Georges Marcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Marcy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
Nationalité
Activité

Georges Marcy (né le à Granville et mort le à Paris) est un orientaliste berbérisant français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le port normand de Granville d'un père fonctionnaire des chemins de fer, Georges Marcy est élève au Lycée Henri-IV de Paris quand il fait la connaissance d'Edmond Destaing, alors titulaire de la chaire de berbère à l'École des Langues Orientales. De 1924 à 1927, il suit les cours de la Faculté de droit de Paris où il obtient sa licence, et suit également les cours d'Edmond Destaing aux Langues Orientales, où il sort diplômé de berbère en juillet 1927. Alors qu'il envisage un doctorat en droit, le commandant Robert Montagne, directeur du Centre de Documentation sociologique à l’Institut des Hautes Études Marocaines, à la recherche d'un adjoint qui eut une connaissance des langues arabes et berbères en même temps qu'une culture juridique, le fait venir à Rabat. Il y restera près de dix ans, comme boursier d'études (1928-1930) puis maître de conférences de droit coutumier berbère pour interprètes (1930-1934), puis directeur d’Études de sociologie marocaine (1934-1937). Il fréquente également en ce temps-là le Centre des Hautes Études d'Administration Musulmane que Robert Montagne avait fondé à Paris en 1936, où il fait la rencontre de l'orientaliste Émile Janier. En octobre 1937 il quitte le Maroc pour suivre une maîtrise de sociologie et d'ethnographie nord-africaines à l'École des lettres d'Alger. En 1941, il y remplace André Basset, nommé professeur à l’École des Langues Orientales, dans l’enseignement de la langue et de la civilisation berbères. À partir de 1942, il enseigne alors la sociologie nord-africaine à l’École de la France d’Outre-Mer, à l’École des Langues Orientales et à l’Institut d’ethnologie de Paris. De retour en Algérie à la fin de la guerre, il tombe malade et est rapatrié à Paris au printemps 1946, où il s'éteindra le 16 septembre chez les Frères Saint-Jean-de-Dieu.

À partir de 1928 Georges Marcy fit de nombreux voyages dans le sud du Maroc, puis en 1931 et 1932 fut chargé d'une mission dans les Îles Canaries, qui éveillèrent son intérêt pour la langue et les mœurs des habitants indigènes de l'archipel. Il avait alors le projet d'en faire une thèse de doctorat ès lettres, qu'il déposa en 1933 avec pour sujet L’Origine berbère des anciens parlers des Iles Canaries. À la fin de sa vie, il travaillait sur un ouvrage sur le droit coutumier des Zemmours, un ensemble de tribus berbères du Maroc Central, qu'il ne put achever et qui sera édité en 1949 par Émile Janier, alors directeur de la Médersa de Tlemcen.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le droit coutumier zemmoûr, Alger et Paris, La Typo-Litho & Jules Carbonel et Librairie Larose, Publications de l'Institut des Hautes Études Marocaines, 1949 (publié avec un index et une table par Émile Janier)

j'ai le sincère regret de ne pas croire en ce texte dans son intégralité, il me parait erroné par son apport non pas sur l'auteur mais sur son œuvre dont certains termes ne me paraissent pas à leur place.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émile Janier, « Georges Marcy (1905–1946) », Revue Africaine, vol. 91, 1947, p. 338-348