Georges-Albert II de Brandebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Georges-Albert II de Brandebourg (, à Berlin, à Sonnenbourg, aujourd'hui Słońsk), fut margrave de Brandebourg sous le nom de Georges-Albert II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Albert était un membre de la Maison de Hohenzollern. Il était un fils de l'Électeur Jean II Georges de Brandebourg (1525-1598) de son troisième mariage avec Élisabeth d'Anhalt-Zerbst (1563-1607), fille du prince Joachim Ernest d'Anhalt.

En 1614, il est désigné grand maître (Herrenmeister) du grand bailliage de Brandebourg de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (Johanniterorden), installé à Sonnenburg, que son frère aîné, Frédéric IX de Brandebourg a dirigé jusqu'à sa mort précoce. Après un accord avec l'électorat de Brandebourg, Georges Albert a reçu un fief du duc Philippe-Julius de Poméranie. En 1615, il confirma les privilèges de la ville de Sulęcin (allemand : Zielenzig[1].

George Albert est mort de la variole à l'âge de 24 ans, et a été enterré dans l'église paroissiale de Küstrin. Sa devise était: Mein Thun und Leben ist Gott ergeben ("Mes actes et ma vie sont consacrées à Dieu")[2].

Notes de bas de page[modifier | modifier le code]

  1. Samuel Buchholtz: Versuch einer Geschichte der Churmarck Brandebourg von der " les Erscheinung der deutschen Sennonen un bis auf jezige Zeiten, vols. 3-4, F. W. Birnstiel, 1767, p. 582
  2. Max Löbe: Walsprüche: Devisen und Sinnsprüche, BiblioBazaar, LLC, 2009, p. 29

Références et sources[modifier | modifier le code]