Georges Pouchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pouchet.
Georges Pouchet
Georges-pouchet.jpg
Fonction
Directeur
Station biologique de Concarneau
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Abréviation en botanique
C.H.G.PouchetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Père-Lachaise - Division 36 - Pouchet 01.jpg

Vue de la sépulture.

Charles Henri Georges Pouchet ( à Rouen - ), fils du naturaliste Félix Archimède Pouchet (1800-1872), est un naturaliste et anatomiste français qui se spécialisa dans l’anatomie comparée des poissons et des cétacés. Il fut professeur d'anatomie comparée au Muséum national d'histoire naturelle, à Paris, et directeur du laboratoire maritime de Concarneau.

Il est l'un des premiers défenseurs du polygénisme, une théorie racialiste qui suppose que l'humanité est composée de plusieurs lignées différentes ou races d'humains. En 1858, il publie De la Pluralité des races humaines qui sera traduit en anglais en 1864. En 1856, il participe à une exploration scientifique pour tenter de trouver les sources du Nil. En 1892, il prend part à une expédition polaire depuis Svalbard et Jan Mayen.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (36e division).

Pouchet et les galeries d'Anatomie comparée et de Paléontologie[modifier | modifier le code]

Co-fondateur dès le début des années 1890 des galeries d'Anatomie comparée et de Paléontologie (au Jardin des plantes à Paris), Georges Pouchet est le principal concepteur de la galerie d'Anatomie comparée (les deux autres co-fondateurs étant Albert Gaudry pour la galerie de Paléontologie et Ernest Hamy pour les collections d'anthropologie du deuxième étage, migrées depuis 1937 au musée de l'Homme)[1].

Le bâtiment de ces galeries fut inauguré le 21 juillet 1898, quatre ans après la mort de Pouchet, mais ses collègues Henri Neuville et Henri Filhol firent suivre à la lettre ses indications et encore de nos jours les squelettes, spécimens et échantillons en exposition dans la galerie d'Anatomie comparée suivent l'agencement prescrit par Pouchet[2]. La seule exception faite à cet agencement originel est celle d'un nombre très réduit de vitrines que le Muséum a réorganisées depuis 1998 à des fins de pédagogie lors d'une exposition intitulée « Ossements » qui, devenue permanente depuis, visait à fêter le premier centenaire du bâtiment. Aussi, à la fin des années 1960, la vitrine des oiseaux, telle qu'originellement conçue à la fin du XIXe siècle, fut modifiée. Après une sensible réduction du nombre de spécimens en exposition, une trentaine d'espèces représentatives du groupe furent placées par le biais de supports escamotées à l'intérieur des os, de la sorte que certains de ces squelettes d'oiseaux donnaient l'impression d'être en vol. En 2012, cette vitrine fut à nouveau réaménagée en suivant le plan voulu dans les années 1890 par Pouchet et ses collaborateurs.

Pouchet dans la France du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Pouchet était aussi un ami de Flaubert, de Maupassant[3] et de Céard et eut quelques contacts avec Zola.

Maupassant lui dédia la nouvelle La Mère sauvage en 1884.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Luc Vives et Cécile Colin-Fromont, Les Galeries d'Anatomie comparée et de Paléontologie, éditions du Muséum national d'histoire naturelle / éditions Artlys, Paris, septembre 2012 (réimpression de janvier 2015), photographies de Bernard Faye, (ISBN 978-2-85495-468-5) (page 12)
  2. Luc Vives et Cécile Colin-Fromont, Les Galeries d'Anatomie comparée et de Paléontologie, éditions du Muséum national d'histoire naturelle / éditions Artlys, Paris, septembre 2012 (réimpression de janvier 2015), photographies de Bernard Faye, (ISBN 978-2-85495-468-5) (page 18)
  3. Guy de Maupassant, Chroniques: Nouvelle édition augmentée, p. 129, éd. Arvensa editions, 2014, (ISBN 9782368414170)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • De la Pluralité des races humaines, 1858 [1]
  • Journal de l’anatomie et de la physiologie, « Charles Philippe Robin (1821-1885) and George Pouchet (1833-1894) », 1878, XIV: 334.
  • La Biologie aristotélique, 1885.
  • Mémoire sur le grand fourmilier (1874).
  • en collaboration avec F. Tourneux, il a refondu son traité d'histologie qui est devenu: Traité d'histologie humaine et d'histogénie (1878).
  • Traité de médecine légale, avec Legrand du Saulle et G. Berrier (1885).
  • Rapport sur le laboratoire de Concarneau (1888).
  • Traité d'ostéologie comparée, avec H. Beauregard (1889).
  • Percheron, Bénédicte, 'Georges Pouchet, les fonds marins et l’océanographie', in Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques sous la direction de J.-P. Gély (édition électronique), Cths, 2012, p. 71 -81, http://cths.fr/ed/edition.php?id=6188

Il a également été rédacteur scientifique pour :

Éditions modernes
  • Le coloris (dans la substance vivante), suivi de Lumières sur les couleurs du monde vivant (texte de Michel Blay), ill. de François Ribes, Paris, Éditions VillaRrose, 2011, p. (ISBN 978-2-9510883-7-5)

C.H.G.Pouchet est l’abréviation botanique standard de Georges Pouchet.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI