Georges Boutelleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Boutelleau
Barbezieux Maison Chardonne.jpg
Maison de Georges Boutelleau à Barbezieux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Enfants
Jacques Chardonne
Germaine Delamain (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
signature de Georges Boutelleau
signature

Jean-Georges Boutelleau né le à Barbezieux-Saint-Hilaire et mort le à Paris, est un poète et romancier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Boutelleau était le fils d'Edmond Boutelleau, fondateur de la Société Vinicole[1]. Après le lycée à Amgoulême, Georges devient vigneron et négociant en cognac à Barbezieux. Il est marié avec Anna Haviland, de l'usine de porcelaine Haviland. Il est le père de Germaine (1876-1956, elle épousera Jacques Delamain) et de Jacques Boutelleau (1884-1968, nom de plume Jacques Chardonne).

Georges Boutelleau est l'auteur de recueils de poésies et de romans et des œuvres dramatiques. Il donnait des conférences à Barbezieux[2]. Il organisait dans sa maison pour ses enfants et leurs amis des réunions culturelles et était à la base du Groupe de Barbezieux[3], auquel, en plus des enfants Boutelleau, participaient les enfants Delamain (Jacques (1874-1953), Robert (18789-1949) et Maurice (1883-1974) et les enfants Fauconnier (notamment Henri (1879-1973) et Geneviève (1886-1956).

Après son faillissement dû à crise du phylloxéra, Georges Boutelleau démenage en 1903 à Paris, où il meurt en 1916.

Un dicton de Georges Boutelleau : « La littérature, ce n'est pas un métier, c'est un secret »[4]

Un fragment de son poème Être poète[5] :

« Être poète, c'est souffrir
D'une espérance inassouvie ;
C'est donner mille fois sa vie,
Et pourtant n'en jamais mourir. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1872 : Varia, poésies, médaille d'Or concours de La Rochelle.
  • 1872 : Les Vies brisées, Léon Vanier, Paris.
  • 1879 : Une nuit de noël en pleine mer, 1879
  • 1880 : Une fille du peuple, Dentu, Paris.
  • 1881 : Poèmes en miniature, Lemerre, Paris
  • 1882 : Méha, Ollendorf, Paris
  • 1884 : La Demoiselle, Ollendorf, Paris
  • 1887 : Américaine, Ollendorf, Paris
  • 1887 : Le Vitrail, poésies, Lemerre, Paris, Prix Archon-Despérouses[6]
  • 1894 : Les Cimes
  • 1905 : Le Banc de pierre, poésies, Lemerre Paris
  • 1910 : Les Ciseaux, comédie en 1 acte
  • 1911 : L'Étoile, comédie en 1 acte, pour 5 hommes
  • 1911 : Oncle Sigismond, comédie en 1 acte
  • 1916 : Pastels de guerre. Pastels de mer [lire en ligne]
  • 1923 : Poésies de Georges Boutelleau

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]