Georges Wormser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Wormser
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Lucie Beleys (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
André Wormser (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Georges Wormser (1888 - 1978) est un homme politique, banquier et historien français, qui fut chef de cabinet de Georges Clemenceau et auteur d'une biographie de celui-ci.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Georges Marcel Wormser, né à Paris le 14 janvier 1888 dans une famille juive alsacienne (son oncle Gaston est secrétaire du baron Edmond de Rothschild)[1] et mort dans la nuit du 16 au 17 février 1978[1], est ancien élève de l'École normale supérieure et agrégé de lettres[2]. Il enseigne à Saint-Étienne et à Rennes[3]. Officier, il est deux fois blessé au front durant la Première Guerre mondiale[2]. Il est membre du cabinet de Georges Clemenceau quand ce dernier est pour la seconde fois président du Conseil en novembre 1917 puis son chef de cabinet de décembre 1918 à février 1920[4]. Il est aussi secrétaire de la délégation française lors des négociations du traité de Versailles. À la mort de Clemenceau dont il a été un des plus proches collaborateurs[5] et dont il a toujours défendu la mémoire[6], il fonde la société des amis de Georges Clemenceau dont il devient le président. Il est chef de cabinet de Georges Mandel quand il est ministre des PTT de novembre 1934 à juin 1936.

En 1936, il fonde la Banque d'Escompte qui deviendra plus tard la Banque Wormser Frères.

En 1961, il publie son ouvrage le plus célèbre La République de Clemenceau pour lequel il reçoit les félicitations du général de Gaulle : « Il n'est pas de meilleur moyen de servir sa mémoire que de faire connaître sa vie, son action, sa passion...  »[7]

Il est président du Consistoire de Paris de 1949 à 1953[8] dont il souligne l'importance en déclarant : « Tout juif a, a eu, ou aura des relations avec le Consistoire. » Il a aussi été membre du comité central de l'Alliance israélite universelle[1] où il exprime son opposition au plan de partage de la Palestine[9]. Un peu plus tard, en 1952, lors de la création du mémorial du martyr juif inconnu, il s'oppose à ce projet, car, dit-il, « il est inadmissible de faire de la ségrégation raciale. Ce serait une grave erreur vis-à-vis des autres déportés qui ont été si nombreux. »[10]

Mais, en 1963 sa pensée évolue quand il publie Français, Israélites dont le sous-titre est Une doctrine, une tradition, une époque et qu'il souligne que cette conception du judaïsme datant de 1789 appartient au passé[11].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Clemenceau vu de près, Hachette Littérature, 1979
  • Français israélites : Une doctrine, une tradition, une époque, Éditions de Minuit, 1963
  • Georges Mandel, l'homme politique, Plon, 1967
  • Gambetta dans les tempêtes, Éditions Sirey, 1964
  • La République de Clemenceau, Presses universitaires de France, 1961
  • Le Septennat de Poincaré, Fayard, 1977
  • Les Problèmes actuels de l'enseignement secondaire en Allemagne, Champion, 1912
  • Les Sondages de l'Allemagne en 1915 et 1916 en vue d'une paix séparée avec la France, Éditions Sirey, 1963

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c David Shapira, Jacob Kaplan 1895-1994: Un rabbin témoin du XXe siècle,
  2. a et b Édouard Bonnefous, Avant l'oubli : la vie de 1900 à 1940, page 520, Editions Laffont Nathan, 1987
  3. Roger Berg, Histoire des Juifs à Paris de Chilpéric à Jacques Chirac, page 304
  4. « Auteurs »
  5. Gérard Minart, « Clémenceau journaliste: 1841-1929, les combats d'un républicain pour la liberté et la justice », Harmattan, , p. 238
  6. Jean-Marcel Jeanneney, La disparition de Georges Wormser
  7. Georgette Elgey, « Histoire de la IVe République, la fin : La République des tourmentes, Volume 3 », Fayard
  8. « Calendrier du bicentenaire »
  9. Catherine Nicault, « L'Alliance au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : ruptures et continuités idéologiques », sur Cairn.Info, p. 46
  10. Muriel Pichon, « Les Français juifs, 1914-1950: récit d'un désenchantement », Presses Universitaire du Mirail, , p. 227
  11. en(en)Ernest Krausz et Gitta Tulea, « Starting the Twenty-First Century: Sociological Reflections & Challenges », Transaction Publishers, (ISBN 0-7658-0098-5), p. 208