Aller au contenu

Germaine Hoerner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Germaine Hoerner
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Germaine Olga HoernerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Conservatoire national supérieur de musique et de danse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Tessiture

Germaine Hoerner est née le à Strasbourg et décède le [1] à Strasbourg. Elle est une cantatrice française soprano.

Germaine est la fille de Joesph Hoerner, un commerçant originaire de Pittsburgh, et de Marie Lueger de Mulhouse.

Elle entre en 1923 au Conservatoire de Musique de Strasbourg pour le chant et le violon. Après avoir obtenu des premiers prix de chant et d'art lyrique, elle se présente au Conservatoire de Paris pour suivre des cours d'opéra et d'opéra-comique[2].

Elle débute à l'Opéra de Paris en 1929 admise comme artiste lyrique (soprano) dans La Walkyrie de Wagner. Elle s'illustre dans les grand rôles wagnériens : Elsa (Lohengrin), Elisabeth (Tannhäuser), Gutrune (Le crépuscule des Dieux) et Senta (Le Vaisseau fantôme), qu'elle crée au Palais Garnier. Puis elle se tourne vers le bel canto italien, notamment dans le rôle titre d'Aïda et de Desdémone dans Otello de Verdi. Elle aborde le répertoire français avec Marguerite dans la Damnation de Faust de Berlioz, Valentine dans Les Huguenots de Meyerbeer, Brunehild dans Sigurd d'Ernest Reyer, Bonté dans Guercœur d'Albéric Magnard, retourne au répertoire germanique avec Léonore dans Fidelio de Beethoven et la Maréchale dans Le Chevalier à la rose de Richard Strauss.

Le comité directeur de l'Opéra la désigne en août 1944 pour chanter La Marseillaise à l'occasion de la libération de Paris[2].

Le 26 janvier 1956, Germaine Hoerner donne une représentation d’adieux dans Fidelio de Ludwig van Beethoven.

En 1960, elle se retire de la scène et se consacre à l'enseignement à Strasbourg.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. (BNF 14849059)
  2. a et b Nicolas Mengus, Ces Alsaciens qui ont fait l'histoire (ISBN 978-2-917875-87-2 et 2-917875-87-9, OCLC 1010595094, lire en ligne), p. 85-86.

Bibliographie

[modifier | modifier le code]