Georges le Victorieux (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Georges le Victorieux.

Georges le Victorieux
Георгий Победоносец
image illustrative de l’article Georges le Victorieux (cuirassé)
Type Cuirassé
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale russe, Flotte de la mer Noire, Flotte de l'Armée blanche
Chantier naval arsenal de ROPIT Sébastopol
Quille posée
Lancement
Armé 1894
Statut désarmé en 1924, démoli à Bizerte en 1930
Équipage
Équipage 720 officiers et marins
Caractéristiques techniques
Longueur 103,5 mètres
Maître-bau 21 m
Tirant d'eau 8,6 m
Déplacement 10 280 tonnes
Propulsion 2 moteurs à vapeur à triple expansion verticale (TEV), 16 chaudières cylindriques à charbon
Puissance 13 000 ch
Vitesse 16 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture en acier 203 à 406 mm

Ponts : de 50 à 63 mm
Tourelles :
casemates : 254 à 305 mm
kiosque : 229 mm
barbette : 305 mm

Armement 6 × 305 mm
7 × 152 mm
8 × 47 mm
10 × 37 mm
20 × 64 mm (fusils d'assaut Baranovsky)
7 tubes lance-torpilles d'un calibre de 380 mm
Carrière
Port d'attache Sébastopol

Le Georges le Victorieux (en russe : Георгий Победоносец), est un cuirassé Pré-Dreadnought à barbettes construit en 1881 au chantier naval ROPIT (РОПиТ) à Sébastopol et lancé en 1892. Ce fut le dernier d'une série de quatre navires de la classe Catherine II. Il devait son nom à saint Georges (275/280-303), martyr, qui est aussi le saint-patron de la Russie. Le navire entre en service dans la Marine impériale russe en septembre 1893.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Georges le Victorieux est le sister-ship du Catherine II, du Sinop et du Tchesma.

Carrière dans la Marine impériale de Russie[modifier | modifier le code]

Le 30 juin 1905, l'équipage du Georges le Victorieux se joint aux mutins du Potemkine en entrant dans le port d'Odessa. Mais le lendemain, les marins se soumettent à l'autorité du tsar Nicolas II.

En 1906, un important projet de remise à niveau du Georges le Victorieux et de ses sisters-ships est présenté : il concerne l'installation de quatre canons de 305 mm, et d'unités de 120 mm à tir rapide, mais ce plan est rejeté.

Au cours de la Première Guerre mondiale, le Georges le Victorieux prend une part active dans des combats navals. Au début de ce conflit, le cuirassé engagea un combat naval contre le croiseur de bataille allemand SMS Goeben[1] à Sébastopol.

Révolution d'Octobre 1917[modifier | modifier le code]

Le 29 décembre 1917, le Georges le Victorieux devient un navire de la Croix-Rouge de la flotte de la mer Noire. Il est ancré à Sébastopol depuis mars 1918, lorsqu'il fut capturé le 1er mai suivant par les Allemands. Après la signature de l'armistice, le 24 novembre 1918, il est remis aux Britanniques. Il entre dans l'Armée rouge d'Ukraine, le 19 avril 1919, mais, le 24 juin 1919, il est capturé par l'Armée Blanche et est affecté dans les forces navales du sud de la Russie (Armée Blanche).

Le 14 novembre 1920, le Georges le Victorieux participe sous le commandement de Podouchkine, à l'évacuation de la flotte de l’Armée blanche de Wrangel de Sébastopol à Constantinople. Le 29 décembre 1920, les autorités françaises saisirent le cuirassé, qu'ils ancrèrent dans le port français de Bizerte en Tunisie, avec le reste de l'escadre.

Bizerte[modifier | modifier le code]

À Bizerte le navire, mouillant dans le canal, sert à héberger les marins mariés et leurs familles. Les services religieux orthodoxes se déroulent un premier temps à son bord. Une école y est créée vers la fin de l'année 1921. Le navire est alors affublé du surnom ironique de Бвбаносец (Babanosets - porteur de bonnes femmes - jeux de mot sur l’adjectif Победоносец - nicéphore, porteur de la victoire - et le terme russe баба, bonne femme)

Propriété de la Marine soviétique[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 1924, le gouvernement français reconnut le Georges le Victorieux comme propriété de l'URSS, mais, devenu obsolète, il fut vendu à la ferraille. Il fut démantelé à Bizerte en 1930.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Classe Moltke, construction 21 février 1907, lancement le 28 mars 1911, mis en service le 2 juillet 1912, démantelé en 1973

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :