Georgina Beyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georgina Beyer
Image dans Infobox.
Georgina Beyer en 2006.
Fonctions
Député
-
Lesley Soper (en)
Député
Wairarapa (en)
-
Wyatt Creech (en)
John Hayes (en)
Biographie
Naissance
Nom de naissance
George Bertrand
Nationalité
Formation
Activité
Père
Colin Beyer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinction

Georgina Beyer, née George Bertrand en novembre 1957, est une femme politique néo-zélandaise. Elle est la première personnalité politique ouvertement trans du pays et la première femme trans à être élue députée dans le monde[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Georgina Beyer naît George Bertrand en novembre 1957 à Wellington, et passe son enfance entre Taranaki, Wellington (Hataitai) et Auckland (Papatoetoe) au gré des mutations de sa famille[2]. Elle travaille à Wellington comme drag queen, danseuse et strip-teaseuse, économisant assez pour bénéficier d'une chirurgie de réattribution sexuelle en 1984[3]. Georgina Beyer joue ensuite dans la série télévisée Close to Home et dans le téléfilm Jewel's Darl, pour lequel elle est nominée aux GOFTA[4].

Elle s’implique en politique tout d’abord localement, devenant maire de Carterton en 1995[5], poste qu'elle occupe jusqu’en . Elle se présente aux élections législatives de 1999 pour le Parti travailliste face à Paul Henry du Parti national ; elle remporte le siège, alors que le district de Wairarapa semblait acquis à ses opposants[3].

Elle est députée de la Nouvelle-Zélande du au , étant réélue en 2002 dans sa circonscription et en 2005 sur la liste générale du Parti travailliste[4]. Elle démissionne en 2007 et est remplacée par Lesley Soper[6].

Elle contribue à l'écriture de la loi contre discrimination sur la base de l'identité sexuelle et participe aux Outgames mondiaux de 2006 et à ceux de Copenhague en 2009.

Georgina Beyer souffre à partir de 2013 de graves problèmes rénaux ; elle reçoit une transplantation en [7], qui lui permet de revenir dans la vie publique, présentant les deux conférences de Chelsea Manning en Nouvelle-Zélande en [7] et donnant deux discours à l’Oxford Union et à Cambridge Union en octobre de la même année[7].

En , elle prononce un discours lors de la conférence mondiale de l’ILGA, qui a lieu pour la première fois dans le Pacifique, à Wellington, quelques jours après la tuerie de Christchurch[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Florian Bardou, « Tomoya Hosoda, premier homme transgenre élu au Japon (et dans le monde) », sur Libération, (consulté le 22 décembre 2017).
  2. (en) Georgina Beyer et Cathy Casey, Change for the better : the story of Georgina Beyer, Random House, , 163 p. (ISBN 1-86941-371-7 et 9781869413712, OCLC 48536307, lire en ligne).
  3. a et b (en) « Georgina Beyer: The double life of Georgie », sur The Independent, (consulté le 31 décembre 2018).
  4. a et b (en) « Georgina Beyer to stand for Mana », sur Radio New Zealand, (consulté le 31 décembre 2018).
  5. (en) New Zealand Ministry for Culture and Heritage Te Manatu Taonga, « Georgina Beyer », sur teara.govt.nz (consulté le 31 décembre 2018).
  6. (en) « Parliament farewells first transsexual MP », NZ Herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne, consulté le 31 décembre 2018).
  7. a b et c (en) David Herkt, « Georgina Beyer: From boy to woman to warrior », NZ Herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne, consulté le 31 décembre 2018).
  8. (en) « ILGA Conference continues despite events in CHCH » (consulté le 12 avril 2019).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]