Georges Bidault de l'Isle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Bidault de l'Isle
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
YonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Georges Bidault de l’Isle, né dans le 2e arrondissement de Paris le et mort à l'Isle-sur-Serein (Yonne) le [1], est un astronome, écrivain et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’une longue lignée bourguignonne, fils de magistrat, Georges Bidault de l’Isle fait ses études au lycée Fénelon, puis au collège Sainte-Barbe à Paris. Il obtient une licence de lettres, une licence de sciences et un doctorat en droit.

Mobilisé en 1914 pendant la Première Guerre mondiale comme sous-officier dans les unités de réserve, il est blessé au cours de l’acheminement de renforts et de ravitaillement sur le front de Verdun.

Avoué à la Cour d'appel de Paris, conseiller général de l’Yonne, président de la commission départementale, il conserve le poste de conseiller général jusqu’en 1940, il ne renouvelle pas son mandat sous le gouvernement du maréchal Pétain.

Georges Bidault de l’Isle a été vice-président de la Société astronomique de France fondée par son ami Camille Flammarion. Il a construit dans les années 1920 l’observatoire astronomique et météorologique de « la Guette » à l'Isle-sur-Serein. Il a participé, avec le physicien Bernard Lyot, à la mise au point du coronographe, toujours utilisé en astrophysique pour l’étude du soleil. Il reçoit en 1935 le prix des Dames décerné par la Société astronomique de France[2]

En 1936, mandaté par l’Observatoire de Paris, il dirigea la mission en Union soviétique au Caucase, pour l’observation de l’éclipse de soleil du 19 juin, où pour la première fois fut filmé en 35 mm le déroulement complet du phénomène.

En relation permanente avec l’Académie des Sciences, Georges Bidault de l’Isle devint membre du Bureau des longitudes et, en 1950, vice-président de la Société météorologique de France.

Au cours de son existence, il produisit de nombreux ouvrages et articles scientifiques dans des revues spécialisées. À la fin de sa vie, il se pencha sur les us et coutumes de la Bourgogne en faisant paraître en 1951 un ouvrage très complet en 2 volumes, intitulé Les vieux dictons de nos campagnes.

Officier de la légion d'honneur, officier d’Académie et croix de guerre 1914-1918, Georges Bidault de l’Isle meurt en 1956.

Prix[modifier | modifier le code]

Un prix George Bidault de l'Isle (appelé prix de l'Observatoire de la Guette, avant 1956) est décerné chaque année par la Société astronomique de France pour encourager un jeune montrant un goût pour l´astronomie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de Paris en ligne, acte de naissance N° 2e/1714/1874, avec mention marginale du décès.
  2. « Médailles et prix décernés par la société », L'Astronomie, vol. 63,‎ , p. 464 (lire en ligne).