Georges Viole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Georges Viole
Biographie
Naissance
Soulaires, (Eure-et-Loir)
Ordre religieux Bénédictinde la Congrégation de Saint-Maur
Ordination sacerdotale
Décès
Auxerre (Yonne)
Abbé de l'Église catholique
Premier prieur de abbaye Saint-Laumer de Blois
Prieur de Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire
Prieur de abbaye Saint-Germain d'Auxerre
Prieur de l'abbaye Saint-Pierre de Corbie
Prieur de l'abbaye de Saint-Fiacre
Autres fonctions
Fonction religieuse
écrivain, hagiographe

Daniel Georges Viole (né en 1598 à Soulaires (Eure-et-Loir) - mort le à l'abbaye de Saint-Germain d'Auxerre (Yonne) était un moine bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Soulaires, en Eure-et-Loir au diocèse de Chartres, il était le frère du Président Viole dont la famille comptait parmi ses ancêtres des évêques, des abbés et des abbesses. Il méprisa tous les avantages que lui donnait sa naissance et il entra dans la Congrégation de Saint-Maur pour faire sa profession au monastère des Blancs-Manteaux à Paris le .

Il fit ses études à l'abbaye de Corbie sous Dom Athanase de Mongin (1589-1633) et y apprit la science et la piété. D'une grande humilité, il fuyait les honneurs, mais malgré cela il fut nommé premier prieur en 1627, de l'abbaye Saint-Laumer de Blois, trois ans seulement après sa profession. Il le fut ensuite à Saint-Benoît-sur-Loire, Saint-Germain d'Auxerre, Corbie puis Saint-Fiacre.

Demeurant à l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre et déchargé de ses responsabilités, il se consacre à ses exercices de piété et à l'étude des textes anciens. Arrivé à la fin de sa vie, il confie ses écrits à son prieur. Il paraît encore à l'église le jour des Rameaux de 1669, mais le jeudi Saint suivant il ne pouvait plus recevoir la communion. Il meurt le lendemain de Pâques, le 21 avril 1669.

Dom Jean Mabillon dans son Supplément à la Diplomatique fait honneur à ce savant confrère du sentiment qui établit que Robert le Fort, d'où descendant nos rois de la troisième race, était fils de Conrad Ier de Bourgogne, comte d'Altorf et d'Auxerre, beau-frère par sa sœur de l'empereur Louis le Débonnaire et petit-fils du duc Welphe de Bavière.

Titres[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Vie de Sainte Reine, Vierge et Martyre, avec son office et un catalogue des reliques de l'Abbaye Saint-Pierre de Flavigny. En 1770 on compte cinq éditions de cet ouvrage. A Paris chez Huot en 1649, une seconde édition chez Jean Piot rue Saint-Jacques à Paris en 1653, et chez Blaise Simonot à Autun en 1654. In-8°
  • Apologie de Sainte Reine, qui a eu également cinq éditions la première chez Huot à Paris en 1649 et chez Blaise Simonot à Autun en 1654. In-8°
  • La Vie et les miracles de S. Germain, Évêque d'Auxerre, avec un Catalogue des hommes illustres de la ville et du diocèse à Paris, 1656, chez Billaine, in-4°.
  • Catalogue des abbés de l'Abbaye Saint-Germain d'Auxerre, imprimé par messieurs de Sainte-Marthe au tomme 4 de leur Gallia Christiana.
  • Histoire de l'Abbaye de Flavigny[2]
  • Généalogie de l'illustre et ancienne famille de Viole et de ceux qui lui ont été alliés, in-4° conservé en 1753 à la bibliothèque de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés
  • Histoire des Évêques d'Auxerre, de l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre et du monastère de Seleby en Angleterre, resté à l'état de manuscrit, car il apprit que le P. Labbe, jésuite faisait imprimer les mêmes ouvrages.
  • Histoire de la Ville et du Diocèse d'Auxerre, en 7 volumes in-folio.
  • Hiftoria Abbatum monafterii fancti Germani Autiffiodorenfis : additis quœ fub eorum regimine in eodem monafterio præclarè contigerunt, ab anno Chrifti 560 ad annulm 1650. Auctore Georgio Viole Benedictino, Congregationis S. Mauri; quinque voluminibus in-folio, ouvrage manuscrit conservé en 1770 dans la Bibliothèque de l'Abbaye Saint-Germain d'Auxerre.
  • Hiftoria monafterii Pontiniacenfis per chartas & inftrumenta ejufdem Cœnobii. C'est bien Dom Georges Viole qui en est l'auteur comme le dit Dom Edmond Martène qui l'a donné au lecteur dans le quatrième tome de son Trésor d'anectodes, fol.1222; mais c'est moins une histoire qu'un recueil informe de chartes et autres actes que Dom Viole avait ramassés pour en former ensuite une histoire régulière.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Histoire littéraire de la Congrégation de Saint-Maur, Ordre de Saint Benoît..., à Paris chez Humblot libraire rue Saint-Jacques près S. Yves. 1753. pp. 69 à 72.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diane Carron, Saint-Sébastien-de-Fleury, fiche dans sanctuaires.aibl.fr (Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinages chrétiens en France).
  2. Ouvrage conservé dans la Bibliothèque de Monsieur Philibert de la Mare, Conseiller au Parlement de Dijon, à Flavigny