Georges Stein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Stein
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Nationalité
Activité

Georges Stein, pseudonyme de Séverin Louis Stein, né le à Paris[1] et mort en à Genève[2], est un peintre, aquarelliste, dessinateur et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d'origine luxembourgeoise, Georges Stein est le fils[1] de Marc-Séverin, relieur, et de Barbe Kintziger, son épouse. Il naît et grandit à Paris. Il est élève de Jules Lefebvre et de Gustave Boulanger[3],[4],[a].

Peintre de paysages urbains, il appartient à la génération des artistes qui ont représenté les rues de Paris à la Belle Époque tels Eugène Galien-Laloue, Louis Abel-Truchet ou Édouard Cortès[5]. Ses œuvres sont empreintes de spontanéité, dynamisme et mouvement, donnant ainsi la sensation aux spectateurs de participer aux scènes observées. Sous l’influence de Jean Béraud, il travaille notamment le traitement de la lumière pour traduire l’agitation de la vie parisienne[6]. Il peuple ses tableaux de femmes élégantes pressées par leurs occupations quotidiennes[5]. Il est connu pour ses vues de Paris et de Londres, mais aussi de Melun et Vichy, et en Suisse de Berne, Lausanne et Genève.

En 1906, alors qu'il s'est établi à Montigny-sur-Loing[b],[7] comme de nombreux peintres attirés par la qualité des paysages et de la lumière, il expose au Salon des indépendants[8] où il présente huit tableaux.

Répondant à une commande effectuée en 1910 par Léon Roubot, directeur de l'Élysée-Palace, Georges Stein réalise un ensemble de quatre grandes toiles pour le décor de ce nouveau casino de Vichy[9]. Ces quatre vues monumentales témoignent de la vogue des stations thermales et des loisirs qu’elles proposent à la société de la Belle Epoque : promenades en calèches, fréquentation des brasseries, du casino ou du champ de course[5].

Il est membre de la Société des artistes français et expose au Salon de 1912 à 1914, période pendant laquelle il réside à Melun[10],[11],[12].

En 2021, la municipalité de Melun a décidé de donner le nom de Georges Stein à une nouvelle rue de la ville[13].

Salons[modifier | modifier le code]

  • Salon des indépendants :
    • 1906, 22e exposition[8] :
      • Parisienne (effet de nuit)
      • La rue Auber au crépuscule
      • Promenade des Anglais à Nice
      • Le Quai de la Tournelle
      • Brouillard sur la Seine
      • Coin de forêt (Fontainebleau)
      • La rue de Sèvres
      • Boulevard des Italiens, pastel
  • Salon des artistes français :
    • 1912, 130e exposition officielle[14],[4] :
      • Le Pont de Westminster à Londres
    • 1913, 131e exposition officielle[15] :
      • La route de Turin à Nice, aquarelle
      • Crépuscule parisien, aquarelle rehaussée
    • 1914, 132e exposition officielle[16] :
      • Soleil d'hiver à Nice
      • Dans la forêt de Fontainebleau
      • Sur le pont des Saints-Pères - crépuscule, aquarelle rehaussée
      • Crépuscule d'hiver, aquarelle rehaussée

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition de la Société des Arts de Seine-et-Marne, 1914, 8e exposition.
  • Échappées bucoliques, Médiathèque Valery Larbaud, Vichy, 2009 :
    • L'arrivée des calèches et Fête des Fleurs devant la source des Célestins à Vichy, huile sur toile, 130 x 195 cm, Collection particulière.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Paris, musée Carnavalet :
    • Cavaliers et attelages, avenue du Bois, huile sur toile, 80 × 58 cm ;
    • Grands magasins du Pont-Neuf, Paris, Jouets, Étrennes 1899, affiche, 131 × 94 cm.
  • Melun, musée d'Art et d'Histoire :
    • Le Marché aux fleurs à Paris ;
    • La Place de l'Opéra le soir, pastel ;
    • Trois toiles relatives au pont aux Fruits[17] :
      • Vue de la Seine depuis la promenade de Vaux, huile sur toile ;
      • Le Pont aux Fruits le soir, huile sur toile (dédiée « À Monsieur Émile Gaulard, bien affectueusement. G. Stein » et signée « SEVER LUD GEORGES STEIN. MELUN ») ;
      • Le Pont de Melun, huile sur toile.

Publications[modifier | modifier le code]

En tant qu'illustrateur ou décorateur:

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aux Beaux-Arts de Paris ou à l'Académie Julian, mais les registres d'élèves ne mentionnent pas son nom.
  2. Le catalogue du Salon des indépendants de 1906 précise qu'il habite alors à Montigny-sur-Loing.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives de Paris, Registre des naissances du 15e arrondissement de 1864, cote V4E 1841, acte no 271.
  2. « Chroniques », L'Éventail, no 3,‎ (lire en ligne) :

    « En décembre, la Revue franco-suisse publie un article ému de notre collaborateur Henry Gauthier-Villars sur le peintre Georges Stein qui vient de mourir à Genève. »

  3. Les Amis des Arts de Seine-et-Marne. Un peu d'histoire
  4. a et b Société des artistes français, Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Grand Palais des Champs-Élysées, avenue Alexandre III, le 1er mai 1912, Paris, Imprimerie Paul Dupont, , 532 p. (lire en ligne), p. 154
  5. a b et c Gros & Delettrez, commissaires-priseurs et Lilith E. Laborey (photogr. Marc Guermeur), Catalogue. Art moderne et contemporain. Vente du 10 décembre 2012, Paris, , 86 p. (lire en ligne), p. 27-31
  6. Georges Stein, peintre français connu pour ses scènes de la vie des rues parisiennes.
  7. Archives départementales de Seine-et-Marne, cote 10M409, Recensement de Montigny-sur-Loing de 1906 : rue du « Bout du Haut », côté gauche : Stein, Séverin, « artiste peintre », né en 1864 à Paris, et son épouse Dumouthier, Marie-Louise, née en 1873 à Bône (Algérie).
  8. a et b Salon des indépendants, Société des artistes indépendants. Catalogue de la 22e exposition, 1906, Paris, L'Émancipatrice, , 302 p. (lire en ligne), p. 267
  9. « Quatre tableaux de Georges Stein sur le Vichy de la Belle époque en vente », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Archives municipales de Melun, cote 1K32, Liste électorale de 1912, numéro d'ordre 3237 : Stein Séverin Louis, 12 février 1864, artiste peintre, chemin de Bellevue 3. Il est à noter qu'en 1912 Georges Stein était voisin d'un autre peintre melunais, Henri Frechon, puisque ce dernier habitait 2 chemin de Bellevue.
  11. Archives municipales de Melun, cote 1K33, Liste électorale de 1913, numéro d'ordre 3257 : Stein Séverin Louis, 12 février 1864, artiste peintre, chemin de Bellevue 3 puis route de Trois Moulins 17.
  12. Archives municipales de Melun, cote 1K34, Liste électorale de 1914, numéro d'ordre 3425 : Stein Séverin Louis, 12 février 1864, artiste peintre, route de Trois Moulins 17.
  13. Julien Van Caeyseele, « Melun. Qui sont les personnalités derrière les nouveaux noms de rues ? », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Société des artistes français, Catalogue illustré du Salon de 1912, Paris, Bibliothèque des Annales. Édition Baschet, , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  15. Société des artistes français, Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Grand Palais des Champs-Élysées, avenue Alexandre III, le 30 avril 1913, Paris, Imprimerie Paul Dupont, , 530 p. (lire en ligne), p. 266
  16. Société des artistes français, Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Grand Palais des Champs-Élysées, avenue Alexandre III, le 30 avril 1914, Paris, Imprimerie Paul Dupont, , 562 p. (lire en ligne), p. 178
  17. Musée de Melun, Service Pédagogique, Paysages du Musée de Melun, 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]