Georges Dengler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dengler.
Georges Dengler
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Georges Dengler, né le à Sellières dans le département du Jura et mort en 1983, est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Dengler est né le à Sellières dans le département du Jura[1].

Élève à l'École des Beaux-Arts de Paris, il remporte le Premier Grand Prix de Rome en 1931[2].

Élu à l'Académie des beaux-arts de l'Institut de France (section III : Architecture) en 1948, Georges Dengler a animé l'atelier du même nom de 1952 à 1967 à l'École des Beaux-Arts de Paris.

Après la Seconde Guerre mondiale, il contribue à la reconstruction de la ville de Caen détruite à plus de 70% lors des combats du débarquement du .

L'architecte Marc Brillaud de Laujardière est désigné par le maire de Caen, Yves Guillou, pour concevoir un plan d'urbanisme et de reconstruction de la ville. Approuvé par le conseil municipal en , ce plan est soumis à une enquête publique dont le rapporteur est le professeur de droit Jean Yver, en . Il est déclaré d'utilité publique par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) en .

Brillaud de Laujardière s'est entouré de trois architectes en chef adjoints : Georges Dengler, Henry Bernard et Marcel Clot. Chacun est plus particulièrement responsable d'un secteur de la zone à reconstruire. Ils travaillent en commun sur une maquette au 1/500 de l'ensemble du centre-ville et se réunissent régulièrement avec les architectes et les responsables du MRU. Les chantiers d'immeubles ou de groupes d'immeubles ouverts pour le compte des coopératives de reconstruction sont confiés à des architectes d'opération.

Georges Dengler est l'auteur de la chapelle « Sainte-Marie Mère de l'Église » de l'Institution Sainte-Marie d'Antony. Cette chapelle a été labellisée « Patrimoine architectural du XXe siècle » par le ministère de la Culture le [3].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Académie des beaux-arts, Institut de France - 1931/07 (Année 7, N°14)-1931/12, p. 23.
  2. Le Figaro, no 190 daté du .
  3. Ministère de la Culture, Bilan 2011-2012 - Patrimoine architectural du XXe siècle, p. 20 sur 36, [lire en ligne].