko, « New mineral names », American Mineralogist, vol. 74, nos 7-8,‎ , p. 951 (lire en ligne).
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. (en) John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh et Monte C. Nichols, The Handbook of Mineralogy : Elements, Sulfides, Sulfosalts, vol. I, Mineral Data Publishing, .
  5. a et b (de) O. Pufahl, « "Germanit", ein Germanium-Mineral und -Erz von Tsumeb, Südwest-Afrika », Metall und Erz, Halle, vol. 19, no 13,‎ , p. 324-325.
  6. Roland Pierrot, Paul Picot, Jean Féraud, Jean Vernet, Inventaire minéralogique de la France n°4 - Alpes Maritimes, Éditions du BRGM, 1974
  7. (en) Rocks & Minerals, vol. 62, no 6, 1987, p. 440.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :