Georges Henri Roger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Henri Roger
Description de cette image, également commentée ci-après
Georges Henri Roger
Naissance
Paris (France)
Décès (à 85 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines Médecin, Pr de pathologie expérimentale et comparée et de physiologie
Institutions Faculté de médecine de Paris
Hôpital des contagieux de la Porte d'Aubervilliers
Hôpital de la Charité
Diplôme Faculté de médecine de Paris
Formation Faculté de médecine de Paris
Renommé pour la rédaction d'un « Nouveau Traité de médecine » en 24 volumes
Distinctions Ruban de Commandeur Commandeur de la Légion d'honneur
Membre de l'Académie nationale de médecine.

Georges Henri Roger ou Georges Eugène Henri Roger (né à Paris le [1] et mort à Saint-Leu-la-Forêt) est un médecin français connu pour la rédaction, avec Pierre Joseph Teissier et Fernand Widal, d'un important Nouveau traité de médecine[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, Jean Alfred Roger et Françoise Louise Papavoine, sont des artistes dramatiques connus sous le nom de Mr et Mme Roger-Solié. Il est un descendant du compositeur et artiste lyrique Jean-Pierre Solié.

Il fait ses études de médecine à la faculté de médecine de Paris, où il passe sa thèse en 1887 et l'agrégation en 1892[3]. De 1895 à 1903, il est médecin de hôpitaux à l'hôpital des contagieux de la Porte d'Aubervilliers. En 1890, il est président de l'Association des médecins de France. En 1903, il est médecin à l’hôpital de la Charité.

En 1904, il devient professeur de pathologie expérimentale et comparée et de physiologie et en 1905 professeur à l'Institut de médecine coloniale. En 1917, il est élu doyen de la faculté de médecine de Paris ; il le restera jusqu'en 1930.

Il est promu commandeur de la Légion d'honneur le [3].

Il est inhumé au cimetière Montmartre, 9e division (chapelle Roger-Solié)

Contributions[modifier | modifier le code]

En 1887 et 1889, dans le domaine de l'immunologie, il démontre avec Albert Charrin (1856-1907), que des lapins inoculés avec des cultures bactériennes de Pseudomonas aeruginosa chauffées et filtrées, sont protégés contre les infections ultérieures[4].

Dans le domaine de la pathologie expérimentale, il effectue des recherches dans les domaines des maladies du foie et de la cholestase. Ses écrits sont nombreux dans tous les domaines de la médecine. Ses conférences de 1897-1898 à l'université de Paris ont été publiées en anglais sous le titre : Introduction to the Study of Medicine en 1901.

Il a laissé son nom au réflexe de Roger, qui désigne l'hypersalivation induite par l'irritation du bas-œsophage.

Publications[modifier | modifier le code]

Médecine[modifier | modifier le code]

  • (avec O. Tapret) Contribution à l'étude de la néphrite dothiénentérique, 1883
  • (avec Fernand Widal et Pierre Joseph Teissier) Nouveau traité de médecine, 24 volumes
    En ligne : fascicule 8 ; .
  • Physiologie normale et pathologique du foie, Paris, Masson, , 403 p. (lire en ligne)
  • Action du foie sur les poisons, Paris, G. Steinheil, , 238 p.
  • Alimentation et digestion, Paris, Masson, , 524 p.
  • Éléments de psycho-physiologie, Paris, Masson, , 428 p.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • (sous le pseudonyme de Georges Henriot) L'enquête[5]
    Drame de psychologie, très remarqué à son apparition au théâtre Antoine[6].

Compléments[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance de Georges-Eugène-Henri Roger sur le site des Archives de Paris IXe, acte n° 1016.
  2. (en) C. A. Kofoid, « Nouveau Traité de Médecine », American Journal of Public Health (New York, N.Y. : 1912), vol. 16, no 4,‎ , p. 416–417 (PMCID 1321112, lire en ligne).
  3. a b et c « Cote 19800035/238/31573 », base Léonore, ministère français de la Culture
  4. (en) D. Sue Katz, « Bacterial Agglutination Protocol », sur http://www.microbelibrary.org, American Society for Microbiology, (consulté le ) : « Charrin, A., and Roger. 1889. Note sur le développement des microbes pathogènes dans le sérum des animaux vaccinés. Comptes rendus hebdomadaires des séances et mémoires de la société de biologie ».
  5. (notice BnF no FRBNF13595866).
  6. Mention dans Le Courrier d'Épidaure : revue médico-littéraire paraissant dix fois par an, 1934.

Liens externes[modifier | modifier le code]