Georges Navel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Navel, de son vrai nom Charles François Victor Navel (Pont à Mousson, - Die (Drôme) ), est un écrivain libertaire français, manœuvre, ajusteur, terrassier, ouvrier agricole, apiculteur, correcteur d’imprimerie à Paris (1954-1970)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine paysanne, son père était manœuvre dans les hauts-fourneaux et sa mère travaillait aux champs et aux bois tout en élevant ses enfants dont Georges était le treizième.

Pendant la guerre de 14-18, le petit Georges est envoyé quelques mois en Algérie par la Croix-Rouge qui prend en charge les enfants des villages exposés aux bombardements, puis il rejoint sa famille à Lyon.

En 1918, en compagnie de ses frères, il assiste à des meetings et à des réunions organisées par des groupes d'avant-garde et rêve d'une société communiste libertaire.

À partir de 1920, il suit les cours du soir de l'Université syndicale où il fait la connaissance du docteur Émile Malespine qui publie la revue Manomètre à laquelle participent Hans Arp, Tristan Tzara, Jules Supervielle...

De 1927 à 1933, il est insoumis au service militaire, vivant avec de faux papiers.

Le 29 juillet 1936, il part à Barcelone soutenir la révolution sociale espagnole et combat dans les rangs de la colonne Francisco Ascaso. Il rentre en France un mois et demi plus tard, victime d’une insolation doublée d’une gastrite. Cette brève expérience, il l’a raconte dans La Révolution prolétarienne, Août 1936 en Espagne (n°583, juin 1972).

Tout en gagnant sa vie comme manœuvre itinérant puis comme correcteur d'imprimerie de 1954 à 1970, il écrit pour L'Humanité et Commune, publie des romans autobiographiques, correspond avec Bernard Groethuysen. Le plus connu de ces ouvrages, Travaux, qui relate notamment son expérience d'ouvrier, se termine par ces mots : « Il y a une tristesse ouvrière dont on ne guérit que par la participation politique. Moralement, j'étais d'accord avec ma classe ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Travaux, Stock, 1945, (Prix Sainte-Beuve en 1946) ; Folio, 1979
  • Parcours, Gallimard, 1950
  • Sable et limon, Gallimard, 1952
  • Chacun son royaume, Gallimard, 1960
  • Passages, Le Sycomore, 1982 ; Gallimard, 1991

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]