Georges Jean Kieffer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Jean Kieffer
Alias
Le "Géant d'Obermodern"
Naissance
Metz, France
Décès (à 33 ans)
Obermodern, France
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession

Georges Jean Kieffer (1912 – 1946) ou le « Géant d’Obermodern » a vécu au XXe siècle dans un petit village d’Alsace, et mesurait 2,42 m.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Georges Jean Kieffer, alias le « Géant d’Obermodern » est né le à Metz, en Lorraine et est mort le à Obermodern, en Alsace. Il était électricien[1]. Son père, Jean-Georges Kieffer, était conducteur de locomotive et sa mère, Christine Caroline Jundt, était femme de ménage. Georges Jean Kieffer fut surnommé le « Géant d’Obermodern » car il mesurait 2,42 m et avait une pointure de chaussure de 64[2] !

Vie privée[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale (1914-1918), la famille Kieffer va retourner vivre dans leur terre natale, en Alsace, à Obermodern[2].

En 1926, à l’âge de 14 ans, Georges avait encore une taille considérée comme normale, mais il s’est ensuite mis à grandir d’une façon très pharamineuse. A 20 ans, il mesurait 2,17 m, puis plus tard, à l’âge de 33 ans il atteindra la taille de 2,42 m et chaussera du 64. La médecine de l’époque justifia cette croissance spontanée par un dysfonctionnement, causé par une blessure au genou, dû à une chute d’une échelle[3].

Ses vêtements ont donc dû être faits sur mesure, que ce soit ses chaussures ou ses pantalons. L’atelier de Saint-Étienne lui avait même fabriqué un vélo à sa taille[2]. Notons également que son lit mesurait 2,50 m[1].

Par ailleurs, sa taille gigantesque lui permis d’éviter l’incorporation forcée dans la Wehrmacht, en tant que Malgré-Nous. Georges Kieffer était également très attaché à la France[2].

En 1937, à la foire de Paris, le titre de « plus grand homme du monde » lui avait été attribué[2].

Georges Kieffer était également connu comme « the big man in the FFI » (le grand homme des FFI) lorsqu’il était la coqueluche des libérateurs américains. Ces derniers portèrent donc sa renommée Outre-Atlantique en le surnommant ainsi. Nous savons aussi que de nombreux soldats souhaitaient poser avec lui pour des cartes postales très appréciées. De plus, dans un journal datant du , appelé « The Charleston Gazette », les américains racontaient que Georges avait perdu du poids car les Nazis le privaient de tickets de rationnement. Il passa de 138 kg à 127 kg[2].

Mort[modifier | modifier le code]

Il est décédé durant l’année de 1946. Il avait 33 ans. Désormais, ses chaussures sont exposées dans la cordonnerie Oesterlé à Haguenau[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]