Georges Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Fabre
Gorges fabre.jpg
Georges Fabre en 1875.
Fonctions
Président
Société scientifique et littéraire d'Alès (d)
Paul de Lachadenède (d)
Guillaume Mauméjean (d)
Président
Société scientifique et littéraire d'Alès (d)
Étienne Duclaux-Monteil (d)
Paul de Lachadenède (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
NîmesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Membre de
Société scientifique et littéraire d'Alès (d)
Académie de Nîmes (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Détail Stele G. Fabre.JPG
Vue de la sépulture.
Timbre en hommage à Georges Fabre.
Film docu-fiction en hommage à Georges Fabre.

Georges Fabre, né le à Orléans et mort le à Nîmes, est un ingénieur forestier français. Il est célèbre pour son action dans la création de l'observatoire du mont Aigoual et le reboisement du massif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Polytechnicien, il entre en 1866 à l'école nationale forestière de Nancy et sort major de sa promotion en 1868. Garde général des Eaux et Forêts, à Dijon, puis à Mende de 1868 à 1875, il est ensuite nommé sous-inspecteur, puis inspecteur à Alès. Directeur du service des reboisements du Gard jusqu'en 1900, il consacrera la plus grande part de sa carrière au développement de la forêt du massif de l'Aigoual avec la collaboration de Charles Flahault et à la création de l'observatoire météorologique au sommet même. Nommé conservateur des Eaux et Forêts à Nîmes en 1900, il y demeurera jusqu'à sa retraite en 1909.

En 1905, il est élu membre de l'Académie de Nîmes au fauteuil laissé vacant par Léon Nadal[1].

Dans son poème « L'Aigoual », Émile Reinaud, maire de Nîmes, lui rend hommage :

[…]
Et désormais, si les montagnes se reboisent,
Si la terre verdit, si les fils s'entrecroisent,
Annonçant la pluie ou le froid,
Si de ce belvédère on suit les vents sonores,
Si l'on voit se former, grandir les météores,
À Fabre l'honneur en échoit.

— Émile Reinaud, Beautés des Causses et Cévennes : poésies régionales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Massif de l'Aigoual et l'observatoire de Météo-France, édition Association des Amis de l'Aigoual.
  • Film docu-fiction : Aigoual, la forêt retrouvée [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]