Georges Méautis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Méautis
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
NeuchâtelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Liste détaillée

Georges Méautis, né le à Montreux et mort le à Neuchâtel, est un helléniste et professeur d'université suisse. Liliane Jequier, qu'il avait épousée en 1931, était artiste peintre et a fait de lui plusieurs portraits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié aux universités de Lausanne, Neuchâtel, Munich, Paris et Bâle, il obtint son doctorat en 1918 à l'université de Neuchâtel.

Il fut de 1930 à 1961 professeur de langue et de littérature grecque à l'université de Neuchâtel, dont il fut doyen de 1930 à 1935 et recteur de 1939 à 1941, succédant à Maurice Neeser.

Il écrivit de nombreux ouvrages consacrés à l'antiquité classique et à la littérature hellénique dont plusieurs furent honorés d'un prix de l'Académie française.

Il a été membre de la Société théosophique, président de la "Société Suisse de Théosophie", et il a fréquemment contribué avec des articles à la revue de la Société théosophique de France Le Lotus Bleu, le plus souvent sous son nom, mais parfois aussi sous le pseudonyme de “Paul Bertrand”, avec lequel il a signé une brochure critique, parue en 1922 à Paris, de l'ouvrage de René Guénon Le Théosophisme, histoire d'une pseudo-religion[1].

Il était un adepte du pythagorisme[2] dont il fit l'exposé dans son livre Recherches sur le Pythagorisme.

C'est Georges Méautis qui fit inciser dans le granit du rocher de l'Ermitage, au-dessus de Neuchâtel, les préceptes de la sagesse hellénique qui étaient sa devise : ΕΠΟΥ ΘΕΩΙ. ΓΝΩΘΙ ΣΑΥΤΟΝ. ΜΗΔΕΝ ΑΓΑΝ[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

(Une bibliographie complète de ses écrits se trouve aux pp. 83 - 104 de: D. Koepfler, Mnêma pour Georges Méautis, 1890-1970 à l'occasion du centenaire de sa naissance, 1991)

  • Recherches sur le Pythagorisme, Neuchâtel, Secrétariat de la Faculté, 1922
  • Aspects ignorés de la religion grecque, Paris, De Boccard, 1925
  • L'aristocratie athénienne, Paris, Les Belles Lettres, 1927
  • Bronzes antiques du canton de Neuchâtel, Neuchâtel, Secrétariat de l'Université, 1928
  • L'âme hellénique d'après les vases grecs, Paris, L'Artisan du Livre, 1932 (ouvrage couronné par l'Académie française)
  • Maternité, Lausanne, Payot, 1932
  • Les Mystères d'Eleusis, Neuchâtel, La Baconnière, 1934 (ouvrage a été distingué par l'attribution de la Médaille de l'Association pour l'encouragement des Etudes grecques en France)
  • Eschyle et la Trilogie, Paris, Grasset, 1936
  • Les chefs-d'œuvre de la peinture grecque, Paris, Albin Michel, 1939 (prix Charles Blanc de l’Académie française en 1940)
  • L'Œdipe à Colone et le culte des héros, Neuchâtel, Secrétariat de l'Université, 1940
  • Nicolas de Flüe, Neuchâtel, La Baconnière, 1940
  • Pélerinages en Grèce, Genève, Editions du Milieu du Monde, 1942
  • Mythes inconnus de la Grèce antique, Paris, Albin Michel, 1944
  • Dante, L'Antépurgatoire. Essai d'une explication, Genève, Perret-Gentil, 1944
  • Platon vivant, Paris, Albin Michel, 1950
  • L'éternel Coriolan. Cimon. Vettore Pisani. Bubenberg, Paris, Les Belles-Lettres, 1952
  • Le crépuscule d'Athènes et Ménandre, Paris, Hachette, 1954
  • Contes neuchâtelois, Neuchâtel, Messeiller, 1955
  • Sophocle. Essai sur le héros tragique, Paris, Albin Michel, 1957
  • Les dieux de la Grèce et les Mystères d'Eleusis, Paris, Presses Universitaires de France, 1959
  • Mythologie grecque, Neuchâtel, La Baconnière, 1959
  • Les pélerinages de l'âme, Paris, Adyar, 1959
  • L'authenticité et la date du Prométhée enchaîné d'Eschyle, Genève, Librairie Droz, 1960
  • Pindare le Dorien, Neuchâtel, La Baconnière 1962
  • Dante, L'Antepurgatoire. Essai d'une interprétation, Paris Albin Michel, 1963
  • Thucydide et l'impérialisme athénien, Neuchâtel, La Baconnière - Paris, Albin Michel, 1964

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Theosophy and Theosophism: Response to a Criticism of Theosophy by René Guénon
  2. D. Koepfler, Mnêma pour Georges Méautis, 1890-1970 à l'occasion du centenaire de sa naissance, 1991, p. 13 : "Georges Méautis par lui-même (discours inédit de 1961)" : "Vous connaissez ma croyance, d'origine pythagoricienne, aux vies successives, à la réincarnation. Je crois que tout homme, arrivant au monde, apporte un certain lot. Il a une intelligence donnée, naît dans un milieu donné, un entourage donné", et pp. 13-14"Sa réponse (de Paul Humbert) fut une parole de Saint Paul, qui exerça sur moi une énorme influence: "Qu'as-tu que tu n'aies pas reçu?". Il y ajouta: "Nous sommes des serviteurs infidèles", parole qui, au pythagoricien que je suis ou que je cherche à être, paraît être exagérée".
  3. "Suis Dieu. Connais-toi toi même. Rien de trop".

Sources externes[modifier | modifier le code]

  • Fonds Georges Méautis (1910-1970). Cote : GMEA. Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (présentation en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]