Georges Villa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Villa
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Georges Emile Marie VillaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Distinction

Georges Emile Marie Villa, né à Montmédy dans la Meuse le et mort à Paris le , est un dessinateur, caricaturiste, graveur, lithographe et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie à l'École des beaux-arts de Paris et expose au Salon des artistes français. Excellent portraitiste, il est invité en Russie par le grand-duc Vladimir, oncle du tsar Nicolas II, pour y exécuter des portraits d'officiers. En 1908 il accompagne une mission archéologique russe en Égypte.

Il participe à la Première Guerre mondiale comme officier pilote. Breveté le 14 novembre 1916, il sera affecté à une escadrille de chasse et terminera le conflit comme capitaine.

Il entame sa carrière d'illustrateur avec principalement des dessins humoristiques et deux sujets de prédilection, l'aviation et l'escrime. Dès 1915, il avait contribué à la brochure de l'école d'aviation militaire de Chartres (future base aérienne 122 Chartres-Champhol).

Il illustre notamment L’Île des Pingouins d'Anatole France en 1922, Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier en 1935, les Contes fantastiques d'Edgar Allan Poe en 1938, et Aphrodite de Pierre Louÿs[1].

Il est nommé peintre de l'Air en 1934.

Georges Villa était une figure du Montmartre des Années folles, connu pour ses caricatures et pour ses portraits ainsi que pour ses dessins érotiques au réalisme renforcé par l'utilisation du fusain et du pastel. Le musée de Montmartre conserve l'un de ses pastels, À l'intérieur du Lapin Agile. Il fait partie du cercle des Mortigny, fondé par Dimitri d'Osnobichine, en 1908 [2] , qui regroupe de nombreux artistes et habitués de la vie parisienne : Paul Poiret, Bernard Boutet de Monvel, Pierre Brissaud, Guy Arnoux, Joë Hamman, Lucien-Victor Guirand de Scevola, Joseph Pinchon, André Warnod, Pierre Troisgros, Jean Routier, Henri Callot, Pierre Falize, Pierre Prunier, cercle qui fonctionne jusque dans les années 50[3].

Chevalier de la Légion d'honneur, il est également l'auteur d'un roman, Infirmerie spéciale, paru en 1953.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]