Georges Adda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Adda
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Autres informations
Parti politique
Lieu de détention

Georges Adda (arabe : جورج عدة), né le à Tunis et décédé le à Tunis[1],[2], est un homme politique et syndicaliste tunisien.

Personnage respecté de l'opposition tunisienne de gauche[3], George Adda se présente lui-même comme un tunisien juif antisioniste[1],[3]. Cet homme a ainsi apporté son soutien à la libération de la Palestine[3], proclamant souvent son appui aux droits du « peuple palestinien martyr »[1]. Il s'est battu pour « les libertés et la démocratie et les droits de l'homme, pour la défense des causes justes et en Tunisie et dans le monde »[1]. Il s'engage également dans la défense des travailleurs au sein de l'Union générale tunisienne du travail[1].

Membre dès 1934 du Parti communiste tunisien (PCT), il fait partie du groupe qui continue la lutte clandestine après l'arrestation des dirigeants destouriens et communistes, en septembre de la même année. Il est emprisonné à son tour de septembre 1935 à avril 1936. Une fois sorti, il est nommé le comme secrétaire général adjoint du parti et responsable de la Jeunesse communiste à l'occasion de la conférence nationale du PCT. En , il est placé en résidence surveillée à Zaghouan puis Béja où il reste jusqu'au avant de rejoindre l'Algérie. À nouveau arrêté en 1952 avec les dirigeants destouriens et communistes, il est éloigné dans le Sud tunisien et n'est libéré qu'en 1955. Il écrira à propos de cette période :

« Pour la libération de mon pays, j'ai connu les prisons, les camps de concentration et les déportations des colonialistes français[2]. »

Membre de la direction du PCT jusqu'en 1957, il reste pendant plusieurs années un membre important de la direction du parti et le directeur de son hebdomadaire en langue française, L'Avenir de la Tunisie. Après l'indépendance, il continue à jouer un rôle en tant que militant mais sans avoir de responsabilité officielle au sein du parti. Il reste présent par ses prises de positions, ses articles de presse et ses participations aux mouvements démocratiques et syndicaux.

George Adda est le père de Serge Adda, ancien président de TV5 Monde[1]. Mort à la suite d'un arrêt cardiaque, ses funérailles ont lieu le [3] au cimetière du Borgel où repose son épouse Gladys.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Tunisie : décès de Georges Adda, personnalité politique de gauche », Agence France-Presse, 29 septembre 2008
  2. a et b Ali Mahjoubi, « Georges Adda », Jeune Afrique, 5 octobre 2008, p. 41
  3. a b c et d « Tunisie : décès de Georges Adda », sur businessnews.com.tn, (consulté le 12 février 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Témoignage de Georges Adda, extrait de « Un printemps 1956. L'indépendance de la Tunisie », film de Frédéric Mitterrand, Electron Libre Productions, Paris, 2006