Georges Révoil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Révoil
Georges Révoil.JPEG
Portrait par Eugène Pirou, 1885
Fonction
Consul (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
PernamboucVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
Distinction

Georges Emmanuel Joseph Révoil (né le 24 janvier 1852 à Nîmes , mort le ) à Pernambuco (Brésil) est un explorateur de l'Afrique, un photographe et un diplomate français (consul honoraire) du XIXe siècle.

Parcours[modifier | modifier le code]

Fils de l'architecte Henri Révoil[1], il est attaché au ministère de l'Instruction Publique puis devient consul honoraire[2].

Il se rend à plusieurs reprises, entre 1877 et 1883, en Somalie et plus généralement en Afrique orientale, pour le compte du gouvernement[3],[1],[4]. En 1886, il dirige une mission en Afrique des Grands Lacs. Ces années sont marquées par une concurrence des puissances européennes dans l'exploration des territoires africains et la constitution de colonies, notamment entre la France, l'Angleterre, la Belgique, et l'Allemagne[5].

Il est l'une des personnes figurant aux côtés d'Arthur Rimbaud sur le perron de l'hôtel de l'Univers, à Aden, dans une photographie prise en 1880[6].

Sa publication Voyages au Cap des Aromates (1880 ) décrit une expédition sur les côtes de l'Afrique orientale et un deuxième voyage en Somalie britannique. Georges Révoil était un passionné de photographie. Il rapporte de la Somalie actuelle et de la zone autour de Mogadiscio de nombreuses photos. Ces dernières sont notamment montrées lors d'une conférence à la Société de géographie à Paris le . Elles sont maintenant à la Bibliothèque nationale de France.

En , il devient vice-consul de France à Bassora[7]. En novembre de la même année, il épouse Anne-Marie Oliveira, originaire du Brésil, dont il a trois enfants[2],[8]. Puis il est nommé consul de France, exerçant en particulier en 1890 à San José (Costa Rica)[9], puis à Asuncion. Il décède en , à Pernambuco, où réside la famille de sa femme et où, malade du béribéri[10], il s'était fait transporter[11],[12].

Une espèce de serpent, Brachyophis revoili, est nommée en son honneur.[13]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Voyages au cap des Aromates (Afrique orientale) 1877-1878. Illustrations d'Alexandre Ferdinandus et Georges Bellenger ; cartes gravées par Erhard d'après les croquis et documents de l'auteur. Paris, E. Dentu, 1880 (rééd. Victor Attinger, Paris, 1932)[14].
  • La Vallée du Darror ; voyage aux pays Çomalis (Afrique orientale) types, scènes, paysages, panoramas hors texte, d'après les photographies et les croquis de l'auteur ; publiée par la Société de Géographie de Paris. Paris, Challamel aîné, 1882.
  • Faune et flore des pays Çomalis (Afrique orientale), illustré par Charles-Émile Cuisin, Paris: Challamel Ainé, Éditeur, 1882.
  • Notes d'archéologie et d'ethnographie dans le Somal, 1884.
  • Dix mois à la côte orientale d'Afrique: la Vallée du Darror et le Cap Guardafui, Paris, Challamel et Cie, 1889.
  • Vers les grands lacs de l'Afrique Orientale, par Lucien Heudebert d'après les notes de Georges Revoil, Paris, Librairie d'édition nationale, 1909[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Larousse 1890, p. 1779.
  2. a et b Wright 2007.
  3. La Croix 14 octobre 1883
  4. Masson 1906, p. 430-431.
  5. Masson 1906, p. 460.
  6. Caussé et Desse 2010.
  7. La Croix 11 août 1887
  8. Le Figaro 17 novembre 1887
  9. La Presse 16 juillet 1890
  10. Le Temps 23 juin 1894
  11. Polybiblion: Revue bibliographique universelle 1894
  12. Le Figaro 20 aout 1894
  13. Beolens, Watkins & Grayson, 2011 : The Eponym Dictionary of Reptiles. Johns Hopkins University Press, 1-296.
  14. Gille 1880, p. 6.
  15. Cf. Vers les grands lacs de l'Afrique orientale de Georges Révoil et Lucien Heudebert

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Par date de parution.

  • Alban Caussé et Jacques Desse, « Rimbaud, Aden, 1880, histoire d’une photographie », Revue des deux Mondes,‎ (lire en ligne).
  • Vincent Wright, Les préfets de Gambetta, Presses Paris Sorbonne, , p. 85.
  • Jean-Louis Triaud, La légende noire de la Sanûsiyya: une confrérie musulmane saharienne sous le regard français (1840-1930), Les Editions de la MSH, .
  • (en) Arthur Henry Eyre Mosse, My Somali Book: A Record of Two Shooting Trips, S. Low, Marston, , p. XIX.
  • Paul Masson, Marseille et la colonisation française: essai d'histoire coloniale, Barlatier, , p. 326, 430-431, 460.
  • Jules Gros (1829-1891), Nos explorateurs en Afrique, Éditions Hachette, 1893 (réédition en 2012) (lire en ligne), « M.Georges Révoil ».
  • Pierre Larousse, [[Grand dictionnaire universel du XIXe siècle|Grand dictionnaire universel du XIXe siècle]], vol. 17, suppl. 2, (lire en ligne), « Révoil (Georges) », p. 1779.
  • Paul Bory, Les explorateurs de l'Afrique, A.Mame, .
  • Alexandre Héron, M. Georges Révoil et le pays des Çomalis, E. Cagniard, 1884, (lire en ligne).

Articles de journaux ou de revue au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • « Décès », Polybiblion: Revue bibliographique universelle,‎ , p. 274.
  • « Informations. », Le Figaro,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  • « Dépêches télégraphiques », Le Temps,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  • « Échos », La Presse,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  • « Échos. À travers Paris. », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  • « Nouvelles politiques. Le mouvement consulaire. », La Croix,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  • (en) « Somal and Galla land », Proceedings of the Royal Geographical Society and monthly record of geography, vol. VI,‎ , p. 257.
  • « Explorations », La Croix,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  • « Faits divers », Le Temps,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  • (en) « French Scientific Expeditions », Proceedings of the Royal Geographical Society and monthly record of geography, vol. III,‎ , p. 668-669.
  • (en) « Geographical Society of Marseille », Proceedings of the Royal Geographical Society and monthly record of geography, vol. III,‎ , p. 571.
  • Philippe Gille, « Revue bibliographique », Le Figaro,‎ , p. 6 (lire en ligne).

Sources sur le web[modifier | modifier le code]