Georges Kan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Kan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Georges Kan est un musicologue et éditeur français[1].

Né en 1958 à Enghien-les-Bains, il effectue ses études musicales au conservatoire de Limoges, puis au Rubin Academy à Tel-Aviv, en classe de piano avec Walter Aufhauser[réf. nécessaire].

Il est le fondateur des Éditions musicales européennes – EME (1994-2010)[2] qui ont publié en quinze ans d'activité près de 500 ouvrages, dont les œuvres de compositeurs de la nouvelle génération — tels Bernard Cavanna, Thierry Pécou, François Narboni, Paul Méfano, Alain Louvier[3], Johannes Schöllhorn (de), Alberto Posadas et Aureliano Cattaneo — et celles de compositeurs du début du siècle, tels qu'André Gedalge et Jacques de La Presle[4].

En 2007, impressionné par la qualité des publications des Éditions Artaria à Vienne (1796), il se lance dans une reconstitution pré-romantique des Sonates pour piano de Beethoven[5]. Il publie une recherche sur l'opus 2[6] et l'opus 7[7]. Il propose notamment un lien entre la Sonate pour piano nº 22 de Beethoven et la Bataille de Valmy[8].

Par son intense activité éditoriale et les liens étroits tissés avec des compositeurs, Georges Kan est le dédicataire de plusieurs œuvres musicales (Gennevilliers Symphony de Bernard Cavanna[9], Clouds and Sky de Johannes Schöllhorn[10], Cripsis de Alberto Posadas[11], La Noia de François Narboni[12], Zéphyr de Suzanne Giraud[13], Sopherim de Philippe Schœller[14], Bing de Gérard Zinsstag[15]).

Il est aussi l'auteur/traducteur de notices musicales (Spur de Johannes Schöllhorn[16], Ça sonne de Bernard Cavanna[17]) et le compositeur d'œuvres pédagogiques (Sept Études sur les intervalles[18] pour piano, deux pièces (Ondée et Romance)[19] pour clarinette et piano).

Son Concerto pour piano (Music Sales[20]), créé en 1989 à la Salle Cortot par Martine Vialatte[21] et l'Ensemble orchestral d'Île-de-France sous la direction de Bruno de Saint-Maurice, est disponible en CD depuis 2015[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Kan a écrit plusieurs articles, notamment pour la série A la ligne de l'ensemble 2e2m. Ses recherches concernent également le lien musique et littérature : il propose la Sonate pour violon et piano no 2 de Brahms comme possible modèle de la Sonate de Vinteuil. Il a collaboré avec la Fondation Royaumont (17th composition course – Voix Nouvelles 2006). Cf. aussi notice BnF no FRBNF15606757.
  2. Les Éditions Musicales Européennes, immatriculées au registre du commerce de Paris sous la forme d'une S.A.R.L. à capital variable en novembre 1994, étaient sises au 127 rue Amelot - 75011 Paris jusqu'en 2010, année de leur mise en liquidation judiciaire.
  3. Alain Louvier
  4. Une grande partie des références du catalogue E.M.E. sont consultables sur le site de la BnF – conformément à leur dépôt légal, ainsi qu'au Centre de documentation de la musique contemporaine (CDMC) et à l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM).
  5. Livret du disque Beethoven : Les trois Sonates pour piano opus 2, d'après les premières éditions Artaria (CD ABF 02).
  6. notice BnF no FRBNF41185273.
  7. Disque de la pianiste Martine Vialatte, paru en 2012 chez ABF – Association Beethoven France No ABF02.
  8. « Courrier des lecteurs : Georges Kan communique : L'histoire cryptée des Sonates opus 54 & 57 de Beethoven », sur physinfo.org, (consulté le 15 mars 2018)
  9. Gennevilliers Symphony sur le site de l'Ircam
  10. Clouds and Sky [PDF] publié sur CD Mode Records 255 en partenariat avec la Westdeutscher Rundfunk (WDR).
  11. Cripsis sur le site de l'Ircam
  12. La Noia
  13. « Zéphyr ».
  14. Sopherim sur le site de l'Ircam.
  15. Bing.
  16. Spur
  17. Ça sonne.
  18. Sept Études sur les Intervalles
  19. 2 Pièces (Ondée et Romance)
  20. Music Sales
  21. Martine Vialatte
  22. Disque Martine Vialatte.

Liens externes[modifier | modifier le code]