Georges Borgeaud (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges Borgeaud (homonymie) et Borgeaud.
Georges Borgeaud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Georges Borgeaud, né le à Morrens dans le canton de Vaud, décédé le à Genève, est un peintre suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Borgeaud est orphelin très jeune. Il est placé tout d'abord dans un orphelinat avant de travailler comme valet de ferme, puis il reçoit une formation d'horticulteur. En 1936, il quitte la campagne pour fréquenter l'École des arts et métiers de Genève et de l'atelier de Christian Zwahlen (1939 à 1945). Il s'installe définitivement dans la ville de Genève, rue Hoffmann. Il se consacre à la peinture de nature mortes et de paysages suisses et étrangers (Bretagne, Provence, Grèce, Tahiti en 1963, Los Angeles, Copenhague). Après neuf années de réalisations restées dans l'anonymat, il commence des expositions en 1947. Georges Borgeaud a, jusqu'en 1968, vécu de petits boulots pour vivre et c'est à partir de là qu'il a pu vraiment se consacrer à la peinture.

Il expose aussi bien en Suisse qu'à l'étranger Paris (1962 et 1963), Tokyo, Osaka, Rio de Janeiro, au Musée du petit Palais à Genève (référence Journal de Genève 13.04.1978) et en 1977, son exposition à la Galerie Vallotton à Lausanne connaît un très grand succès[1].

Georges Borgeaud, peintre de la lumière, marié en 1938 à Aurélie, s'installe à Certoux dans le Canton de Genève en 1974[2]. L'artiste laisse un grand nombre d'œuvres : des huiles, des aquarelles, des gouaches, des eaux-fortes et des dessins à l'encre de Chine.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Rotonde de la gare de Genève, 1957, 1958
  • Quinigoin (Bretagne), lithographie
  • Ouchy, Lausanne, 1961
  • Marée basse, 1963
  • Nature morte aux cerises, huile, 1969
  • Tower Bridge Londres, 1971
  • Grange à Charrat, huile, 1981
  • Miéville, huile, 1981
  • Marie-Rose à Ceylan, huile, 1982
  • Le Marché de Bali, 1989
  • Olivier grec
  • Le Parc chez Renoir 1970
  • Le Verger en fleurs 1970
  • Cathédrale de Rouen, huile, 1971
  • Atelier, huile, 1971
  • Tourbillon, huile, 1971
  • Le Vieux Pont d'Auray, 1971
  • Prière dans la chapelle (Ile de Pâques), 1972
  • Vieille maison en fleurs, huile, 1972
  • Chambre d'Elisabeth, huile, 1973
  • Église de Reims, 1973

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix au concours Harvey, 1958
  • Grand Prix des peintres européens, 1972 Cannes
  • Prix Comte de Launoit Bruxelles, 1975 pour Cathédrale de Rouen
  • Docteur honoris causa de l'Académie Pater Noster Corner à Londres, 1971 et 1972[3]
  • Oscar d'or d'Italie 1985, pare l'Accademia Italia Centro Bedriaco[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Suisse 7.07.1988
  2. a et b Tribune de Genève 20.12.1985
  3. Journal de Genève 13.04.1978

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Borgeaud, le Peintre de la Lumière, René Terrier, Éditions Max Robert à Moutier, 1974
  • A la rencontre de Georges Borgeaud Par Maurice Zermatten, Éditions Skira
  • Georges Borgeaud, René Terrier, Série Le Musée de Poche, Jacques Goldschmidt, 1974

Liens externes[modifier | modifier le code]