Germagny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Germagny
Germagny
Clocher de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Blanzy
Intercommunalité Communauté de communes Sud Côte Chalonnaise
Maire
Mandat
boulou thé king de la pétanque
2014-2020
Code postal 71460
Code commune 71216
Démographie
Gentilé Germaninois
Population
municipale
205 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 15″ nord, 4° 36′ 11″ est
Altitude Min. 604 m
Max. 836 m
Superficie 3,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Germagny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Germagny

Germagny est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté. Germagny fait partie du canton de Buxy. Ses habitants sont les Germaninois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une petite rivière, la Guye, passe à proximité du village. Cette rivière forme une vallée depuis Sassangy à 10 kilomètres de là et se prolongeant jusqu'à ce que la rivière se jette dans la Grosne et la Saône. Germagny fait ainsi partie de la haute vallée de la Guye.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Savianges Fley Rose des vents
Le Puley N Bissy-sur-Fley
O    Germagny    E
S
Saint-Martin-du-Tartre

Histoire[modifier | modifier le code]

Au bord de la Guye, à Germagny, des fouilles ont mis au jour un camp préhistorique. Une villa romaine fut construite sur la rive ouest de la rivière, à l'opposé du village.

Durant le Moyen Âge, Germagny faisait partie du territoire des seigneurs de Brancion puis de celui des comtes de Chalon-sur-Saône.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2016, la commune comptait 205 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
222166196309336297248298305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
301279284299298336326325286
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
295287259217200188185153145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
159148186174166156157197207
2016 - - - - - - - -
205--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1945[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Paul Moreau    
1947 mars 1965 Antonin Rigoulot MRP  
mars 1965 mars 1983 Étienne Meyer    
mars 1983 mars 2008 René Soltret SE Agriculteur
mars 2008 mars 2014 Pierre Dubois SE Retraité
mars 2014 en cours Alain Jandot SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Christ de l'église de Germagny (détail).
Vieux moulin au bord de la Guye.
  • L'église de l'assomption d'architecture romane (XIIe siècle). On pense que l'église a été construite par les moines bénédictins de Cluny qui avaient un prieuré à Germagny jusqu'au XVe siècle (maison Chaumont). Dans l'abside est visible une fresque du Christ en Gloire adolescent du XIVe siècle, qui a été découverte en 1983 et a été restaurée en 2007 (peinture dont la couleur dominante est l'ocre rouge, accompagné d'un peu de jaune et de noir)[6]. L'église fut pillée et en partie brûlée en 1438 durant une attaque des écorcheurs dit « routiers », soudards mercenaires à la solde des armées françaises de Charles VII, puis reconstruite par les habitants avec les pierres calcinées[7].
  • Belles maisons à galeries à côté de l'église.
  • La place du Puits.
  • Le sentier de la Pléiade, au bord de la Guye. Baptisé ainsi en hommage aux lieux où se promenaient Pontus de Thyard et Guillaume Des Autels au XVIe siècle[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pontus de Thyard, écrivain et poète du XVIe siècle, membre du groupe de la Pléiade, possédait un château dans le village voisin de Bissy-sur-Fley et aimait à se promener sur les bords de la Guye, à Germagny.
  • Louis Chaumont, curé du village au XIXe siècle, était connu localement pour être un passionné de la région et avoir écrit de nombreux ouvrages sur son histoire et son patrimoine[9].
  • Le père Antonin Rigoulot, né à Germagny le 9 août 1873, missionnaire mort de maladie en Corée le 17 mars 1900, à l'âge de 27 ans (prêtre dont une plaque commémorative rappelle le souvenir, en l'église de Germagny)[10].
  • Jean Pierson, résistant communiste durant la Seconde Guerre mondiale, fut assassiné par des soldats allemands à Moroges alors qu'il venait de libérer ses amis emprisonnés[11].

Littérature[modifier | modifier le code]

L'église de Germagny est citée comme point de passage sur un chemin initiatique vers Compostelle au début du XIIe siècle dans le livre Les étoiles de Compostelle par Henri Vincenot[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. a et b Histoire de Germagny, Jacques Daudet; disponible (en 2012) à l'office de tourisme de Buxy
  6. « Une œuvre étonnante à Germagny », article de Fernand Nicolas paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 137 de mars 2004 (pages 8 et 9).
  7. Église de Germagny sur www.pastourisme71.com
  8. J.-Pierre Valabregue, Guillaume des Autelz, gentilhomme charolais (1529 – 1581). Un cousin poète méconnu., le journal de Saône-et-Loire du 29/01/2011
  9. Louis-M.-J. Chaumont (Abbé), Petite notice historique sur Germagny sur Google Livres, 1879.
  10. « De Germagny jusqu'en Corée : Antonin Rigoulot, missionnaire », article de Robert Favre paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 78 (été 1989), pages 20 et 21.
  11. Jean-Yves Boursier, CHRONIQUES DU MAQUIS (1943-1944): FTP du camp Jean Pierson et d'ailleurs sur Google Livres, 2000.
  12. Les étoiles de Compostelle, Henri Vincenot. Ed. Succès du livre1982, p. 226.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :