Georges Belmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belmont.
Georges Belmont
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 99 ans)
Sépulture
Nom de naissance
Georges PelorsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Georges Belmont (patronyme de remplacement choisi par Georges Pelorson après la Seconde Guerre mondiale[1]), né le 19 juillet 1909 à Belley[2] et mort le , est un journaliste, éditeur et traducteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Normalien, il crée avec Raymond Queneau la revue Volontés[3].

« Après son retour d'Irlande en 1939, son itinéraire le conduit à la Collaboration active. Chargé en février 1941, d'organiser la propagande pour les jeunes en zone occupée, il devient secrétaire général adjoint à la Jeunesse sous l'autorité du Georges Lamirand. Il fonde en juin 1942 les « Équipes nationales ». Après la Libération, il change de patronyme et se fait appeler Georges Belmont. »

— Romuald Fonkoua, Aimé Césaire (1913-2008), éditions Perrin, coll. « Tempus », 2013, p. 330[1]

L'expression "collaboration active", employée par Romuald Fonkoua, désigne d'ordinaire soit le milieu des collaborationnistes parisiens, soit le personnel vichyssois le plus engagé dans la voie de la collaboration avec l'Allemagne. Il ne paraît pas très approprié pour désigner le mlilieu du Secrétariat général à la jeunesse, qui était plutôt un vivier de "vichysto-résistants", pour reprendre l'expression d'Olivier Wieviorka. Il a reçu la Francisque[4].

Il fréquente André Gide, Samuel Beckett, James Joyce, et après la Seconde Guerre mondiale devient traducteur. Outre Beckett et Joyce, il traduit William Irish, Evelyn Waugh, Henry Miller, James Hadley Chase et Anthony Burgess[5].

Journaliste, Georges Belmont collabore à Paris Match, Marie Claire et Jours de France. En 1960, il interviewe Marilyn Monroe.

Journaliste à Paris-Midi, Paris-Soir (1932-40), Directeur de l’école bilingue de Neuilly-sur-Seine, Poète, Critique, Essayiste, textes dans la Nouvelle revue française, Mesures, Transition, la Revue de Paris (1932-40), Directeur et Cofondateur avec Raymond Queneau, Henry Miller, Le Corbusier, Frédéric Joliot-Curie, de la revue Volontés (1938-40), Directeur littéraire aux éditions Robert Laffont (1945-53), Journaliste à Paris-Match, Rédacteur en chef de Jours de France, de Marie-Claire et de l’Action Automobile, Directeur de la rédaction de Arts (1953-64), Editeur conseil aux éditions Robert Laffont (1964-79), Directeur littéraire des éditions Acropole (1980-85), Traducteur de Graham Greene, Evelyn Waugh, Anthony Burgess, Henry James, Henry Miller, Erica Jong, Œuvres : Essai sur une réforme de l’enseignement en France (1940); poèmes : Connaissance (1937), l’Honneur de vivre (1972); romans : le Grand Pressoir (1957), Chris (1963), Un homme au crépuscule (1965), Ex (1969)

Il dirige la collection de littérature étrangère « Pavillons » chez Robert Laffont. Avec Pierre Belfond et Jean-Paul Naddeo, il fonde les éditions Acropole.

Il meurt dans sa centième année et est inhumé à Paris, au cimetière du Montparnasse[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Souvenirs d'outre-monde. Histoire d'une naissance (autobiographie), éditions Calmann-Lévy, 2001 (ISBN 9782702132425)

« Depuis que traîne en moi l'idée d'écrire ma mémoire, il m'est arrivé par intervalles oppressants, la nuit, d'avoir la sensation de dormir ma vie passée... Il m'a été ainsi donné de rêver une grande part, souvent obscurcie jusqu'alors, de mon enfance ; ou de me revoir marchant en compagnie de James Joyce, à Paris, par un clair et chaud après-midi d'avril, vers le pont de la Concorde ; ou bien, tard une nuit de vent sans lune, avec Samuel Beckett, le long de la rivière Liffey, vers la masse madréporique et plus noire du Phoenix Park de Dublin. Parfois, il n'y manque pas même la parole... »

— Souvenirs d'outre-monde, présentation aux éditions Calmann-Lévy[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Romuald Fonkoua, Aimé Césaire (1913-2008), éditions Perrin, coll. « Tempus », 2013, p. 330
  2. http://www.archives.ain.fr/ark:/22231/vtad39b69fa6eee7d78/daogrp/0/16
  3. Romuald Fonkoua, Aimé Césaire (1913-2008), éditions Perrin, coll. « Tempus », 2013, p. 53
  4. Henry Coston, L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », (ISBN 2-913044-47-6), p. 147.
  5. Georges Belmont est mort, 30 décembre 2008, Livres Hebdo.
  6. Le Monde du 3 janvier 2009, carnet
  7. Souvenirs d'outre-monde, présentation aux éditions Calmann-Lévy

Liens externes[modifier | modifier le code]