Georgette Blaquière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georgette Blaquière
Nom de naissance Marie-Rose-Georgette Perry
Naissance
Castelnaudary, France
Décès
Montauban, France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
Essais, ouvrages de spiritualité

Œuvres principales

  • La Grâce d'être femme (1981)
  • L'Évangile de Marie (1986)
  • Oser vivre l'amour (1994)

Georgette Blaquière, née à Castelnaudary le , morte à Montauban le , est une théologienne et essayiste catholique, spécialiste du Renouveau charismatique et de la théologie de la femme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1921, Georgette Blaquière devient professeur de lettres classiques[1].

Théologienne du Renouveau[modifier | modifier le code]

Elle découvre en 1973 le Renouveau charismatique, avec un groupe de prière animé par les futurs fondateurs de L'Emmanuel[1]. Elle poursuit alors une formation théologique et devient progressivement une théologienne de référence dans le Renouveau, et fait partie de l'instance de communion du Renouveau[1].

Elle soutient les groupes de prière, et intervient dans leur enseignement ; pour elle, les apports les plus positifs du Renouveau dans l'Église sont la liturgie plus festive, la libre expression des émotions, la « démocratisation » du mouvement et de la vie spirituelle qui ne sont plus le domaine réservé du clergé[2].

La Grâce d'être femme[modifier | modifier le code]

Georgette Blaquière développe aussi une théologie de la femme et publie en 1981 La Grâce d'être femme, qui devient un succès de libraire avec 100 000 exemplaires vendus et une dizaine de traductions à travers le monde[1].

Cet ouvrage fait référence et l'amène à être consultée par le pape Jean-Paul II pour la rédaction de sa lettre apostolique Mulieris dignitatem[3].

Enseignement, autres ouvrages[modifier | modifier le code]

L'année de la publication de La Grâce d'être femme, Georgette Blaquière perd son mari et devient veuve consacrée. Selon l'évêque Louis Simonneaux, c'est à partir de son veuvage que son ministère d'enseignement est particulièrement reconnu dans l'Église[1].

Elle écrit plusieurs autres ouvrages, parmi lesquels L'Évangile de Marie en 1986, et Oser vivre l'amour en 1994, ont aussi un net succès[1].

Elle publie aussi de nombreux articles, notamment dans la revue de la Fraternité Jésus Caritas. La direction de cette revue lui est confiée pendant quelque temps[3].

Elle se retire en 2005 dans une maison de retraite à Montauban où elle meurt le . Deux évêques, Michel Santier et Joseph Boishu, président ses obsèques[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Grâce d'être femme, édition Saint-Paul, 1981
  • L'Évangile de Marie, édition des Béatitudes, 1986
  • Prêtre pour l'Amour de Jésus et de l'Evangile, éditions du Lion de Juda, 1990
  • Pentecôte c'est aujourd'hui : la grâce propre des groupes de prière du renouveau charismatique, éditions du Lion de Juda, 1991
  • Oser vivre l'amour, édition des Béatitudes, 1994
  • Femmes, selon le cœur de Dieu, édition Saint-Paul, 1999
  • Jésus-Christ, un dieu scandaleux, édition des Béatitudes, 2005
  • Une culture de pentecôte : libres propos sur le renouveau charismatique, édition des Béatitudes, 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Claire Lesegretain, « Mort de Georgette Blaquière, théologienne du Renouveau charismatique », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 15 février 2017).
  2. Olivier Landron, « Les communautés nouvelles: nouveaux visages du catholicisme français », Editions du Cerf, (consulté le 15 février 2017), p. 261, 264, 267, 283.
  3. a et b Daniel-Ange, « Georgette Blaquière, « une nouvelle reine au Ciel » », sur fr.zenit.org, Zenit, (consulté le 15 février 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]