Georges Delpérier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Delpérier
Georges Delperier dans son atelier.jpg
Georges Delpérier dans son atelier.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction

Georges Delpérier né à Paris le et mort à Tours le est un sculpteur français.

Il est l'auteur entre autres de plusieurs monuments aux morts, érigés en commémoration des victimes de la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Georges Delpérier, Jean-Baptiste, est vétérinaire, et également bon musicien. Sa mère est une excellente pianiste. Son grand père maternel était propriétaire d'une maison d'édition[1] : l'environnement familial de Georges Delpérier est favorable aux arts et à la culture.

Il est admis à l'École des beaux-arts de Paris et à l'École nationale supérieure des arts décoratifs où il est élève de Gabriel-Jules Thomas et d'Alexandre Falguière[2].

En 1895, il suit son épouse qui est nommée à l'École normale supérieure de Tours en tant que professeur de sciences. À Tours, il consacre son existence à la création artistique : il participe à la décoration de spectacles, de fêtes, dessine des costumes, créé des ballets, réalise des sculptures, des monuments, pastels, peintures, aquarelles, émaux, fait de la restauration en tant que conservateur. Ses œuvres ont figuré en de nombreuses expositions à Paris, Angers et Poitiers notamment.

Aussi collectionneur, il fera don de ses collections et des nombreuses maquettes de ses créations à des institutions comme le musée des Beaux-Arts de Tours ou le musée pédagogique de Paris. Il est conservateur du musée du cloître de la Psalette à Tours.

Membre de la Société des artistes français, il expose tous les ans au Salon des artistes français à partir de 1885 et y obtient une médaille de bronze et une médaille d'honneur en 1925[2].

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du [3].

En 1929, il participe à la reconstruction de la chapelle par Marcel Rohard avec Georges Delperier comme sculpteur.

Il est également membre de la Société amicale des peintres et sculpteurs français, vice-président de la Société littéraire et artistique de Touraine, membre de la Société archéologique, membre de la commission des Amis de l'art, membre de la commission des musées et conservateur du musée lapidaire du cloître de la Psalette.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

  • Peintre Ripault, marbre, cimetière de Tours.
  • Docteur Héron, marbre.
  • Compositeur Etresse.
  • Paul Briand, président des Amis des arts de Touraine.
  • H. Lesage, professeur au lycée Descartes.
  • Profil de M.E. Arrault, fondateur de La Dépêche du Centre.
  • Horace Hennion, conservateur musée des Beaux-Arts de Tours.
  • Commandant Poignants, président du syndicat d'initiative de Touraine.
  • Général Carré de Busserolle.
  • Général d'Amade.
  • Docteur Bondouy, professeur à l'école de médecine et de pharmacie de Tours, buste en plâtre, Salon des artistes français de 1930.
  • Louis Proust, député d'Indre-et-Loire, marbre, mairie de Neuillé Pont-Pierre.
  • M. Filleteau, président du cercle républicain d'Indre-et-Loire.
  • M. Sourdillon, fondateur de l'Institut de Touraine, marbre, jardin de l'Institut.
  • Mme Sourdillon, directrice de l'École normale d'institutrice de Tours.
  • Mlle J. Lelièvre, marbre.
  • Mlle Claire Duthoo, marbre.
  • M. Emmanuel Morin, médaillon.
  • Alfred de Musset, musée des Beaux-Arts de Tours.
  • Buste personnifiant la Touraine, marbre, musée des Beaux-Arts de Tours.
  • La Rose, buste en marbre.
  • Buste de Normandie, marbre.
  • La Rêverie, statue.
  • L'Arlésienne, figure principale d'un projet de monument à Salon.
  • Jeanne d'Arc, statue en pierre, Saint-Clément-de-la-Place, château du Pinellier.
  • Tête d'ange, tombeau de la famille Pépin, Tours.
  • Piédestal du monument Racan, Tours, jardin des Prébendes.

Bronze[modifier | modifier le code]

Plat (Salon 1902), localisation inconnue.
  • Docteur Bodin, bronze
  • Naïades surprises, plat décoratif
  • Tête de nègre, 1re médaille, École nationale des beaux-arts de Tours.
  • Fauconnier et Dame châtelaine lisant, statuettes, bronze et ivoire.
  • Laitière tourangelle, bronze et marbre.
  • Feuille d'arbre [de balisier] contenant une femme à demi nue, drapée, couchée, Salon 1900, 47,5 × 15 cm.

Terre cuite[modifier | modifier le code]

  • Commandant du Châtelet.
  • Mlle Simonnet, de l'Opéra-comique, statuette.
  • La Musique, statue.
  • Le Barbichet, buste de Limousine portant sa coiffe traditionnelle.

Pâte de verre[modifier | modifier le code]

  • Pierrot.

Bois[modifier | modifier le code]

  • La Chasse de saint Hubert, panneau de bois, château de la Psallette.
  • Gargouilles.

Pinacle[modifier | modifier le code]

  • Groupe des Musiciens, Tours, cloître de la Psallette.

Fronton[modifier | modifier le code]

  • Le Triomphe de Flore, projet de fronton pour le château du Puy-d'Artigny, Montbazon.
  • Les Quatre Saisons, décoration du château d'Artigny, Montbazon.

Cire[modifier | modifier le code]

  • M. Goubert, architecte en chef des monuments historiques.

Dessin de costumes, spectacles[modifier | modifier le code]

  • 1908 : La cavalcade historique, direction.
  • 1921 : Les Danses du feu, balais, création du spectacle.
  • 1931 : La Fête romaine au moment de la grande semaine à Tours, dessins des costumes.

Céramique[modifier | modifier le code]

  • Plats à poisson, peinture sur émail.
  • Plats à animaux, peinture sur émail.
  • Coq et poule, groupe décoratif, en collaboration avec le céramiste Carré de Busserolle.

Monument[modifier | modifier le code]

Monument commémoratif[modifier | modifier le code]

Monument à Pierre Ronsard (1924) , Tours, jardin des Prébendes.

Monument aux mort[modifier | modifier le code]

Georges Delperier lors de l'inauguration du Monument aux morts de Neuillé-Pont-Pierre en 1919.
  • 1919 : Monument aux poilus de la Grande Guerre à Neuillé-Pont-Pierre.
  • 1921 : Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 Marray[6].
  • 1921 : Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 d'Orbigny.
  • 1926 : Monument aux morts de Joinville-le-Pont[7].
  • Monument aux morts de Loches.
  • Monument aux morts de Chabanais.
  • Monument aux morts de Sancerre.
  • Monument aux morts de Marçon.
  • Monument aux morts de Saillenard.
  • Monument aux morts de Ligueil.
  • Monument aux morts de Perrusson.
  • Villeloin-Coulangé, Manthelan, Montbazon, Sancerre, Dolus-le-Sec, Verneuil-sur-Indre, Sainte-Catherine-de-Fierbois.

Peinture[modifier | modifier le code]

Georges Delpérier réalise des tableaux au cours de ses différents voyages :

Distinctions et hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Chollet (préf. André Foulon de Vaulx), Un sculpteur tourangeau, Georges Delpérier, Tours, Arrault et Cie maîtres imprimeurs, , 64 p..
  2. a et b René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 379.
  3. « Cote 19800035/459/61427 », base Léonore, ministère français de la Culture
  4. Monument (monument commémoratif) : à Pierre de Ronsard à Tours sur patrimoine-de-france.org.
  5. Monument commémoratif à Eugène Hilarion. Maître d'œuvre : Delpérier (sculpteur) sur mobile.culture.fr.
  6. Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 de Marray, sur mobile.culture.fr.
  7. Monument aux Morts de la Guerre de 1914-1918 à Joinville-le-Pont, sur patrimoine-de-france.org.
  8. Ancienne rue du gazomètre, où il vécut.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :