Georges Térof

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Émile Georges Lempereur dit Georges Térof[1],[2] ou Térof[note 1], né à Paris 11e le [3] et mort à Nice le [4], est un acteur de théâtre et de cinéma français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En dehors des rôles qu'il a interprété tant au théâtre qu'au cinéma, on connait peu de chose de la vie de Georges Térof sinon qu'il a débuté en 1893 à l'âge de 19 ans au théâtre Déjazet puis qu'il a été engagé de 1908 à 1913 au théâtre de l'Athénée, où il joue dans des pièces de Georges Feydeau, de Tristan Bernard ou de Francis de Croisset, en particulier lors de la création d'Arsène Lupin en . Il apparaît pour la première fois sur les écrans en et y sera présent dans une quarantaine de films jusqu'en 1944.

La Première Guerre mondiale interrompt la carrière de Térof tant au théâtre qu'au cinéma. Elle ne reprend qu'après la fin du conflit non plus à Paris mais à Nice où il s'est installé avec son épouse et où, désormais, ils tourneront et se produiront sur scène. En , il devient d'ailleurs vice-président de l'Union des Artistes Cinématographiques de Nice[5], ce qui confirme qu'il était déjà bien implanté dans la région à cette époque.

Marié en [6] à la comédienne Henriette Clairval[note 2], connue également sous le nom de Clairval-Térof, il tournera avec elle dans plusieurs films[7]. Grand sportif dans sa jeunesse, Térof s'illustra notamment dans la course cycliste[8].

Georges Térof meurt à Nice cinq ans à peine après la sortie de son dernier film Béatrice devant le désir de Jean de Marguenat à l'âge de 74 ans.

Carrière au théâtre[modifier | modifier le code]

Carrière au cinéma[29][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Térof est l'anagramme du nom de famille de sa mère née Forêt.
  2. Henriette Grenouillet dite Henriette Clairval (1875-19..) est une chanteuse et comédienne active entre 1898 et 1933. Ses liens éventuels avec l'artiste lyrique Jane Clairval et l'acteur et scénariste Jean Clairval ne sont pas connus.
  3. Dans ce premier film, Georges Térof reprend le rôle de Passepoil qu'il avait déjà interprété sur scène en 1901 au théâtre des Folies-Dramatiques.
  4. Le négatif a été détruit dans un incendie (source IMDb).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Groupez-vous. "Le Syndicat des Spectateurs". Comoedia, 12 octobre 1919, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  2. Collection complète du journal Les Mines d'or. Illustrations. L'Or et l'argent, 11 février 1896, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  3. Acte de naissance n° 3472 avec mentions marginales du mariage et du décès (vue 31/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 11ème arrondissement, registre des naissances de 1874.
  4. Date et lieu de décès figurant en mentions marginales de l'acte de naissance.
  5. Les cinémas. Union des Artistes Cinématographiques de Nice. Comoedia, 27 novembre 1921, p. 5, lire en ligne sur Gallica.
  6. Acte de mariage n° 54 (vue 3/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 17ème arrondissement, registre des mariages de 1901. Parmi les témoins à l'acte, le compositeur André Gédalge et le journaliste Joseph Aron.
  7. Le Sang des Finoël en 1922, La Cabane d'amour en 1923, Le Roi de la pédale, Monte Carlo et La Neuvaine de Colette en 1925, Par habitude en 1932 et Le Chemin du bonheur en 1933 (Source IMDb).
  8. La Course des Artistes. Comoedia, 12 juin 1908, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  9. Auguste Goullet dit Gutello (1854-1931), compositeur, éditeur de musique et critique musical.
  10. Déjazet. L'Orchestre, octobre 1896, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  11. Théâtre Déjazet. Les Annales du théâtre et de la musique, 1896, pp. 362-363, lire en ligne sur Gallica.
  12. Théâtre Déjazet. Les Annales du théâtre et de la musique, 1897, p. 425, lire en ligne sur Gallica.
  13. Les locataires de M. Blondeau. Le Photo-programme, 1896, lire en ligne sur Gallica.
  14. Une paire de bottes. Le Photo-programme, 1896, lire en ligne sur Gallica.
  15. Déjazet. Les Femmes de Paul de Koch. La Vie théâtrale, 20 mai 1897, p. 314, lire en ligne sur Gallica.
  16. La voleuse d'enfants. Le Photo-programme, 1897, lire en ligne sur Gallica
  17. L'oncle d'Amérique. Le Photo-programme, 1898, lire en ligne sur Gallica.
  18. Théâtre des Folies-dramatiques. Les Annales du théâtre et de la musique, 1901, p. 417, lire en ligne sur Gallica.
  19. Théâtre de l'Athénée. Le Boute-en-train. Comoedia, 31 janvier 1908, pp. 1-2, lire en ligne sur Gallica.
  20. Feuilleton de Comoedia du lundi 20 mai 1912. "Le Chant du Cygne". Comoedia, 20 mai 1912, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  21. Informations. Athénée. Comoedia, 24 mars 1909, p. 4, lire en ligne sur Gallica.
  22. Théâtre de l'Athénée. "La Cornette". Comoedia, 9 octobre 1909, lire en ligne sur Gallica.
  23. Courrier des théâtres. Théâtre de l'Athénée. L'Action française, 1er décembre 1910, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  24. Au théâtre de l'Athénée. "M. Pickwick". Comoedia, 22 septembre 1911, p. 1, lire en ligne sur Gallica.
  25. Au théâtre du Gymnase. "Pétard". Comoedia, 2 avril 1914, pp. 1-2, lire en ligne sur Gallica.
  26. Édition originale lire en ligne sur Gallica.
  27. Départements. Nice. Comoedia, 12 août 1923, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  28. Dans les départements; Nice. La semaine théâtrele. Nouveau Casino. Comoedia, 28 janvier 1924, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  29. Sources IMDb et Ciné-Ressources (Cinémathèque française).
  30. Cinématographes. Les prochains films. "Catherine". Comoedia, 16 mai 1924, p. 4, lire en ligne sur Gallica.
  31. Vedette d'aujourd'hui : Georges Térof. Cinéa, 15 septembre 1924, p. 20, lire en ligne sur Gallica.
  32. Dans les cinémas. Films Phocéa. "Monte-Carlo". Comoedia, 10 octobre 1925, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  33. Films Albatros-Armor. "Feu Mathias Pascal". Comoedia, 1er août 1925, p. 1, lire en ligne sur Gallica.
  34. L'activité cinégraphique. Cinéa, 1er juillet 1926, p. 24, lire en ligne sur Gallica.
  35. Chronique des cinémas de Paris. L'activité cinématographique. Le Figaro, 4 juin 1933, p. 4, lire en ligne sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Georges Térof sur l’Internet Movie Database