Georges Salendre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Salendre
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Œuvres réputées
Veilleur de pierre, Le Chant des Canuts (d), Le Printemps (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nouveau cimetière de la Croix-Rousse - novembre 2016 (8).JPG

Vue de la sépulture.

Georges Salendre, né le à Romanèche-la-Montagne, commune de Hautecourt-Romanèche (Ain) et mort le [1] à Lyon (Rhône), est un sculpteur français essentiellement actif à Lyon et dans sa région.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une enfance dans le Jura[2], dont il conserve l’empreinte des paysages et d’une rivière, Georges Salendre fréquente des tailleurs de pierre dans une carrière et y fait ses premiers essais de sculpture. Il est apprenti tailleur de pierre en 1904, puis il travaille comme ouvrier du bâtiment à Lyon, tout en suivant en auditeur libre les cours de l’École des beaux-arts de cette ville, où il remporte un premier prix de sculpture. Il rencontre une modiste qui devient son épouse.

Gravement blessé lors de la Première Guerre mondiale, il est sauvé par le chirurgien lyonnais André Latarjet. Ami de nombreux artistes dont Suzanne Valadon et Maurice Utrillo, il réalise un buste de celui-ci. Il devient un pacifiste engagé dans ses convictions tant artistiques que civiques. Il fait partie des fondateurs du Salon du Sud-Est à Lyon. En 1937, il reçoit le grand prix de l’Exposition internationale de sculpture de Paris et est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entre dans la Résistance dès 1940.

Après la guerre, admirateur de Mao Zedong, il entre au parti communiste. Son amitié avec Édouard Herriot lui vaut de travailler pour la ville de Lyon et celles de la proche région.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Beaujeu (Rhône) : monument aux morts de 1914-1918, en collaboration avec le sculpteur Benoit Myard.
  • Givors :
    • quartier des Plaines : Captive.
    • place Henri-Barbusse : Henri Barbusse.
    • promenade Maurice-Thorez : Maurice Thorez.
    • groupe scolaire Joliot-Curie : Joliot-Curie.
    • centre hospitalier de Montgelais : Maternité.
    • mairie :
      • La République, buste ;
      • La Mère et l’Enfant ;
      • Le Torrent, groupe en bronze.
  • Jassans-Riottier : Monument à Léon Fournet.
  • Lyon :
    • cours Général-Giraud : Monument aux peintres et sculpteurs lyonnais disparus.
    • lycée professionnel de la Martinière : Les Couturières.
    • musée des beaux-arts.
    • parc de la Tête-d'Or : Le Sportif.
    • place d’Arsonval : Monument à Édouard Herriot, 1958.
    • angle de la place Bellecour et de la rue Gasparin : Veilleur de pierre, 1948, haut-relief en pierre.
    • place Dumas de la Loire : Souvenir unité paix.
    • place Ollier :
      • Monument aux universitaires morts dans les camps, 1946, détruit par l'OAS en 1960 ;
      • La Pensée, 1965.
    • place des Tapis :
      • Le Printemps ;
      • Le Chant des Canuts, au début du boulevard des Canuts (Croix-Rousse). L'œuvre était érigée jusqu'en 2014 dans le square Déjean à l'ouest de la mairie du 4e arrondissement.
    • stade de La Duchère : Athlète, statue.
  • Saint-Étienne : Le Fusillé, 1969.
  • Vénissieux : La République des peuples, 1971.
  • Villeurbanne :

Publication[modifier | modifier le code]

  • Georges Salendre, Georges Salendre sculpteur, préface de Marius Mermillon, Éditions l’Hermès, février 1981 (ISBN 2-85934-090-4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guichet du Savoir, BM de Lyon.
  2. Document INA.
  3. Bruno Permezel et Marcel Avet (préf. Gilbert Chabroux), Villeurbanne, 27e ville de France : histoire des rues, histoire des noms, Lyon, BGA Permezel, , 262 p. (ISBN 978-2909929026), p. 170.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marius Mermillon, Georges Salendre, sculpteur, L’Hermès, 1981.
  • Bernard Gouttenoire, Dictionnaire des peintres et sculpteurs à Lyon aux XIXe et XXe siècles, Châtillon-sur-Chalaronne, la Taillanderie, 2000, p. 295-296.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :