Georges Héreil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Héreil
SAS Carvelle SE-210 (4) (Georges Héreil).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Autres informations
Distinction

Georges Héreil, né le à Paris et mort le à Genève, en Suisse. Il a été enterré à Cahors (Lot). Il était juriste et président de sociétés. Il est connu comme « le père » de la Caravelle, l'avion des années 1960, premier biréacteur commercial français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève au lycée Janson-de-Sailly (et à la Schola Cantorum car il avait une très belle voix) à Paris, puis au lycée Gambetta à Cahors, il obtient à 19 ans, en 1928, sa licence en droit à la Faculté de Droit de Paris. Assistant à la Faculté de 1929 à 1936, il se spécialise alors dans le droit des faillites et devient en 1936 liquidateur judiciaire.

En 1946, après la guerre, Georges Héreil est nommé, à 39 ans, président de la SNCASE qui deviendra Sud-Aviation en 1957. Quelques mois auparavant, il avait été désigné pour liquider la faillite de cette société d'aéronautique. Il lança aussitôt la construction de deux prototypes de la "Caravelle", qui sera le premier moyen courrier à réaction français, mis en service le . Il décida aussi de la production des "Vampire" et des "Mistral", les premiers chasseurs à réaction français et celle des hélicoptères à turbine "Alouette"... Georges Héreil accepte, conjointement, d'autre postes de présidence ou d'administrateur : Papeterie de la Chapelle, Hôtellerie, CSF, Schneider, Lehman Brothers International...

En 1963, désapprouvant la création de l'avion supersonique Concorde au détriment de sa chère Caravelle qu'il voulait décliner en une famille d'avion (comme le fera vingt ans plus tard avec succès Airbus), il quitte Sud-Aviation. Il ne reste pas inactif puisqu'il est choisi dans la foulée par les grands patrons américains de la Chrysler Corporation - qui viennent de racheter la société Simca-Automobiles - pour remplacer l'ancien PDG italien de cette ex-filiale française de Fiat : Henri Théodore Pigozzi, trop inféodé à Fiat.

À l'automne 1966, Simca présente ses modèles Simca 1301 et 1501 ; au printemps 1967, le coupé 1200S ; à l'automne 1967, la Simca 1100; en février 1970, la Rallye... Cette année-là, le 1er juillet, la société Simca-Automobiles prend le nom de Chrysler France, dont Georges Héreil devient le président. Il est ensuite vice-président de Chrysler International à Genève, puis à Détroit... Il est, après 1974, président du conseil de surveillance de plusieurs groupes industriels importants.

De 1961 à 1967, Georges Héreil est membre du conseil général du Lot, élu dans le canton de Cahors-Sud. Propriétaire à titre personnel du château de Laroque-des-Arcs, il a aussi racheté en outre, dans les années 1960, le château de Mercuès, ancien palais des comtes-évêques de Cahors devenu un hôtel bien avant la guerre, et y a fait de gros travaux de réhabilitation pour le transformer en centre de stages pour Chrysler France.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Études pratiques du droit commercial, n° 1er janvier-mars 1935, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1935

Liens externes[modifier | modifier le code]