Georges Guiraud (graveur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges Guiraud et Guiraud.
Georges Guiraud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nationalité
Activités
Formation

Georges Guiraud est un sculpteur, médailleur et peintre français né à Toulouse (Haute-Garonne) le , et mort à Saint-Hilaire-au-Temple (Marne) le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille du Lauragais (Le Cabanial), Georges Guiraud est le fils d'Albert Guiraud[2] peintre enlumineur, officier de l'Instruction publique.

Il est élève de l'École des beaux-arts de Paris en 1921 (présenté par le sculpteur Jean Boucher), deuxième second prix de gravure en médaille en 1923, premier grand prix en 1926 [3], puis pensionnaire de la villa Médicis à Rome de 1927 à 1930[4].

Il a été nommé peintre de la Marine en 1942[5].

Il contribue à la sculpture du Mémorial de la Résistance à Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente), œuvre de François Poncelet, architecte charentais. Haut de 21 mètres, ce monument a la forme d'une croix de Lorraine associée au « V » de la victoire. Il a été conçu comme « un livre de pierre » : outre par lui-même, les bas-reliefs ont été réalisés par les sculpteurs Raoul Lamourdedieu (1877-1943) et Émile Peyronnet (1872-1956).

Georges Guiraud réside et travaille pendant de nombreuses années à l'ancienne cité des artistes du no 77, avenue Denfert-Rochereau à Paris, jusqu'à sa destruction. Cette cité avait accueilli Jean-Baptiste Carpeaux, Frédéric Chopin, George Sand, Jules Dalou, Antoine-Louis Barye, Eugène Delacroix et, plus récemment, Paul Belmondo[6],[7].

Dans la deuxième moitié des années 1950, la Société Esso lui a confié la réalisation de trois figures de proue pour les pétroliers Esso Paris, Esso Parentis et Esso Bourgogne : ce sont des statues monumentales en résine synthétique de haute tenue mécanique, d'environ cinq mètres de hauteur sur huit de largeur, capables de résister aux pressions engendrées par les vagues que rencontrent les navires de haute mer.

On a donné son nom à une rue de Saint-Hilaire-au-Temple (Marne).

Récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
En Italie

Pétroliers[modifier | modifier le code]

  • pétrolier Esso Parentis: figure de proue en polyéthylène UHMWPE, 1958[20].
  • pétrolier Esso Bourgogne : figure de proue, 1959.

Numismatique[modifier | modifier le code]

Pièces de monnaie[modifier | modifier le code]

Avers et revers de la pièce de 10 francs type 1950.

La Monnaie de Paris lui commanda les :

  • Pièce de 10 francs bronze-aluminium (1950 - 1958) ;
  • Pièce de 20 francs bronze-aluminium (1950 - 1954) ;
  • Pièce de 50 francs bronze-aluminium (1950 - 1958).

Médailles[modifier | modifier le code]

Toutes ces médailles sont signées « Georges Guiraud », suivi ou non d'une ancre de marine :

Médailles
Plaquettes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tombe 13107 du cimetière de Saint-Hilaire-au-Temple.
  2. Avis de décès d'Albert Guiraud in L'Express du Midi, 10 décembre 1922.
  3. Source : site de l'école des Beaux-Arts
  4. Source : site de l'Académie de France à Rome, Villa Médicis
  5. « Les peintres officiels de la Marine, nominations, de nos jours à 1830. », sur peintreofficieldelamarine.fr.
  6. Site de l'Observatoire de Paris : « Sur le domaine de l’Observatoire, s’est également installée au cours du XIXe siècle une des dernières cités d’artistes de Paris. Ici travaillèrent les sculpteurs Barye, Dalou, Carpeaux et naguère Georges Guiraud et Paul Belmondo. »)
  7. Site parisrevolutionnaire.com
  8. Localisation : Tombe de Jean Romanette au cimetière de Clamart
  9. Source : Inventaire général du patrimoine culturel
  10. Localisation : Juvisy-sur-Orge
  11. Localisation : Pervenchères
  12. « Collection des bustes », sur École des Ponts ParisTech (consulté le 3 septembre 2014)
  13. Buste de Félix Eboué, Place de la Victoire, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe
  14. Photo du buste de Félix Éboué
  15. Localisation : Saint-Gaudens
  16. Localisation : Saint-Joseph de la Réunion
  17. Inv. RA 2074.
  18. Localisation : Villefranche-de-Lauragais
  19. « Monsieur Georges Guiraud, sculpteur, Premier Grand Prix de Rome, participait à la cérémonie : il avait en effet exécuté un médaillon de bronze à l'effigie de Dolomieu qui, inclus dans un bloc rocheux détaché des montagnes voisines, constitue un très beau monument érigé sur la Grand Place de Cortina d'Ampezzo, en face du bureau de poste », annales.org
  20. Reportage et photographie sur Georges Guiraud et la figure de proue du pétrolier Esso Parentis sur aukevisser.nl.
  21. Source : site de l'école des Beaux-Arts
  22. Cette médaille a été fondue en France, ou dans un pays francophone, car elle porte sur le flanc la mention bronze. L'initiale du second prénom est erronée on lit Seán P. Lemass, alors qu'on devrait lire Seán F. Lemass.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t.5, 1976, p.304.
  • Catalogue général illustré des éditions de la Monnaie de Paris, t.3.

Liens externes[modifier | modifier le code]