Georges Burdeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Georges Bidault.
Georges Burdeau
Naissance
Mâcon
Décès
Verzé
Nationalité Française
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Activité principale

Georges Burdeau, né le à Mâcon et mort le à Verzé, est un juriste français, expert en science politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Burdeau effectue ses études secondaires au lycée de Dijon, puis au lycée Fustel-de-Coulanges à Strasbourg.

Il suit des études de droit à la Faculté de droit de Strasbourg où il est l'élève de Julien Laferrière et de René Carré de Malberg.

Il soutient sa thèse en 1930 à la Faculté de droit de Paris ; elle est intitulée La révision des lois constitutionnelles en droit positif.

De 1931 à 1934, il est chargé de cours aux facultés de droit de Rennes puis de Nancy (où il côtoie Pierre Voirin).

Il est reçu au concours de l'agrégation de droit public en 1934. Il est nommé professeur à la faculté de droit de Dijon et y restera professeur jusqu'en 1950, date à laquelle il est nommé professeur de droit public à la Faculté de droit de Faculté de droit Assas.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, on lui a reproché de justifier les lois antisémites du régime de Vichy dans ses manuels de droits [1],[2].

En 1954-1956, il est détaché au Caire en qualité de Directeur de l'Institut des hautes études françaises en Egypte. Il a effectué des missions d'enseignements ou d'examens au Maroc, en Tunisie, au Viet-Nam, au Cambodge, au Sénégal, en Côte d'Ivoire, à Madagascar, à la Réunion, à Tahiti.

De retour à la Faculté de droit de Paris en 1957, il est directeur du Centre de préparation à l'administration générale, où il contribue à former de nombreux étudiants envisageant de passer le concours de l'ENA.

Travaux[modifier | modifier le code]

Axes de travail[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de nombreux travaux sur le droit constitutionnel et la science politique.

Son œuvre, La démocratie, écrit en 1956, assimile la démocratie au système représentatif, contrairement à Jean-Jacques Rousseau, qui refuse toute représentation politique, mais, envisage le peuple comme l'essence du pouvoir et de la démocratie, le définissant alors comme souverain unique.

Sa lecture de la Constitution de la Ve République était hostile au rôle préeminent du Président de la République[réf. nécessaire].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le régime parlementaire dans les constitutions européennes d'après-guerre, 1932.
  • Le Pouvoir politique et l’État, LGDJ, 1942.
  • Méthode de la science politique, Dalloz, 1959.
  • Institutions politiques et administratives, IPN, 1965.
  • La démocratie, éditions du Seuil, 1969.
  • L'État, éditions du Seuil, 1970.
  • Les libertés publiques, LGDJ, 1970.
  • Droit constitutionnel et institutions politiques, LGDJ (la 17e édition est publiée en 1976).
  • Traité de science politique, LGDJ, 1966-1976
    • Tome 1 - Le pouvoir politique
    • Tome 2 - L'État
    • Tome 3 - La dynamique politique
    • Tome 4 - Le statut du pouvoir dans l'État
    • Tome 5 - Les régimes politiques
    • Tome 6 - L'État libéral
    • Tome 7 - La démocratie gouvernante, son assise sociale et sa philosophie politique
    • Tome 8 - La démocratie et les contraintes du Nouvel Âge
    • Tome 9 - Les façades institutionnelles de la démocratie gouvernante
    • Tome 10 - La révolte des colonisés (1986)
  • Le libéralisme
  • La politique au pays des merveilles (1979)[3]

Articles et notes de jurisprudence[modifier | modifier le code]

  • Le privilège du Trésor pour le recouvrement des contributions directes, in Revue de science et de législation financière, 1934, n°1.
  • R. Carré de Malberg : son œuvre, sa doctrine, in Revue du droit public (RDP), 1935.
  • La révision des marchés de guerre, in Revue de science et de législation financière, 1936.
  • La règle de droit et le pouvoir, in Archives de philosophie du droit, 1937, n°4.
  • Essai sur l'évolution de la notion de loi, in Archives de philosophie du droit, 1939, n°1.
  • La déclaration univoque, in Une semaine dans le Monde, 13 avril 1946.
  • Le citoyen et la majorité, in Une semaine dans le Monde, 18 mai 1946.

Directeur de collections[modifier | modifier le code]

Georges Burdeau a été directeur des collections Comment ils sont goouvernés et Bibliothèque constitutionnelle et de science politique à la LGDJ.

Il a aussi été directeur scientifique pour le Droit public et la Science politique de l'Encyclopédia Universalis.

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

  • Commandeur des Palmes Académiques
  • Officier de la Légion d'Honneur
  • Docteur Honoris Causa des universités de Gand et de Bruxelles

Hommages[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : ouvrage ayant servi à rédiger la page

  • Le Pouvoir - Mélanges offerts à Georges Burdeau, éditions LGDJ, 1976, 1190 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]