Georges Épitaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Épitaux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Activité

Georges Épitaux, né le à Lausanne et mort dans la même ville le , est un architecte et une personnalité politique suisse, membre du parti radical-démocratique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi ses études à Genève, il ouvre en 1901 son atelier à Lausanne où il réalise de nombreux bâtiments privés et publics, tels que les galeries Saint-François de 1907 à 1909 et la maternité de Lausanne de 1913 à 1916. Il réalise également l'école cantonale d'agriculture à Marcelin et le Centre William-Rappard, alors siège de l'Organisation internationale du travail à Genève.

Politiquement, il est élu député radical au Grand Conseil du canton de Vaud de 1925 à 1928 et préside de plusieurs associations professionnelles.

Œuvres (ordre chronologique)[modifier | modifier le code]

  • Lausanne, trois villas locatives (1903), avenue de Rumine 66, 68 et 70.
  • Chavannes-près-Renens, Ecole primaire (1904) à la route de la Maladière 1.
  • Lausanne, ancienne maison Le Verger (1905, transformation), rue du Valentin 65.
  • Lutry, Les Marronniers (1905) route de Lavaux 20.
  • Lutry, villa Mégroz (1905), route du Grand-Pont 20.
  • Renens, maisons contiguës, chemin des Clos 36-47 (1907).
  • Lausanne, villa locative La Bergerette (1907), avenue de Béthusy 34.
  • Lausanne, immeuble locatifs (1907-1908), Chemin des Fauconnières 5-7.
  • Lausanne, galeries Saint-François (1907 à 1909).
  • Pully, La Rosiaz, quatre villas familiales (1907-1909): «Le Grillon» (ch. des Peupliers 17). -- Villas jumelées «Les Cottages (ch. des Peupliers 25-27). -- Villa «Pierrefleur, par G. Epitaux pour lui-même, (Ch. des Ramiers 18).
  • Lausanne, Banque populaire suisse (1910-1911), rue du Grand-Pont 6.
  • Lausanne, Maternité (1913-1916), rue Pierre-Decker 2.
  • Lausanne, immeuble «Mon Port» (1917), rue de la Grotte 6 et rue du Midi 15.
  • Lausanne, «Chapelle de Tell» (1917), Esplanade de Montbenon.
  • Morges, école cantonale d'agriculture de Marcelin (1922).
  • Lausanne, habitation avec garage (1923), avenue du Léman 2, Lausanne.
  • Genève, Ancien Bureau International du Travail (BIT) (1924-1926).
  • Lausanne, bâtiment locatif (1933), avenue Juste-Olivier 3-5-7, Lausanne.
  • Lausanne, Hôpital Nestlé (1935), rue Pierre-Decker 5[1].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Catherine Schmutz, « Epitaux, Georges » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  • Isabelle Rucki, Dorothee Huber, Architektenlexikon der Schweiz 19./20. Jahrhundert Bâle, Boston, Berlin 1998, pp. 163-164.
  • Georges Epitaux architecte: 1873-1957, dans: A Suivre (Bulletin de la Section vaudoise de Patrimoine suisse) n° 65-66 (janvier-mai 2015).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis de Techtermann et Catherine Schmutz, «Georges Epitaux(1873-1957)», A Suivre... (Bulletin de la Section vaudoise de Patrimoine suisse 65, Janvier 2015, pp. 8-11 et n° 66, Mai 2015, pp. 10-13.